•  

    Mes filles  souhaitaient que leur père, le grand-père de leurs enfants apporte à leur connaissance, pour garder en mémoire une époque de ma vie…..

     

    Lien vers le faire-part de décès


    1 commentaire
  • Les honneurs au colonel Salvat. 
    Compagnon de la Libération

    PAYS CATALAN – L’INDEPENDANT – Mercredi 15 Février 2017

     

    Obsèques. Un hommage officiel a été rendu hier à ce militaire de carrière, enfant du pays catalan, décédé à l’âge de 96 ans au terme d’un parcours exemplaire de dévouement à la Nation

    * Décès du colonel André SALVAT , Compagnon de la Libération,  Ancien de Bir Hakeim (BIM)

    (Photo par HARRY RAY JORDAN)


    Un héros. André Salvat le disait. Si l’histoire venait le chercher, il obéirait par devoir. Et elle l’a rappelé une dernière fois à 96 ans pour lui rendre les honneurs militaires. Son cercueil, accompagné par ses proches, dont sa veuve, et Monseigneur Turini, a franchi hier le seuil de la cathédrales Saint-Jean à Perpignan, drapé des couleurs de la Nation, à l’épaule des parachutistes. Salué par une foule  d’autorités, une section du 3e RPIMa au garde-à-vous, des dizaines de porte-drapeaux, la sonnerie aux morts vibrant dans les clairons de la 11e brigade parachutistes de Toulouse et par la Marseillaise. Un hommage digne de ce Catalan à la carrière bardée de distinctions (Grand Officier de la Légion d’Honneur, crois de guerre 39-45, croix de guerre des théâtres d’opérations extérieurs, croix de la Valeur militaire …) Un résistant, parmi ces derniers compagnons de la Libération (ils sont désormais 13 en vie sur les 1.038 distingués), choisis par le général de Gaulle comme « héros » pour sa France. « Son parcours suscite à la fois notre admiration et notre respect, tant il fit preuve de courage, de bravoure, d’engagement, a rappelé Ségolène Neuville, secrétaire d’Etat. Il était de ces hommes dont l’honneur  et les actes glorieux ont permis à la France de demeurer fière et digne dans les heures les plus tragiques de son Histoire. Une référence pour tous les jeunes de ce pays, tout entier dévoué à la défense des intérêts de la Nation. Un exemple dont se rappellera l’Histoire tandis que le caveau n° 9, dans la crypte du Mémorial de la France combattante au Mont-Valérien, attend le derniers de ses Compagnons.

    Laure Moysset


    * Décès du colonel André SALVAT , Compagnon de la Libération,  Ancien de Bir Hakeim (BIM)

                                    

     (Photo par HARRY RAY JORDAN)

     


     

     

     

    Lien vers sa biographie


    votre commentaire
  • Hommage biographique

    Jean-Marie Borderies

     

    * Un siècle de combats Georges RAYNAL dit "Colonel Rabastens"

    contact@ophildespages.com

     

    Il y a 40 ans disparaissait un héros comme le XXe siècle en a peu connu, un homme qui a fait preuve d’un courage sans limite tout au long des drames que notre pays a traversé pendant cette période. Héros inconnu des Français, mais surtout oublié de ses concitoyens Rabastinois, Georges RAYNAL que ses compagnons d’armes appelaient « Le Colonel Rabastens » est parti à la  guerre, engagé volontaire, soldat de 2e classe en 1914 pour revenir au pays, Général de Division (***), Grand officier de la Légion d’honneur et se faire élire en 1971, Maire de la Commune qui était si chère à son cœur. Mon souhait est de reconstituer ce parcours totalement atypique dont j’ai vécu, à ses côtés, la dernière étape comme Conseiller municipal.

    Pourquoi cet oubli ? Pourquoi ce mépris ?

     Après avoir parcouru le fil de sa longue vie de combats pour sa Patrie, pour la République, nous essaierons de comprendre cette indifférence de manière à mettre ce personnage à la place qu’il mérite dans le modeste Panthéon rabastinois, lui qui a été honoré par la Nation et de multiples états dans le Monde.


    Les commandes doivent être adressées accompagnées d'un chèque ou d'un mandat cash de 18,50 € €
    à Jean Marie BORDERIES. 83 rue des Grands Champs
    77127 LIEUSAINT

    Contact

    jeanmarie.borderies@9online.fr


    votre commentaire
  •  Mars 2017 

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre

    Télécharger « bon-de-commande-Odyssee- AAFL-fev2017.pdf 

        La perspective de la célébration en 2017 des 500 ans du Havre a inspiré l'Association des Anciens et Amis de la France Libre du Havre (AAAFL), membre de la délégation 76 de la Fondation de la France Libre.

    En effet, l'histoire des Français Libres Havrais demeurait totalement méconnue, à l'exception de celle de Jean MARIDOR, jeune pilote héroîque des Forces Aériennes Françaises Libres, qui se sacrifia pour sauver un hôpital britannique lors de l'attaque d'un V1 le 3 août  1944.

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre

    Jean MARIDOR, une oeuvre de Daniel Haté

        L'AAAFL a eu pour objectif  de mettre à la disposition des établissements scolaires et des enseignants d'Histoire-géographie du Havre une publication racontant l'Odyssée des 534 FFL qu' elle a pu recenser au terme d'une  enquête commencée à l'été 2015.

    En dehors d'une dizaine de FFL dont nous ignorons l'unité d'affectation, la répartition des Havrais au sein des différentes Armes des Forces Françaises Libres s'établit comme suit : 

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre

       * S'agissant de la 1ère Division Française Libre, l'effectif des "37" est en "réalité" complété par les  17 Fusiliers Marins du 1er RFM !

    Une soixantaine de descendants de FFL ont contribué à cette mémoire collective retrouvée, aux côtés des conseils d'experts des Forces Françaises Libres, et des  recherches bibliographiques et archivistiques menées par l'AAAFL. 

    Ce projet a été inspiré au départ par la publication du Délégué de la Fondation France Libre Marcel Hupin, sur les Français Libres du département de la Mayenne. (2013)

    Alors qu'il ne reste plus aujourd'hui que quatre témoins de cette Odyssée (Paul LETERRIER, Pierre LOQUET, Claude ROSA et le Compagnon de la Libération Claude RAOUL-DUVAL), la territorialisation de la mémoire est en marche. Elle s'inscrit au plus près des jeunes générations que nous souhaitons sensibiliser, et permet  à tous les Havrais de découvrir une part ignorée de leur patrimoine historique....

    La sensibilisation se poursuivra au Havre entre le 18 et le 25 juin 2017 : par la commémoration de l'Appel du 18 Juin 1940, suivie d'une exposition d'une semaine avec de nombreux autres participants sur la période 1940-1945, telle que la vécurent la population du Havre, ses Résistants et ses Français Libres.

    Michel Pérot, Président de l'AAAFL et Florence Roumeguère, auteur de l'ouvrage

    **********************************************************

    UN APERCU DE LA PUBLICATION

         Le premier chapitre  est consacré à l'ENGAGEMENT et aux circonstances des évasions et  des "désertions" de Havrais en 1940-1941 (métropole, empire colonial - international), qui sont au cœur de l'identité et des valeurs de la France Libre que nous souhaitons transmettre. Une place importante est également faite à la FORMATION au sein des différentes Armes afin que les lecteurs puissent mesurer toute la difficulté à laquelle furent  confrontés les états-majors de la France Libre pour compenser leurs faibles moyens matériels et le manque d'expérience des volontaires, en particulier dans la Marine et l'Aviation des Forces Françaises Libres. Nombreux sont les aviateurs comme Jean BERRE,  Marcel LE BIVIC, Raymond LE BLANC, René le BIAN, Gorges FIFRE, qui furent tués à l'entraînement en Angleterre ou au Moyen-Orient.

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre

    Jean SALIOU, (3e de gauche à droite) élève officier au Royal College de Dartmouth  Claudie Saliou-Le Goff 

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre 

    Ecole Navale FNFL- Gustave LIARD (de face) , commandant du groupe de goélettes Etoile et Belle Poule avec l'Amiral Lemonnier - Cédric Thomas

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre

    Raymond LE BLANC, FAFL, l'un des 40 Havrais Morts pour la France -  Geoffroy Platel

      Les quatre chapitres suivants abordent chronologiquement les grands théâtres d'opérations 1940-1945, à travers des éléments  biographiques, des témoignages ou des extraits de Mémoires de nos FFL : ainsi, parmi tant d'autres évocations : Auguste CATHERINE et le détournement du cargo Capo Olmo - Bernard SAVARY ralliant avec le capitaine Folliot  en Palestine - Philippe FRATACCI débarquant en pirogue avec Leclerc à Douala (1940) ;  Yann MALLET rejoignant l'Erythrée - Henri AMIEL et la campagne de Syrie (1941) ; Jean BOUILLY à bord de la corvette Roselys  dans les convois de Mourmansk - Maurice BUYS à Koufra - Jean-Claude LAURENT-CHAMPROSAY, Paul LETERRIER et une quinzaine de Havrais à Bir Hakeim (1942) ; Pierre LOQUET et le Patron en Tunisie - Claude RAOUL-DUVAL et Philippe BERAUD lors d'une attaque du groupe de chasse Alsace sur les côtes normandes, Jean SALIOU blessé au Garigliano, Xavier LAPORTE opérant avec les vedettes rapides - MTB (1943) ; le parachutiste Philippe REINHART dans les combats du maquis de Saint-Marcel  ; les 16 Havrais du Commando Kieffer débarquant à Ouistreham, des résistants FFL dans la Libération du Havre (1944) ; et  Pierre CAILLIAU terminant la guerre avec le BM 21 à l'Authion, après son évasion d'Obenheim (1945).

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre

    Philippe FRATACCI derrière le "I" du panneau en Août 1941 - Archives Roger Nordmann

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre

     La corvette Roselys par gros temps - Fondation de la France Libre

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre

    Marcel MASSON fut  membre de l'équipage du Savorgna de Brazza de 1940 à 1945 - Bernard Desnoyers

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre

    De profil, le Commando Marcel RAULIN (Normandie, 1944). Coll. Guy Vourc'h - Musée de  l'ordre de la Libération 

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre

    A droite le SAS parachutiste Pierre RUFENACHT près de Bignan (1944) - David Portier

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre

    Printemps 1945 - Pierre CAILLIAU, neveu du général de Gaulle, à la tête de sa section du BM 21 dans les Alpes Maritimes - Amicale 1ère DFL


    votre commentaire
  • Alors qu'il avait 21 ans seulement, en 1942, il avait rejoint les rangs des forces françaises libres en Afrique du Nord. Henry Marc, originaire de Saint-Germain-Village, est décédé lundi 30 janvier 2017.

     

    *Henri Marc, ancien militaire des Forces françaises libres, est décédé à l’âge de 95 ans

                                     Henry Marc

    Ancien combattant originaire de Saint-Germain-Village, est décédé lundi 30 janvier, à l’âge de 95 ans. Il habitait depuis plusieurs années dans le quartier du Doult-Vitran à Pont-Audemer. Héros de la résistance, il avait fait partie de 1942 à 1946 des forces aériennes française libres et plus précisément du "groupe Bretagne", (* DOSSIERS THÉMATIQUES) dont les bombardements ont facilité la remontée des Alliés en Italie en 1943.

    En Libye avec De Gaulle


    « J’avais 21 ans en 1942. J’habitais Saint-Germain-Village et je travaillais en tant que menuisier. J’ai été réquisitionné pour aller travailler en Allemagne mais je ne voulais pas y aller. Je suis donc parti vers la zone libre dans le Sud de la France et le Midi. Mon objectif était de rejoindre le général de Gaulle. Comme beaucoup de gens étaient morts en tentant d’aller en Angleterre, j’ai décidé de passer par le Sud »
    nous expliquait Henry Marc lorsque nous l’avions rencontré en 2012.

    Après quelques semaines d’entraînement au sein de l’armée de Vichy dans le Midi, Henry prend le bateau à Marseille dans le but de rejoindre les forces françaises libres en Afrique du Nord. Il passe par Oujda au Maroc puis par Alger, avant de finalement parvenir à rejoindre le général de Gaulle en Libye, par un trajet en camion.

    « C’est là que j’ai appris à piloter des avions de guerre. On m’avait mis dans les forces aériennes parce que j’avais passé mon brevet de pilote à Bernay. En Libye, j’ai eu la chance de voir à plusieurs reprises le général de Gaulle, il a même mangé une fois à notre table », se souvenait-il.

    Le général de Gaulle n’a pourtant pas que des bonnes nouvelles à annoncer aux membres du groupe Bretagne : « Un jour il nous a annoncé que nous devions aller à Moscou pour combattre aux côtés des Russes contre les Allemands. Cela ne nous disait pas du tout d’aller là-bas ! »

    Au mois d’août 1943, la formation d’Henry est dirigée sur la Syrie. Basé à Rayack, le « Bretagne » attend l’ordre de départ pour Moscou. Le débarquement des Alliés en Afrique du Nord change la donne, et l’équipe est finalement redirigée vers Telergma en Afrique du Nord, au grand soulagement d’Henry et de ses camarades, bien contents de ne pas partir pour la Russie.

    Là, ils doivent se familiariser avec les avions américains dont ils disposent : « Il a fallu que l’on apprenne un peu d’anglais car toutes les commandes sur le tableau de bord étaient écrites dans cette langue ».

    Ils apprennent là-bas à maîtriser les bombardiers Marauder fournis par les Américains et participent à la libération des pays occupés aux côtés des groupes d’Afrique du Nord. Henry fait office de navigant à bord des bombardiers.

    En 1944, le groupe « Bretagne » rejoint la Sardaigne à Villacidro. Les objectifs sont alors toute l’Italie du Nord, de Rome au Lac Majeur, de Vintimille à Rimini. Henry se souvient particulièrement du bombardement du port de La Spezia : « Pendant le bombardement, nous avons fait exploser un dépôt de munitions. L’explosion a été tellement énorme que la fumée est remontée jusqu’à nos avions à plus de 2000 mètres ! »

    Des bombes dans la mer

    Henry et le groupe Bretagne participent aussi au débarquement dans le Midi de la France : « Je me souviens que nous avions ordre de bombarder un port français mais nous avons refusé de le détruire : nous avons finalement largué nos bombes dans la mer au retour de la mission ! »

    Henry est décoré de la légion d’honneur et de la médaille militaire à la fin de la guerre par le général De Gaulle. Il participe également au défilé de la libération à Paris en survolant la ville à bord de son bombardier.

    Il participe ensuite à l’occupation française en Allemagne de la fin septembre 1945 au mois d’août 1946. Il est ensuite enfin temps pour lui de retrouver sa famille, restée sans nouvelle depuis son départ quatre ans auparavant : « Je ne pouvais pas rentrer en contact avec eux sans les mettre en danger. Ils auraient été inquiétés par les Allemands », explique Henry Marc.

    L’émotion est donc grande lorsqu’il revient enfin à Saint-Germain-Village en septembre 1946 : « Je suis d’abord passé voir mon père à la menuiserie où il travaillait. Puis je suis allé voir ma mère. Elle a pleuré de joie en me voyant, elle pensait sans doute que j’étais mort puisqu’elle n’avait pas de nouvelles de moi depuis quatre ans ».

    Henry retrouve ensuite son métier de menuisier et se marie le 13 décembre 1947. Il était depuis de longues années actif au sein d’associations d’anciens combattants, et coulait jusqu’à ces dernières années une retraite bien méritée dans le quartier du Doult-Vitran à Pont-Audemer.

    La plupart de ses médailles lui avaient été dérobées lors d’un cambriolage il y a plus de dix ans mais les souvenirs, eux, restaient bien présents.

      La cérémonie civile et l’incinération ont eu lieu
          le jeudi 9 février dernier à Pont-Audemer.


    Edouard Kerfriden

    Lien vers l'article du journal "L'Eveil de Pont-Audemer"

    *Henri Marc, ancien militaire des Forces françaises libres, est décédé à l’âge de 95 ans


    La Fondation B.M.24 Obenheim présente ses sincères condoléances à sa famille


     (Fondation B.M.24 Obenheim)


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires