•  Alexandre Lofi

    * La ville de L'Hôpital rend hommage à son Compagnon de la Libération, membre des Commandos Kieffer.

    Ordre national

    de la Légion d'honneur

    * La ville de L'Hôpital rend hommage à son Compagnon de la Libération, membre des Commandos Kieffer.


    Military Cross

     

     

    * La ville de L'Hôpital rend hommage à son Compagnon de la Libération, membre des Commandos Kieffer.

     

    * La ville de L'Hôpital rend hommage à "son" Compagnon de la Libération, membre des Commandos Kieffer.

    L'Hôpital (Moselle)

    * La ville de L'Hôpital rend hommage à son Compagnon de la Libération, membre des Commandos Kieffer.
    La stèle du commandant Alexandre Lofi et la fresque qui lui est dédiée à L’Hôpital. 
    Photo RL /Philippe CREUX

    Alexandre Lofi également appelé Alex Lofi, né le 21 février 1917 à Dudweiler, en Sarre en Allemagne, mort le 7 mars 1992 à Cuers dans le Var, est un officier de marine français ayant combattu durant la Seconde Guerre mondiale. Fusilier marin, il s'engage en juin 1940 dans les Forces navales françaises libres, puis il intègre les commandos Kieffer avec lesquels il débarque en Normandie le 6 juin 1944. Il combat ensuite lors de la bataille de Normandie puis lors de la libération des Pays-Bas. Il est compagnon de la Libération.

    * La ville de L'Hôpital rend hommage à son Compagnon de la Libération, membre des Commandos Kieffer.

    (
    Photo Compagnon de la Libération)

    (Texte  Wikipédia)

    Alexandre Lofi est né à Dudweiler en Sarre le 21 février 1917 où son père, mineur, travaille alors. Ce dernier, originaire de Toscane, travaille ensuite aux Houillères de Lorraine et réside à L'Hôpital en Moselle. Sa mère est restauratrice dans le quartier du puits 6 de L'Hôpital. Alexandre (également appelé Alex) Lofi et ses quatre sœurs passent leur enfance dans cette commune mosellane. Il entre en 1930 à l'école des Pupilles de la Marine et, le 1er avril 1933, il s'engage dans la Marine nationale. Après quelques embarquements, il devient fusilier marin. En 1935 en tant que quartier-maître fusilier marin, il est instructeur militaire et moniteur d'éducation physique à l'École navale de Brest lorsque la guerre éclate.

    Seconde Guerre mondiale

    Gagnant l'Angleterre à la suite de l'appel du général de Gaulle, il s'engage le 27 juin 1940 à l'Olympia de Londres dans les Forces françaises libres. Il est alors affecté au premier puis au second bataillon de fusiliers marins avec lequel il part pour le Cameroun en octobre 1940 dont il défendra les côtes un an, jusqu'en octobre 1941. Il est promu officier des équipages de 2è classe  et part avec son bataillon défendre les côtes du Liban, de novembre 1941 à décembre 1942.

    En juin 1943, il se porte volontaire pour intégrer le 1er bataillon de fusiliers marins commandos, plus connu aujourd'hui sous le nom de commandos Kieffer, du nom de son créateur le commandant Philippe Kieffer. Après un passage au centre d'entrainement commando britannique en Écosse, il prend la direction d'une section puis d'une compagnie de ces commandos français. Il fait partie des 177 Français qui débarquent en Normandie le jour J, le 6 juin 1944 sur Sword Beach. Il est à la tête de la 8è compagnie du bataillon ayant la charge de prendre le casino de Ouistreham, fortifié par les Allemands. Dans les jours suivants, il remplace le commandant du bataillon, le capitaine Kieffer, blessé au combat, et participe à la défense des ponts pris sur l'Orne.

    Il se distingue ensuite lors de la bataille de Normandie dans les combats dans le secteur de l'Épine à Goustranville le 20 août 1944. Lors d'une attaque de nuit, il prend une forte position ennemie de mortiers et est blessé par des éclats de grenade. La position est capturée et de nombreux soldats allemands sont faits prisonniers. Il se distingue de nouveau le 1er novembre 1944 lors de la campagne de Hollande, lors de l'attaque alliée sur Flessingue. Les Alliés qui ont libéré Anvers et qui ont besoin de son port proche du front, ne peuvent s'en servir car les rives de l'Escaut en aval sont toujours aux mains des Allemands. Le commandement allié décide donc de les libérer, ce qui sera appelé la bataille de l'Escaut.

    Les Alliés lancent l'assaut sur l'île de Walcheren à l'entrée de l'estuaire (opération Infatuate) et Alexandre Lofi, à la tête de sa compagnie, réussit à prendre une des redoutes de l'île, une position clef du dispositif défensif allemand de Walcheren, et ce malgré la supériorité numérique de l'adversaire. Sa compagnie fait une centaine de prisonniers dont le commandant de la redoute. Avec le commandant du 4è commando britannique auquel est rattaché le 1er BFM français, il reçoit la capitulation de la garnison allemande de l'île qu'il a négociée en allemand, le commandant de la garnison lui remettant son pistolet (aujourd'hui visible au Musée de l'Ordre de la Libération à Paris).

    Il poursuivra les combats en Hollande jusqu'à la capitulation allemande, le 8 mai 1945 et finit la guerre avec le grade d'officier des équipages de 1re classe.

    Après guerre

    Après la guerre, Alexandre Lofi est nommé directeur du cours des commandos de Marine à Alger, puis directeur du centre d'éducation physique de la Marine (1948-1952) puis chef du Quartier-général de la Préfecture maritime de Toulon.

    En 1960, il accepte la charge de conseiller technique et officier des sports à l'État-Major de la Marine nationale à Paris puis retourne en poste à Toulon. Il termine sa carrière en 1970 avec le grade d'officier en chef des équipages.

    Il meurt le 7 mars 1992 à Cuers dans le Var, où il est inhumé. Une stèle en son honneur a été inaugurée sur une place de L'Hôpital en Moselle, la commune de son enfance, le 5 décembre 2004, en présence de ses enfants et des membres de la municipalité. À Saint-Avold, son souvenir est entretenu par l'« Association des marins et marins anciens combattants (AMMAC) de Saint-Avold et environs, section Commandant Alexandre Lofi » et par la stèle portant son nom érigée square du colonel Weiller.

    Décorations

    Fondation B.M.24 Obenheim  

    * Théotime Courant ou un "Un trégorrois à Bir Hakeim"

     


    votre commentaire
  •  

    * Hommage : documentaire "Le bataillon du Pacifique 1942, ceux de Bir-Hakeim"

         Il y a 80 ans, en pleine Seconde Guerre mondiale, la bataille de Bir Hakeim faisait rage dans le désert libyen. Du 27 mai au 11 juin 1942, 600 volontaires du Pacifique, Tahitiens et Calédoniens notamment, se sont battus aux côtés des forces françaises libres face à la célèbre Afrikakorps de Rommel. À l'occasion de l'anniversaire de ces combats, zoom sur le Bataillon du Pacifique et ses héros des Outre-mer.

        Réalisé par Eric CINTAS , produit par Outre mer la 1ère,  ce  documentaire  retrace l'histoire du Bataillon du Pacifique et de son engagement à Bir Hakeim, à partir d'images d'époque commentées par François Broche (conseiller historique)  et Yacine Benhalima (arrière petit-fils de William Grand, BP).

    Témoignages des grands anciens de Bir Hakeim, Ari Wong Kim (BP) et Paul Leterrier (RFM) ; de Françoise Amiel, fille du général Henri Amiel (BM 2) et Florence Roumeguère, fille de Jacques Roumeguère (1er RA).

    Transmission de la mémoire du BP et hommages du XV du Pacifique  : adjudant - chef Alexandre Filimoehala (manager  du XV du pacifique), caporal-chef Jerôme (GSBDD - USID Toulouse), matelot Tinorua ( marin-pompier Levant), caporal Eliot (BA 125 Istres) ; colonel Jean François (officier Tradition, 1ère division, Besançon).

    LIEN VERS LE DOCUMENTAIRE (vidéo de 16 minutes)


    1 commentaire
  •  

    Hyères, dans le Var, 2 juillet 2022

    Cérémonie au monument de la 1ère DFL pour le 80e anniversaire de la bataille de Bir Hakeim organisée par Marie-Hélène Châtel, Déléguée "mémoire de la 1ère Division Française Libre"

    (vidéo Françoise Amiel-Hébert, Déléguée Le Havre de la FFL)

     

     

     A l'occasion de cette cérémonie, a été remis aux participants  un teaser graphique : ce livret de 36 pages est une adaptation fidèle d'extraits du documentaire « Bir-Hakeim : Ici était l'âme de la France Libre » réalisé par Frédéric Roumeguère en partenariat avec l'Amicale de la 1ère Division Française Libre (désormais ‘Mémoire de La 1ère DFL’) et le soutien de la Fondation de la France Libre.

    Retrouvez l'intégralité du teaser graphique ICI

     

     * 2 juillet 2022 - Cérémonie 1ère DFL à Hyères


    votre commentaire
  •   Exposition estivale 

    Un Français Libre

     Théotime Camille Alexandre Courant

    * Théotime Courant ou un "Un trégorrois à Bir Hakeim"

    * 17/11/1910
    + 07/06/2001

     

     

    L'association Les Amis de la Maison Saint-Pierre est heureuse de vous faire part de l'ouverture au public de la  Maison Saint-Pierre, 14 rue La Chalotais à Tréguier, au cours des mois de juillet et août prochains, et de son exposition estivale  

     

    "Un trégorrois à Bir Hakeim"  

     

    à découvrir à partir du 1er juillet  sur la vie du Théotime Courant (le fils), enfant de Tréguier né en 1910, ayant grandi en ces murs,  engagé dans la France Libre en août 1940, et ayant combattu à Bir Hakeim il y a 80 ans, avant de poursuivre une belle carrière militaire. 

     

    L'accueil du public sera assuré par Madame Chloé Terras, guide-conférencière. 

     

         Au plaisir de vous rencontrer,  

     

    Mme Sterenn LE BRUN, Présidente 

    www.maisonsaintpierre-treguier.fr 

     

     

     

     

    * Théotime Courant ou un "Un trégorrois à Bir Hakeim"

     

     

     

    Fondation B.M.24 Obenheim      

    * Théotime Courant ou un "Un trégorrois à Bir Hakeim"

     


    votre commentaire
  • Frédéric Bentley, Président de l'association AM-FAFL est à l’initiative de ce Projet qui honore la mémoire de 123 membres des Forces Aériennes Françaises Libres disparus dont les corps n'ont jamais été retrouvés.
    Cette inauguration s'est déroulée en présence de plus de 120 membres des familles des 123 disparus figurant sur la stèle. Elle a été suivie d’un jet en mer d’une gerbe par la SNSM.
    Qui sont ces 123 disparus ?
    Parmi eux, plusieurs étaient officiers issus de l'Ecole de l'air, dont 4 sont devenus "parrains" de promotions (1944-AFN de Tedesco, 1944-France Préziosi, 1990 Poznanski, 2010 de Marmier) et 3 de promotions de l'Ecole militaire de l'air (1972 Tulasne, 1973 Guedj, 1976 Littolf).
    Les inscrits sur la stèle sont uniquement des hommes engagés dans les forces aériennes de la France Libre (FAFL), ayant répondu à l’appel du Général de GAULLE.
    - Parmi eux : 1 officier supérieur ; 69 officiers ; 38 sous-officiers ; 13 hommes du rang.
    - Parmi eux : 82 pilotes ; 10 navigateurs ; 4 mécaniciens PN ; 7 radio PN ; 4 personnels Etat-Major des FAFL ; 3 agents des Services Secrets du BCRA ; 11 parachutistes SAS.
    Répartition par unité :
    Dans les unités de la RAF : 43 sont répartis dans 28 Squadron, dont 8 dans l’aéronavale de l’Air Navy.
    Dans les unités des Forces Aériennes de la France-Libre :
    - 13 du Groupe de chasse « Normandie » (Normandie-Niemen)
    - 18 du Groupe de chasse « Ile de France »
    - 2 du Groupe de chasse « Alsace »
    - 9 du Groupe de Bombardement « Lorraine »
    - 3 du Groupe Mixte de Combat n°1 (futur Groupe « Bretagne »)
    - 5 du Groupe « Artois » (défense maritime)
    - 3 des Lignes Aériennes Militaires (LAM/TAM)
    - 11 parachutistes de la France-Libre
    - 4 des personnels de l’Etat-Major FAFL
    Dans les unités des Forces Aériennes de la France Combattante :
    - 1 du Groupe de chasse « Berry »
    - 2 de l’Aéronavale (Flottille 6FE et 8FE)
     

    Samedi 25 juin 2022 : Le Tréport (76) a inauguré la stèle aux aviateurs FAFL demeurés sans sépulture

    Samedi 25 juin 2022 : Le Tréport (76) a inauguré la stèle aux aviateurs FAFL demeurés sans sépulture

    Samedi 25 juin 2022 : Le Tréport (76) a inauguré la stèle aux aviateurs FAFL demeurés sans sépulture

    Frédéric Bentley et les  membres de l'escadrille Air Jeunesse

    Samedi 25 juin 2022 : Le Tréport (76) a inauguré la stèle aux aviateurs FAFL demeurés sans sépulture

    Hymne britannique

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires