•  

    Faire-part communiqué par M.  Michel Baleyte 

    https://www.fondation-marechal-leclerc.fr/ 

     

    * Disparition de Madame Raymonde JEANMOUGIN

     

    Madame Raymonde JEANMOUGIN s’est éteinte mardi 17 avril à 10 h 00.

    Elle venait de fêter ses 96 ans.

    Elle était venue quotidiennement à la Maison des anciens jusqu’à la mi-février, puis s’est sentie extrêmement fatiguée.

    Ses obsèques auront lieu le mardi 24 avril à Saint Gratien (Val d’Oise) où elle résidait depuis de nombreuses années.

     

    MAISON DES ANCIENS DE LA 2è D.B.
    Division Leclerc
    Association reconnue d’utilité publique


    Le Général d’Armée Bruno CUCHE,

    Président de l’Association des Anciens de la 2ème DB
    et Président de la Fondation Maréchal LECLERC de HAUTECLOCQUE

    a le regret de vous faire part du décès de


    Madame Raymonde JEANMOUGIN,

    “ Rochambelle ” de la 2ème DB (13ème Bataillon Médical, 1ère Compagnie)
    Secrétaire Générale de l’Association Nationale des Anciens de la 2ème DB
    Bénévole de la Maison des Anciens de la 2ème DB,

    Commandeur de la Légion d’honneur,
    Médaille Militaire,
    Commandeur de l’Ordre National du Mérite, 
    Croix de Guerre 1939 – 1945,

    survenu le mardi 17 avril 2018.

    Le service religieux sera célébré le mardi 24 avril 2018 à 10 h 00 
    en l’Eglise de Saint Gratien (Val d’Oise), rue Sœur Angèle.

    Vive la 2ème DB

    Condoléances à la Maison des Anciens qui fera suivre à la famille de Madame JEANMOUGIN)

     

     

    * Disparition de Madame Raymonde JEANMOUGIN

     

     *******

     

    J'étais une Rochambelle - Interview de madame Raymonde Jeanmougin Rochambelle de la 2eme DB par Pauline Brunet, sous la direction de Pierre-François Boselli. Film et montage : Emilien Pépin. Cette interview a été réalisé dans le cadre d'un hommage rendu aux Rochambelles sur le salon Vivre l'Histoire, organisé par la société H-Events. Paris, Espace Champerret - 12-14 Février 2016

     

     

     


    1 commentaire
  •  

    * Carnet de route de Maurice MEHAUT (FFL, BIMP) - 3

     

    Maurice MEHAUT 1ère DFL / BIMP / CA

     

    FRANCE

     

    * Carnet de route de Maurice MEHAUT (FFL, BIMP) - 3 Libérer la France : de la Provence à l'Authion (1944-1945)

    16 Août 1944

                            Débarquement. 23 heures ! Quelle impression inoubliable, immenses écrans de fumées, quelques avions Fritz. On descend dans des vedettes américaines qui font la navette du bateau à la terre. Ces vedettes sont aménagées intérieurement d'une façon splendide, tout y est pour que le moral soit au point en sortant. C'est CAVALAIRE... dans l'eau jusqu'à la ceinture au clair de lune, mitraillette d'une main, guitare de l'autre, nous sommes en deuxième vague.

    17 Août

                       Nos prédécesseurs ont fait du beau travail. Nous n'avons qu’à suivre. Accueil glacial des civils, vin au marché noir.

                       Marches forcées pendant deux jours et deux nuits.

     

    19 Août   

                       Accueil glacial des civils, vin au marché noir. Marches forcées pendant deux jours et deux nuits. 

    20 Août          

                          A nouveau l'attaque. Ca donne ! Mais nous sommes encore refoulés. moustiques extraordinaires par nuages. HENRY est complètement défiguré. 

     

    * Carnet de route de Maurice MEHAUT (FFL, BIMP) - 3

     

    20 Août  

                           Attaquons de nouveau et ça joue serrée. Décidément le morceau est dur, mais nous en viendrons à bout car nous sommes décidés pour des "mercenaires".

    22 Août

                    L'artillerie qui est maintenant débarquée se fait sentir. Nous touchons beaucoup d'eau-de-vie. Tirs par roulements. Attaque Formidable ! 

    Nous essayons un coup d'une audace inouïe qui réussit pleinement. A 30 nous faisons 145 prisonniers ahuris de voir des Français, en prenant le bastion du Golf Hôtel.

    Très légèrement blessé à la hanche et brûlure de grenade à la main droite. Nous sommes tous saouls. 

     

    * Carnet de route de Maurice MEHAUT (FFL, BIMP) - 3

     Ci-dessus le Golf Hôtel et ci-dessous les souterrains du G.H.

    Archives Gilles Mehaut

    * Carnet de route de Maurice MEHAUT (FFL, BIMP) - 3

     

    23 Août     

           Notre camarade BARDET se fait tuer, par sa faute malheureusement. Progressons. Un 88 antichars nous tire dessus à bout portant pendant ¼ d'heure. 

     

    24 Août         

                      Attaque du village de LA GARDE, aux portes de TOULON.

                     Beaucoup de casse à la 1ère chez les Tahitiens. La GARDE

                     est occupée à 21 heures.

     

    25 Août          

                     Relevés par les Sénégalais. Nous restons nous reposer à LA

                     GARDE.

     

    26 Août           Repos

                            LYON

     

     

    * Carnet de route de Maurice MEHAUT (FFL, BIMP) - 3

    Nîmes – Robert LEVERN, René RUFF, Maurice MEHAUT (croix) , René CINCA et MICHEL HENRY

     

    * Carnet de route de Maurice MEHAUT (FFL, BIMP) - 3 Libérer la France : de la Provence à l'Authion (1944-1945)

     

    26 Septembre 1944

                    Reprise des combats à MAGNY-JOBERT (Vosges) FREDERIC- FONTAINE.

    Octobre 1944

                       Attaques de RONCHAMP. Permission de 8 jours à VERDUN.

    Fin Octobre au 4 Novembre 

                          Les Tahitiens nous quittent (vont à PARIS) remplacés par FFI incorporés. Toujours en ligne depuis le 25 Septembre, sans relève. Boue - Pluie - Patrouille Petits combats.

     

    * Carnet de route de Maurice MEHAUT (FFL, BIMP) - 3

    Avant le départ  pour Paris des Tahitiens 

    Identifications  Jean-Christophe Shigetomi

     

    20 Novembre  1944  Attaque de PRE-BESSON – PLANCHER-BAS

    21 Novembre  Attaque de la forêt de la VAIVRE

    22 Novembre  Attaque du bois du HAUT DU MONT (les fossés antichars) encerclés. Combat maison par maison - dégagés au soir.

    23 Novembre  Relève - mort du Général BROSSET

                         Repos

                         Départ pour POCHE DE ROYAN - Cantonnés à SAINT-CHRISTOLY en BLAYE.

                         Repas de Noël chez les civils - Accueil inoubliable de ces civils.

    26 Décembre 1944

                        Retour à toute vitesse en ALSACE. Offensive de VON RUNDSTEDT - Grand froid.

    2 Janvier 1945

                         En ligne à ROSSFELD. Il gèle à pierre fendre. Impossible de creuser des trous - Patrouilles.

    7 Janvier        

    Attaque des Allemands - en force, artillerie, aviation, chars peints en blanc, hommes et armes en blanc, se confondent avec la neige - Le BM 24 est encerclé à coté de nous, à OBENHEIM, il s'y fera anéantir après 4 jours de combats acharnés. J'y avais de bons camarades. Les chars boches prennent les premières maisons ;  BARBEROT des Fusiliers Marins nous aide à les faire  décrocher.

    8 Janvier   

               Nouvelle attaque boche. Ils ont bien 30 chars lourds. Impossible de contre-attaquer. Dans la nuit JOUANY nous emmène reprendre le cimetière, à 10 et un char, il nous a fallu 2 heures 1/2. Le Lieutenant PETITJEAN  est blessé (tombé avec le clocher).  

    10 Janvier

    Ca n'arrête pas. Je passe aux mortiers, tirs à l'équerre, les obus retombent à 80 mètres devant nous en plein sur les Fritz. Enterrés vivants, LADUS et MOI sommes immédiatement dégagés. Pas de blessure mais commotionnés. La même aventure arrive à WILKES  une heure après. Le petit "X", 18 ans, est tué, il était arrivé à la section la semaine dernière, et c’était son premier combat. A onze heures, sortie de l'encerclement, "à la BIR HAKEIM" avec la différence que la Légion prend notre place.

     

    * Carnet de route de Maurice MEHAUT (FFL, BIMP) - 3

    Gilbert Denby-Wilkes

    12 Janvier     

    Repos dans la neige et le vent glacial - pied  droit aux 3/4 gelé.

     

    Du 13 Janvier au 1er Février 

                        A pied jusque ARTZEMHEIM, de nouveau en ligne, à peine remis, la division est saignée à blanc (1500 Tués et Blessés, 600 pieds gelés, 100 prisonniers en 4 jours)

     

    15 Mars  

                            On nous envoie dans les ALPES !

     

    * Carnet de route de Maurice MEHAUT (FFL, BIMP) - 3 Libérer la France : de la Provence à l'Authion (1944-1945)

     

    Maurice MEHAUT, Nice, 4 Avril 1945 

     

    10 - 11- 12 Avril 1945

    Attaque de l'AUTHION – 2100 m d'altitude - Du FORT de la FORCA et MILLEFOURCHES aux mortiers. Mort de CARRERE à 17 heures (une balle en plein front) Blessure de JOUANY.
    Nous "y allons" à 10 heures.... il y faudra toute la nuit et les lance-flammes - 57 morts et blessés pour un petit piton..... Et le dernier combat.

     

    * Carnet de route de Maurice MEHAUT (FFL, BIMP) - 3 Libérer la France : de la Provence à l'Authion (1944-1945)

      

                      Dégagement du col de la LOMBARDE - 2 mètres de neige, 4 à 5 mètres dans les virages - Les chasse-neige ne peuvent rien, il y faut les bulldozers.

     

    * Carnet de route de Maurice MEHAUT (FFL, BIMP) - 3 Libérer la France : de la Provence à l'Authion (1944-1945)

    Col de la Lombarde 

     

    28 Avril 1945

                Entrée à DEMONTE – Italie 

     

    Nous y fêterons l'ARMISTICE

     

    * Carnet de route de Maurice MEHAUT (FFL, BIMP) - 3 Libérer la France : de la Provence à l'Authion (1944-1945)

     

    Index des noms cités : 

    Jacques  Bardet -  Roger Barberot - Diego Brosset - René Carrère - René Cinca 

    (photo) - Gilbert Denby-Wilkes-  Michel Henry - Jean Jouany - Georges Ladus - 

    Robert Levern (photo) - Petitjean - René Ruff - Antoine Wolf (photo)

     

    La version intégrale numérique (PDF ) du carnet de route  de Maurice Mehaut 

    sera disponible  la semaine prochaine dans la rubrique "Publications"

     

    * Carnet de route de Maurice MEHAUT (FFL, BIMP) - 3 Libérer la France : de la Provence à l'Authion (1944-1945)

    Col. Blandine Bongrand Saint Hillier

     

     ****************************************************************************


    3 commentaires
  • Mis à jour le 20 Avril 2018

    Témoignage adressé au groupe Facebook l'Odyssée France Libre du Havre par le fils du Lieutenant Walton, Michael.

     

    * FNFL - Hommage au Lieutenant Edward Walton

    Lieutenant E. Walton

     

    Le témoignage que nous délivre aujourd'hui Michael Walton, sur le parcours de son père, le Lieutenant Edward WALTON (Royal Naval Volunteer Reserve), officier de liaison auprès des FNFL sur le Chasseur de sous-marins 8 Rennes, force notre admiration et notre respect. 

     

    Michael Walton : 


    "My father, Edward Walton, then a Lieutenant in the RNVR serving as British Liaison Officer, was the sole survivor of the sinking of Chasseur 8, F.S. Rennes on 13th July 1942.

    He was in the water for 19 hours and survived because he was wearing a 'life saving suit'.

    My father was a lawyer and after the war moved to Norfolk. He was married in February 1943 and I was born later that year. I attach a photo taken at the time he was in the Isle of Wight and the report that he made describing the Sinking of Chasseur 8. I also attach a copy of the citation relating to the Croix de Guerre that he was awarded. He died in September 1978.

    My father always spoke warmly of his experience serving with the Free French Navy and no doubt his wartime experience marked him, although he, like many who served in the war, did not speak frequently about the war."

     

    Le Lieutenant Walton fut l'unique survivant  parmi les 27 membres d'équipage disparus.

    Sa citation à l'ordre du Groupe des Chasseurs par le contre-amiral Amiral Auboyneau lui conféra la Croix de Guerre avec étoile de bronze :

     

    " officier consciencieux, calme et modeste, a été pour son Commandant* un auxiliaire précieux et entièrement dévoué au cours de nombeuses missions d'escorte et de patrouille en Manche. Le 13 Juillet 1942, après la perte de son bâtiment par action de l'ennemi, a tenté au risque de se propre vie, de sauver son Commandant, au prix d'efforts soutenus, pendant plus de douze heures sur une mer agitée". 


    * Le Commandant Guy Perrault était âgé de 26 ans.

     

    * FNFL - Hommage au courage du Lieutenant Edward Walton, unique rescapé du Chasseur 8 Rennes

     

    Le Lieutenant  Walton rédigea une poignante relation de la tragédie du 13 Juillet 1942 

     

    * FNFL - Hommage au courage du Lieutenant Edward Walton, unique rescapé du Chasseur 8 Rennes

    Traduction par Estelle Vallois (Le Havre)

    Comment le chasseur 8 a coulé.

    Récit de l’officier de liaison anglais :

    Copie

    J’espère que vous m’excuserez si je fais le compte-rendu informel de la perte du chasseur 8, je suis alité et n’ai pas d’installation pour faire un rapport en due forme.

    A peu près à 19:04 le 13 juillet furent repérés à l’aide du faisceau bâbord 2 engins motorisés venant directement vers nous à une direction de 3 miles (5.5 kilomètres). Des ordres furent donnés aux hommes en veille sur le pont de se tenir près de leurs armes. Les avions n’étaient pas reconnus comme hostiles et l’on ne sonna pas le branle-bas de combat.

    A environ 1000 yards (900 mètres), les avions qui s’étaient approchés à 200 pieds (60 mètres) prirent soudainement de l’altitude pour créer l’impression qu’ils étaient amicaux, qu’ils nous avaient juste vus et qu’ils s’en allaient. La visibilité n’était que de 5 miles (9 kilomètres). Ils replongèrent immédiatement tout droit vers nous. Le commandant donna l’ordre d’ouvrir le feu. Nous ouvrîmes le feu au même moment où les avions ouvrirent le feu avec leurs mitrailleuses.

    Je pouvais entendre les balles frapper le navire et je vis des traceurs toucher le pont de la timonerie. Je crois que le premier maître Guillemet prit ou se tint à proximité de la mitraillette. Il était de veille mais donna la responsabilité du navire au Commandant qui fit immédiatement feu. Le feu était si intense que je me rappelais seulement que je regardais le Commandant au cas où il aurait eu besoin d’aide, pensant que les avions visaient haut, probablement la timonerie. Après quelques secondes, il y eu une explosion à l’avant. J’ai clairement vu l’explosion, les flammes faisaient 16 pieds de haut (plus d’un mètre) et je crois que la bombe qui causa les explosions tomba dans le mess du Quartier-Maître. L'explosion n'a pas réduit en miettes le navire et je n'ai pas senti non plus de choc en timonerie. Cependant, immédiatement après l'explosion, le navire se coupa en deux juste à l'avant de la cheminée. En moins de 5 secondes, j'avais de l'eau jusqu'à la taille et on me tira par ma ceinture de sauvetage sur le pont. La proue se souleva et j'échappais de justesse le fait d'être emprisonné par le devant de la timonerie arrivant sur ma tête. Je passai par-dessus tribord et le Commandant, à bâbord d'où il rejoignit un bateau de secours qui dérivait là. Le navire coula presque avant que je me sois dégagé, c'est à dire 5 secondes avant l'explosion. Il était évident que personne sur le pont du mess n'avait pu s'échapper. En fait, je pense que personne en dessous des ponts ne pouvait s'être échappé. Ensuite, les avions sont revenus immédiatement, très bas et à une vitesse lente. A ma surprise, ils n'ont pas mitraillé les survivants mais sont passés et ont pris la direction du sud, sans dommages apparents de notre riposte.

    La mer n'était pas calme. Les vagues étaient de 4 5 pieds (1,2 mètres) avec de temps en temps des vagues qui déferlaient. Je pouvais voir à peu près 8 personnes à 50 mètres de moi dans l'eau, quelques-unes visiblement blessées et qui criaient. Je n'ai pas reconnu de personnes car tous étaient recouverts d'huile, pourtant j'ai cru voir le télégraphiste anglais RIAN. J'avais trouvé un petit débris de navire et pensant que cela pourrait aider un blessé, je nageai avec. Le courant était trop fort pour nager mais à la fin, je vis le Commandant dans le bateau de secours qui coulait (l'embarcation avait été gravement endommagée) et je réussis à aller vers lui et à le prendre sur mon débris de navire. Il avait passé un sale quart d'heure et apparemment, il avait passé un bout de temps dans l'eau. Les autres hommes avaient entre temps dérivé et ne furent plus revus.

    Le Commandant et moi restèrent sur le débris de navire qui nous maintenait le haut du corps, mais qui pouvait facilement se retourner. Le matin nous entendîmes le bruit d'un moteur, que nous pensions être celui d'un bateau. Je fis un SOS et d'autres choses de mon sifflet et nous criâmes.

    Rien ne se passa. A à peu près 8 heures, le Commandant fut pris de délire et perdit conscience à peu près une heure après. En posant mon bras autour de lui, il fut facile de le maintenir à flot. La visibilité était mauvaise et on ne pouvait voir terre. Il n'y avait ni bateaux ni avions. J'essayais en vain de redonner vie au Commandant et je ne savais pas s'il était mort ou inconscient. Vers 11.00 une vague le retourna et il coula. J'ai essayé de le retourner mais je n'ai pas pu et il a coulé si rapidement. Il avait une ceinture et moi, un gilet de sauvetage qui m'empêchait de plonger. Après plusieurs tentatives pour attirer les avions, je fus recueilli par un MGB à 14.00. J'étais à 6 miles du naufrage du navire.

    La vitesse du navire au moment de l'attaque était de 10 miles. Le navire n'a pas dévié pendant l'attaque. Aucun signal MAYDAY n'a été lancé car le temps de s'apercevoir que l'avion était hostile, le temps a manqué.

    Je m'excuse du caractère personnel de ce rapport mais les choses sont arrivées si rapidement que je n'ai pu avoir qu'un sentiment personnel de ce qui est arrivé.

    Lieutenant Walton, RNVR (réserviste de la Royal Navy et engagé volontaire)

    Du quartier des malades de la Royal Navy.

     

    Trois britanniques figuraient dans la liste des 27 membres d'équipage. Le Lieutant Walton, et, selon les information reçues de son fils Michael :

    The two missing members of the crew of Chasseur 8 are English sailors - Bert K. Payne who was the son of Bert and Florence Payne of Okehampton Devon and Signalman Arthur Michael Ryan the son of Michael James Ryan and Rose Alice Ryan and husband of Jeanie D. Ryan of Locks Heath, Hampshire. They are both commemorated on Panel 66 Column 3 of the Portsmouth Naval Memorial. 

     

    Les 24 Français disparus étaient dans leur majorité de jeunes marins âgés d'une vingtaine d'années

    Liste Jacques Ghemard (Livre d'or des FFL) le 16 avril 2018  LIEN

    Amadu ( Jean ) MPF 1915-1942 

    Ansquer ( Jean Yves Marie ) MPF 1920-1942

    Bertron ( Auguste René ) MPF   1915-1942          

    Bouvret ( Albert Marcel Louis ou Ernest ) MPF   1922-1942          

    Dauster ( Raymond Jean ) MPF  1921-1942          

    Debree ( Robert Marcel ) MPF   1920-1942          

    Fontaine ( Eugène Jean Baptiste ) MPF  1907-1942          

    Grados ( Jean Raymond ) MPF   1920-1942          

    Guillemet ( Yves Maurice Edouard ) MPF 1912-1942       

    Heusey ( Raymond Gilbert ) 1920-1942  

    Hollande (Francis Maurice ) MPF 1918-1942       

    Houssais ( Raymond Armand Louis Marie ) MPF 1922-1942         

    Ladrat ( Baptiste Pierre ) MPF    1918-1942          

    Le Doussal ( Marcel Louis Marie ) MPF   1923-1942          

    Le Gall ( Léonce Pierre ) MPF 1921-1942               

    Lecuyer (Roger Fernand ) MPF   1922-1942          

    Mette (Roger Marcel ) MPF 1923-1942  

    Perrault (Guy Robert ) MPF 1916-1942

    Podeur ( Louis Victor René ) MPF 1922-1942

    Rapalli ( Gaston Victor ) MPF 1921-1942               

    Sivassier ( Pierre André ) MPF    1921-1942          

    Spinec ( Jean Pierre ) MPF 1922-1942

    Torteval ( Georges Jean Joseph ) MPF 1920-1942

    Villard (Jean Edmond Eugène ) MPF 1914-1942

     ***********


    votre commentaire
  •  Publié le 13 Avril 2018, date anniversaire du début du carnet de route...

     

    Maurice MEHAUT 1ère DFL / BIMP / CA 

    * Maurice MEHAUT (BIMP)

     CARNET DE ROUTE du GIROFANO à L’AUTHION

     

    Départ de Tunisie pour la Campagne d'Italie...

     

    * Maurice MEHAUT (BIMP)

     

     13 Avril 1944 

    Nous quittons NABEUL avec toute la division équipée nouvellement avec du matériel américain. Nous brûlons notre ancien matériel anglais (tenues, chaussures, toiles de tentes etc..)

    14 Avril

    Nous arrivons à BONE (Algérie) et nous installons dans la nature à quelques Kms de la ville. BONE, ville d'Espagnols, quelques bagarres avec les civils qui sont anti-gaullistes.

    18 Avril

    Embarquons sur un navire hollandais libre. Des prisonniers Italiens chargent le matériel. Le sac marin est lourd et j'ai bien du mal à m'en tirer. Bateau impeccablement propre.

    19-20 Avril

    En mer - rien à signaler. Nous sortons compagnie par compagnie, chacune une heure sur le pont, par jour.

     

     ITALIE

     

    * Maurice MEHAUT (BIMP)

     

    21 Avril 1944

    Nous débarquons à NAPLES. Ce sont les Américains qui s'occupent du débarquement, on a plutôt l'impression qu'ils débarquent des cacahuètes, car le matériel en prend un coup. Déjà les Italiens sont sur nous, pleurnicheurs, pour obtenir des boites de conserves.

    22 Avril

    Nous nous installons à TRENTOLA, petit village à 22 Kms de NAPLES. La section occupe une ferme, nous logeons dans une grange. Paye 2500 lires.

    23 Avril

    Je visite NAPLES avec RUFF. Nous sommes ahuris par l'ampleur incroyable de la prostitution des femmes et même des enfants ! La ville grouille de soldats américains, anglais, français. Où es-tu MUSSOLINI !

     

    * Maurice MEHAUT (BIMP)

    24 Avril

    La compagnie toute entière part en camions visiter POMPEI et le VESUVE. Nous grimpons jusqu'au cratère, exercice de marche en montagne pas déplaisant

    4 Mai 1944

    1 heure du matin, nous quittons TRENTOLA sans regrets. Nous roulons toute la nuit.

    5 Mai

    Nous arrivons dans l'après-midi au village de CAMPO, qui se trouve à 7 Kms derrière les lignes. Quelques tirs d'artillerie, des "départs", mais pas « d'arrivées ». 

    6 Mai

    Très bonne nuit, même pas réveillé par les tirs d'artillerie. Journée lourde de travail, ravitaillement, munitions etc...

    7 Mai

    Nuit calme. grande préparation.  Distribution de balles, grenades, pansements. moral très bon. Effervescence. Nous touchons des rations K et C, et les cigarettes sont quelquefois moisies. Vu avion piper-cub (reconnaissance) passe de temps en temps au ras du sol. C'est un français, et c'est suffisant pour que le moral soit "au poil de grenouille coupé en douze" expression courante du bataillon. Dans la nuit, nous partons à pied, et nous marchons pendant 9 heures dont 6 en montagne, à la queue leu leu. Défense de fumer. Je m'arrête un instant avec RUFFIO, Français de chine, qui comme moi est complètement claqué. Malheureusement il y a tellement de va-et-vient et de sentiers, que nous nous égarons tous deux.

    8 Mai

    RUFFIO et moi, avons tourné en rond pendant 8 heures. Il est dix heures quand non sans peine, nous rejoignions le bataillon, mourant de soif et pas d'eau. Nous avons relevé le 4ème tirailleurs marocains. Etant aux mortiers, nous installons nos pièces dans le roc et nous envoyons quelques "casse-croûte" aux boches à titre d'essai.

    Quelques arrivées, mon petit trou n'étant pas profond, 15 cm environ, je file dans celui d’HENRY qui est une véritable caverne.

    Heureusement, car un morceau de roc d'une dizaine de KG, projeté en l'air par l'arrivée d'un 88, retombe dans mon trou. Je pense à mes reins si j'étais resté. Du coup, je transforme mon petit trou en château-fort et fais des remparts, de morceaux de rocs, dignes de Vauban.

    Ne tirons pas beaucoup. Un peu d'eau.

    9 Mai 

    Les boches attaquent dans l'après-midi. Ils sont repoussés, mais nous recevons une pluie de mortiers. FLESCH est grièvement blessé, nous ne pensons pas qu'il s'en sorte, l'éclat lui a traversé la poitrine. Dans la nuit à onze heures, nouvelle attaque boche. 1/2 heures de bagarre. Repoussés.

    10 Mai

    Pas d'eau et il faut aller la chercher à 4 Kms, pas lavé depuis quatre jours. Pas de vin, pas de pain - Rations C. Pas de bagarre. Calme étrange.

     

    * Carnet de route de Maurice MEHAUT (FFL, BIMP) - 2 - La Campagne d'Italie (Printemps 1944)

     

    11 Mai

    Réveil en sursaut de l'artillerie française - toutes les pièces concentrées avec des renforts lourds américains donnent sans arrêt. On ne s'entend pas à 20 cm, il faut se crier dans l'oreille pour se faire comprendre. Impression au poil, inoubliable. Et ça dure.... la nuit on voit clair dans une lumière bleue et rouge, produite par les tirs d'artillerie. Nos mortiers donnent à fond, les tubes en sont moitié rouges, et les liens de cuir en brûlent.

    Onze heures, c'est l'attaque après avoir bu un bon coup. Progression de quelques centaines de mètres à flanc de piton pendant deux heures. Ca barde. Le bataillon est obligé de se replier. C'est un vrai carnage. Nous prenons une belle raclée, les boches que nous supposions anéantis étaient toujours là et solides au poste. La 1ère compagnie revient avec 90 hommes sur 140. Beaucoup de camarades blessés. Mon copain de ST-MIHIEL devenu subitement fou se fait tuer. Avalanche de mortiers et de 88, BIGOT devenu aveugle. La bagarre se calme. On nous récupère pour servir de brancardiers, ceux-ci étant débordés. Faute de brancards, en nombre trop limité, nous ramenons les blessés dans des couvertures, il fait noir comme dans un tunnel et c'est la montagne. On se casse la g.... sans arrêt, les blessés crient et appellent de partout, mais nous ne pouvons pas les ramener tous à la fois. Cela durera jusqu'au petit jour. Nuit d'enfer. Je pense à ma famille à Verdun.

    La 4ème compagnie s'est battue à la baïonnette, et a mitraillé ses prisonniers ne pouvant pas s'occuper d'eux. On sent la poudre, on a tous des grands yeux et des faces de brutes. La 3ème compagnie s'est repliée avant d'avoir pu prendre contact, ils sont décimés par les mortiers dans les ravins. Un sergent reste blessé 15 heures entre les lignes. Son groupe va le rechercher. PORCHERON descend ses sept prisonniers. Le GIROFANO est vraiment un drôle "d'os".

    12 Mai           

    Nous nous remettons de nos émotions. Transport des blessés à dos d'ânes jusque sur la route à 4 Kms plus bas. Corvée d'eau. Rares cigarettes. Agent de liaison toute la nuit entre le P.C. et la compagnie. Ereintant.

    13 Mai

                            De retour à la compagnie vers huit heures. Nous touchons le ravito. Les sénégalais du BM XI arrivés en renfort prennent d’assaut à eux seuls, les pitons 709 et 739 ainsi que le mont GIROFANO où le B.I.M.P. a échoué. Les fusiliers-marins de leur côté gagnent la plaine et prennent deux villages. Beaucoup de prisonniers, beaucoup d'espoir. L'artillerie française (75-105-155 et les pièces lourdes) fait un travail de précision extraordinaire. Elle envoie en moyenne : 140 obus par 200 mètres en 3 minutes (d'après le Capitaine d'artillerie).

                            Chaud le jour, froid la nuit.

                            Aménagement d'un cimetière pour les morts du bataillon.

                     Il se trouve que le Commandant de compagnie de la 3ème est maintenant un adjudant. Le Capitaine, le Lieutenant, le sous-lieutenant et l'Aspirant sont tués ou gravement blessés. Il ne faut pas longtemps pour faire des vides dans les conditions actuelles.

                          A la nuit tombante, le bataillon attaque de nouveau. Avançons de 5 à 6 kms. Artillerie sans arrêt des deux côtés. Nous sommes au pied de CASSINO. Les Polonais s'en occupent à cette heure-ci, ça barde partout, à gauche ou à droite. Le long de l'avance ce n'est que cadavres allemands et français. Interrogeons les prisonniers la plupart très jeunes. Les chars devant nous progressent, c'est la plaine. Nous suivons. Prise de SAN ANDREA et VALONA. Pas d'appétit, impossible de manger, mais possible de boire.

    14 Mai 

                          Au petit matin, nous redescendons des lignes. J'ai passé toute la nuit à 50 cm  d'un sénégalais déchiqueté qui puait énormément. Il avait les entrailles à l'air. Quel plaisir ! Beaucoup de feux follets. Quelques instants de repos. Rassemblement du bataillon. Minute de silence pour les absents. Nous rejoignons nos camions qui nous attendent. Embarquons et partons à 5 Kms plus loin sur un terrain pris la veille à côté de SAN ANDREA. La division fait jonction avec la 8th British Army, l'ancienne armée de la 1ère Division Française Libre. Sommes joyeux malgré les pertes. Nous apercevons quelques tanks de nos fusiliers-marins brûlés sur le côté de la route ou dans les champs.

    15 Mai

                        Nous partons à 3 heures du matin à pied. Nous suivons les chars et relevons le 22ème Bataillon de Marche Nord Africain qui a 400 hommes hors de combat, les survivants sont très durs avec les prisonniers. Pluie de katiouchas, ces engins russes font un drôle d'effet en émettant un sifflement de locomotive. Notre camarade CHATENAY, français d'Australie, est blessé. TETUERA, Tahitien est tué. Deux Français qui combattaient avec les boches et prisonniers sont fusillés.

                         Les chars américains opérant dans le secteur sont commandés par le Colonel Français BAVIERE .

    16 Mai

                      Toujours en suivant les chars, nous progressons lentement en bagarrant. Le soir nous tombons sur une ligne fortifiée. Bagarre serrée. Nous nous trouvons durant plusieurs heures en mauvaise position devant les chars. Les mitrailleuses crachent dans tous les coins. Cafouillage, ça siffle de partout devant, derrière, quel méli-mélo. Ils sont à 150 mètres. 10 heures du soir, on remet ça. Le Commandant MAGNY  Chef de Bataillon, se fait tuer avec 7 bonshommes, par surprise et par le même boche ! Le Capitaine, Commandant la Compagnie, COURAN est évacué blessé aux yeux. Nous formons une pointe dans le secteur, et nous avons les Allemands à gauche et à droite. Risquons l'encerclement. Copains amochés. Je termine la nuit dans un petit trou sans pouvoir bouger car nous sommes repérés. Quel cauchemar ! La nuit est claire. Toujours pas une égratignure.

    17 Mai 

                      A l'aube, nous sommes relevés par le BM XI (Bataillon de marche n°XI) composé de Sénégalais d'A.E.F., et dirigés 1 km en arrière. J'ai oublié de dire hier, la prise de SAN GEORGIO, village complètement en ruine, comme tous ceux que nous passons d'ailleurs. On rencontre, par moment, quelques civils Italiens, pieds nus, qui viennent nous demander de quoi manger. On se demande comment ils sont sortis de cette fournaise, mais on, s'en f.... chacun son tour.

                      Presque tous les officiers sont morts ou blessés, les effectifs sont réduits d'un tiers. JOUANY s'aperçoit aujourd'hui seulement qu’il a son calot bleu troué (nous portons rarement le casque).

     

    * Maurice MEHAUT (BIMP)

     

    SOLAIR, évadé par l'Espagne en 1943, est tué. Le Général BROSSET en képi, encourageait les soldats, au milieu de la bagarre, il en a aujourd'hui une extinction de voix. Quel Chef ! Pendant les répits il distribue des cigarettes. Nous sommes vraiment fiers de nos officiers.

                           Relève - Nous allons en repos près de l'artillerie, près des grosses pièces, à 20 mètres. Impossible de se reposer, chaque départ nous soulève de terre et nous brise les reins sur notre douillet matelas de petits cailloux. Quel Tintamarre.

                         Nous avons des stocks de vivres à n'en savoir que faire, si nous pouvions les donner à nos familles restées en France ! La pluie - je suis trempé jusqu'aux os et vais m'abriter sous un camion de munitions avec RUFF. Nous y restons jusqu'au café. Au menu du midi, nous avons du lapin.

    18 Mai

                           La section est désignée pour aller enterrer le Commandant MAGNY et ses sept compagnons. Nous lui faisons une croix avec deux morceaux de bois, y accrochons un casque anglais et un bouquet de fleurs tricolore improvisé. De temps en temps un obus égaré  tombe dans les parages.

    19 Mai           

                          Aujourd'hui nous mangeons vraiment bien à la française. Nous avons pour cela, "récupéré" un mouton dans une ferme des parages et des pommes de terre. Ca change l'ordinaire. Nous sommes donc bien en forme pour recevoir DE GAULLE en inspection près de SAN GEORGIO. Temps splendide, eau à volonté.

    20 Mai

                          Après une nuit de repos complet, nous quittons notre emplacement et nous nous installons en face de la ligne HITLER, en deuxième ligne. Rien à signaler, si ce n'est quelques arrivées de mortiers et de 88. Nuit calme.

    21 Mai

                       Beau temps, bonne cuisine, ce coup-ci, c'est un veau que nous avons "récupéré". Sur la piste pas mal de macchabées Français et Sénégalais. Un commandant et un lieutenant allemands égarés sont fait prisonnier, ils déclarent rechercher des blessés. La nuit est troublée par des tirs plus violents que d'habitude.

    22 Mai

                         Journée sans histoires, pour nous, car devant nous c'est la Légion qui attaque. Le résultat est excellent. Les Allemands ont contre-attaqué avec chars mais ont été repoussés. Quand à nous, nous nous reposons sans nous en préoccuper. Nous prenons même le premier bain de rivière de l'année. L'eau est glacée. La végétation est abondante dans le pays. La pluie revient, mauvaise nuit.

    23 Mai 

                     Déménagement. Nous nous plaçons à flanc de piton, toujours en deuxième ligne. Distribution du journal du Corps Expéditionnaire Français : "La Patrie", ça remonte le moral. Pluie et soleil. Quelques arrivées de 88. A une heure du matin, nous sommes visités par l'aviation Fritz qui nous pilonne et nous mitraille. Pas de dégâts chez nous, par contre, derrière, les artilleurs dégustent.

    24 Mai

                           Assistons en spectateurs à la prise de PONTECORVO par les Canadiens français. Quand à nous, c'est encore calme. Un mulet se casse les côtes dans un ravin juste à côte de nous, nous l'achevons en quelques secondes, malgré les grands cris de son conducteur marocain. C'est fameux. J'en mange 5 à 6 tranches, mais ma gourmandise ne me réussit pas, car dans la nuit je vomis.

    Mon camarade RUFF, lui en a mangé onze il n'est même pas indisposé ! Nous allons porter un quartier de mulet aux Canadiens, en leur disant que c'est du boeuf que nous avons touché par le ravitaillement. Trouvant notre geste très beau, ils nous remplissent les poches de cigarettes....

    25 Mai           

    Je ne suis pas encore bien remis de mon indigestion, et ce damné mulet me reste sur l'estomac. La journée est calme. Nous profitons pour aller fraterniser avec les Canadiens qui parlent le vieux français.

    26 Mai

                            Partons en repos. Nous touchons la N.A.A.F.I. (cigarettes anglaises, jambon fumé, alcool, chocolat, boites de fruits etc...) le C.E.F. progresse toujours, nous sommes maintenant à une vingtaine de Kms du front. Nous apprenons la jonction avec ANZIO. Faute de blancs, qui préfèrent rester chez eux les pieds dans leurs chaussons, nous recevons une Compagnie de Sénégalais pour remplacer les morts et les blessés du bataillon. Ils sont très satisfaits d'être versés chez nous, car de ce fait, ils ont droit au vin.... Regroupement. Nouvelle formation du bataillon. Nuit tranquille. De garde. L'appétit n'est pas encore revenu.

    27 Mai 

                        Je me réveille de très bonne humeur, nous avons bien dormi sur une bonne herbe, sur le flanc d'une colline. Le breakfast est avalé avec un appétit féroce. Inspection d'armes. Toute la journée sur la route en bas, il passe des convois interminables, chars, artillerie.

    28 Mai           

    Excellente nuit. A 10 heures revue par le Général BROSSET. Baignade. Je casse mes lunettes en m'asseyant dessus, c'est la sixième paire depuis 1 an. Une citerne d'essence prend feu sur la route, belle gerbe de flammes !

    29 Mai

                       LUIGI (corse) qui rentre de sa permission après 4 ans d'absence. Il bavardera toute la nuit avec HIRABOURE (Basque) qui est aussi bavard que lui.

                           Lecture de "La Patrie" et du "Combattant".

                           Les Alliés et le C.E.F. sont à 30 Kms de ROME.

                           Nous touchons la cantine.

    30 Mai

    Toujours en repos. Au bain, je me blesse à la cuisse et au ventre, m'arrachant la peau en plongeant (spectaculairement avec élan pour les copains) un corse de la 2ème Cie m'avait dit qu'il y avait deux mètres d'eau, alors qu'il n'y en avait que 50 centimètres.... Je lui souhaite de ne jamais me rencontrer, et les camarades du groupe, RUFF le premier, s'en donnent à coeur joie. Je suis la risée de toute la Cie. RUFF a de quoi rire pour trois jours avec cette histoire là. C'est un bon copain, de Strasbourg, il a dix sept ans et s'est évadé des jeunesses hitlériennes où il avait été incorporé de force. Passé par l'Espagne. Il connaît à fond les armes allemandes et nous est d'un grand secours pour interroger les prisonniers. C’est aussi un tireur d'élite.

    1er Juin 1944

                         En mouvement. Stationnons à CECCANO. Les convois se croisent dans des nuages de poussières. Les civils meurent de faim, ici, la troupe les nourrit. Paye : 2040 Lires, mais nous ne savons pas où les dépenser.

    2 Juin

                          Toujours à CECCANO. Les civils d'ici sont antifascistes et francophiles (!?!?)... C'est tout juste s'ils ne se mettent pas à genoux devant nous. Qu'ils sont plats ! Tous marchent pieds nus et comme dans les autres villages, les femmes se prostituent pour une boîte de "Beans".

    3 Juin

                          Nous laissons CECCANO. Dans la poussière pour ne pas changer nous arrivons à PALESTRINA, démolie elle aussi. Nous passons un peu plus loin, pour nous installer dans un village sur une hauteur : CASTEL SAN-PIETRO. Sur notre droite, il existe encore un noeud de résistance sur les pitons.

                           Nous apprenons la prise de ROME. Nous sommes contents et mécontents. Car ayant dégagé le terrain depuis CASSINO jusqu'à 30 Kms de ROME, nous aurions bien voulu rester 2 jours de plus et entrer dans ROME les premiers. Manque de pot. Les civils du pays nous accueillent par des applaudissements ! Nous devinons vite... C'est parce qu'ils n'ont plus rien à manger.

    Ils nous crient "à ROME", je crois que nous en prenons le chemin, ou que ça ne tardera pas. Il y a quatre ans presque jour pour jour l'ITALIE, l’héroïque, nous déclarait la guerre. Nous ne sommes pas près de l'oublier et si les Allemands leur ont pris presque tout, nous, nous prenons ce qui reste. Mauvaise nuit, matelas de cailloux.

    4 Juin            

                            Un détachement part pour ROME pour défiler.

     

    * Maurice MEHAUT (BIMP)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les troupes du BIMP défilent dans Rome, juin 1944 (OFIC, coll. Bongrand Saint Hillier)

     

    Nous restons en rade sur la même position, et nous nous reposons. La veillée, comme d'habitude au repos se passe en longues discussions et surtout en musique. Les Tahitiens ne quittent jamais leurs guitares, elles suivent toujours dans les camions avec les munitions et le ravitaillement. Il y en a bien une centaine, et quelques yukuleles. Ce sont souvent les mêmes chansons qui reviennent et nous finissons par savoir chanter en Tahitien, j'apprends à gratter un peu de guitare avec NERI  un as du style hawaïen.

    5 Juin

                       Nous déménageons et partons à pied 3 Kms plus loin armes à la bretelle, le coin n'étant pas dangereux.

    6 Juin 1944

                        Débarquement de Normandie ! C’est une explosion de joie au bataillon. Nous regrettons de point en être et voir d'autres têtes que celles des environs. Progression tranquille en montagne. Rencontre de 2 Anglais et 6 Russes prisonniers évadés. Jonction avec un groupe de partisans serbes ayant avec eux quelques italiens.

    7 Juin           Mouvement arrière. Nous repassons à PALESTRINA. Nous passons devant une église détruite par notre artillerie. Tous les civils qui s'y étaient réfugiés furent tués. Ca sent bigrement mauvais. Nous campons dans la nature, près d'un village en ruine : VALMONTONE. L'Italienne aux boites de conserves.

    8 Juin

                            Repos  - lessive - baignade - musique.

    9 Juin

                    Comme hier. Fraternisons avec des Américains WILKES est notre interprète.

    10 Juin

                        Courte permission pour visiter ROME. La Basilique est magnifique, nous n'avions jamais rien vu de si beau. Le Colisée d'où parlait MUSSOLINI. Le Tibre, le Forum, le Château St-Angelo, l'Arc de Triomphe de l'Empereur Constantin.

                      Nous déjeunons bien dans un restaurant. Beaucoup de Français permissionnaires. Je me fais couper les cheveux.

                         La ville n'est pas moderne, loin de là. Une femme nous fait courir LADUS et moi,... pour rien. J'achète une autre paire de lunettes. RENE sable le champagne avec l'Ambassadrice de Suède à qui il a l'air de plaire.

    13 Juin           Départ de VALMONTONE. Nous touchons des tenues neuves. Nous perdons le convoi avant ROME, ce qui nous permet de visiter la ville à nouveau mais rapidement en dodge. Malheureusement pour le sergent-chef ERI, une jerrican de vin tombe sur lui et se vide à moitié ; il est en tenue crème d'été. Il est donc obligé de rester aplati dans le camion tout le temps de la traversée. Ce n'est pas la vision qu'il regrette, c'est le pinard gâché ! LADUS n'est pas près de passer caporal !

    18 Juin 1944

                          Anniversaire de l'Appel du GENERAL DE GAULLE. Nous sommes contents d'être là, Bon moral.

                       Repérés avec nos camions, nous essuyons une douche par leur artillerie.

    Le capitaine BLANCHET (de Shanghai) et son chauffeur JEAN-MARIE (de Pondichéry) sont tués, notre lieutenant, le Lt. ZUINGHEDAU (de Brazzaville) l'adjudant LAMY et ROUILLE sont bien amochés.

     

    * Carnet de route de Maurice MEHAUT (FFL, BIMP) - 2 - La Campagne d'Italie (Printemps 1944)

     

                          WILKES est légèrement blessé. Ca chauffe dans le coin. Mortiers. Nous grimpons sur le flanc d'un petit piton, il pleut à torrent et ça glisse. Nous tombons bien une centaine de fois avant d'arriver en haut. Pris à partie par les mitrailleuses et même l'artillerie une nouvelle fois. Sale quart d’heure. J'ai eu chaud, très chaud, encore cette fois -ci. Un pruneau tombé tout près, ne m'a pas touché, mais m'a fait faire un vol plané mémorable.

    Ils sont à moins de 200 mètres et une de leurs mitrailleuses avancées à une centaine de mètres nous en fait voir, elle sera difficile à faire taire. Deux chars français (des Shermans) sont en bas des pitons. Ils bousillent 2 Tigres. Je me replie vers les camions, en bas derrière. J'apprends que mes copains le sergent CHERI et PAUL-MARIE (de Pondichéry) sont tués.

    Que de vides dans le bataillon. Il pleut encore toute la nuit. De l'eau et des mortiers. Patrouilles - Les Allemands décrochent au petit jour.

    19 Juin 

                          Retardés par les mines et les ponts sautés, on fait du tout terrain, c'est de l'acrobatie, et le matériel est vraiment solide. Juste devant nous, un de nos chars saute, aucun blessé. Je reçois un gros morceau de caoutchouc dans le nez, et ça à beau être du caoutchouc, on le sent passer, mais il va de soi que je bénis tous les saints que ce ne soit pas un morceau d'acier. Les troupes du Génie déminent à la baïonnette, leurs appareils ne pouvant plus déceler les nouvelles mines. Travail ingrat, il y en a quelques dizaines qui sautent tous les jours chez eux.

    20 Juin

                          Progressons d'un km environ et prenons position en creusant nos trous Combien de trous avons nous creusés ? A peine installés, nous sommes pris sous un bel arrosage d'artillerie. HIRABOURE le grand bavard est blessé par un 88. COUILLAUD, un ancien de 40, est tué. TOUBA et PIEDFORT sont évacués aussi. Notre camion camouflé un peu derrière nous est transformé en passoire.

                     Nous renforçons la 3ème Cie qui est tombé sur un "os". Ca chauffe. Progression.

    21 Juin

                            Relevés à l'aube, rejoignons la route. Remorqués par une chenille allemande, nous nous arrêtons à 5 ou 6 Kms et installons nos tentes dans une belle prairie. Puis nous faisons un "commando" c'est à dire que nous allons à 6 ou 7 "récupérer" quelque chose. Aujourd'hui ce sera un beau cochon.

    Je ne sais pas quel crétin qui, après l'avoir ramené, l'avait accroché à un arbre avec une ficelle... mais notre cochon a cassé sa ficelle en un clin d'oeil et a pris la poudre d'escampette.

    Quelle partie pour le rattraper ! Je n'ai jamais tant couru, impossible de lui mettre la main dessus, CASIMIR, notre cuistot, ne voulant pas  qu'on le tue à la mitraillette. En désespoir de cause, nous avons fait un deuxième "commando" et ramené un de ses frères, qui lui, n'eut pas le temps de s'échapper.

                            Nous trouvons de l'eau, nous n'étions pas lavés depuis 6 jours.

    22 Juin

                       Nous partons près du lac BOLSENA et MONTEFIASCONE. Le pays est bien. CHABRIER monte sa tente avec moi aujourd'hui, d'habitude c'est RUFF. En effet nous n'avons chacun qu'une demie tente USA, ce qui nous met dans l'obligation de trouver un partenaire pour monter la tente complète. Cela va bien quand nous sommes en nombres pairs.....

                          Aujourd'hui nous avons l’électricité sous notre tente et pour la première fois JULOT (petit lapin mascotte) couche avec nous.

                          3ème anniversaire de la déclaration de guerre de l'Allemagne à l'URSS.

    23 Juin

                            Repos complet. Lessive et baignade dans le lac BOLSENA.

    24 Juin

                            Comme hier et... quelques Italiennes.

    25 Juin 

                           Paye. En mouvement, nous sommes transportés par des GMC conduits par des noirs américains. Ils nous emmènent à vive allure jusqu'à ANZIO. Nous embarquons aussitôt sur le S/S"ANDREW MOORE", Liberty Ship USA. Nous échangeons quelques souvenirs avec les marins du bord.


    * Maurice MEHAUT (BIMP)

    26 Juin

                       Traversée calme. Mais j'ai dormi sur le pont arrière et je suis transformé en ramoneur de cheminée par la fumée de mazout. Il y a grande effervescence chez les marins américains, ils ont appris qu'un des nôtres, CARRERE, possède un fanion de Cie allemand, pris en combat. C'est les enchères.... un marin offre 50 cartouches de cigarettes, mais CARRERE tient bon et ne le lâchera pas.

    27 Juin          

                   Nous apercevons NAPLES au lever du jour. Nous ne sommes pas mécontents de revoir NAPLES et le VESUVE. C'est d'ailleurs plus joli à voir en pleine mer que quand on y est.

    28 Juin

                         Détour à nos anciens emplacements de TRENTOLA. C'est là que nous nous rendons compte du changement, des vides, des copains manquants, cela nous rend moroses. Lessive.

    29 Juin          Nouvelle formation de la Cie.

                        Regrettable accident dans la grange. Le Sergent GUILLERM  à traversle plancher pourri et se casse les reins 6 mètres en dessous, sur le ciment. Pour ma part, je reçois un paquet de tuiles rouges sur le crâne, pendant un somme.

    30 Juin          

                         L'inévitable : théorie sur le fusil-mitrailleur U.S. (que nous connaissons par coeur), sur une fausse manoeuvre du lieutenant, une balle part et blesse grièvement CHABRIER et continuant sa trajectoire blesse légèrement deux copains, un à la cuisse, l'autre à la main.

    1er Juillet 1944

                       Repos, mon empoisonnement revient et je suis évacué à l’hôpital complémentaire de NAPLES. Jambes infectées par réaction des piqûres. 10 jours à l’hôpital, très bien tenu, mais les infirmières françaises ne valent pas les infirmières anglaises, pour être bien soigné il faut être beau gosse, et comme je n'ai pas cette prétention...

    10 Juillet        

                           Retour à la Cie. Pas grand chose à faire, si ce n'est d'écouter les chants tahitiens que nous aimons beaucoup.

    14 Juillet        

    Permission à NAPLES. Je vais au théâtre avec une italienne, mais je n'ai rien compris. J’achète une petite guitare.

    15 Juillet 1944

                            A TRENTOLA : Théorie inspection d'armes.

    16 Juillet

                    De permission à NAPLES avec RUFF, nous faisons un repas pantagruélique dans un petit restaurant. RENE et la vieille bonne femme avec sa canne, elle avait au moins 70 ans et voulait se prostituer, je n'ai jamais vu RUFF courir si vite.....

    17 Juillet        

    De service Military-Police à NAPLES. C'est une bonne corvée car on peut se promener partout, à n'importe quelle heure et manger à prix réduits. (Les restaurateurs tremblent quand ils voient les casques blancs et les brassards).

    18 Juillet

                          Comme hier. J'ai flanqué une bonne fessée à un gosse que j'ai surpris en train de mettre notre Jeep à sac.

    29 Juillet        

                        Nous quittons définitivement TRENTOLA et chose bizarre, nous prenons le train à NAPLES. 4 jours de train, mais en wagon voyageurs, bon voyage, il fait très chaud.

    3 Août 1944

                            Nous descendons à TARENTE. Ca commence mal, nous tamponnons un autre train en gare de TARENTE. Les wagons en bois sont complètement tordus sauf ceux de queue. Quelques blessés légers seulement. Ma guitare est brisée. Le mécanicien et le chauffeur se font sérieusement "corriger".

    4 Août

                          Sous les tentes à 8 Kms de TARENTE dans un pays désertique. Presque pas d'eau. Vents de sable avec tourbillons qui soulèvent les guitounes sur leurs passages. Poussière - chaleur intense.
    On se croirait plutôt en Afrique du Nord. Nous touchons du savon à ne savoir qu'en faire. La cuisine est faite par les Anglais..... mais leur porridge est excellent, pour ma part j'adore le porridge. Le Capitaine anglais nous fait tourner en rond pendant une heure, attendant le silence, car au coup de clairon, sa cuisine en plein air était encerclée par 600 bonshommes affamés.... le soir, tout se passera en ordre et calme.

    9 Août            

    Matériel embarqué... ça sent le débarquement et nous sommes impatients. Des partisans italiens perchés sur les montagnes environnantes nous envoient quelques mortiers et balayent le camp avec une mitrailleuse. Ils agissent de même à 6 Kms plus loin au camp des ambulancières françaises. Les Anglais se chargent de les réprimer.

    10 Août          

    Nous embarquons sur un bateau Norvégien libre. Grande propreté, nous devons même laver au savon les dessous de table. Nous mourons de chaleur dans les cales et sommes deux mille. Distribution rapide de la soupe ; exercices d'alertes.

    11 Août 

                   Nous touchons du ravitaillement pour le débarquement, plaque de chocolat vitaminés à l'extrême, comprimés de vitamine, 2 pilules représentent un repas.... tout tient dans une poche, car nous devons être équipés le plus légèrement possible, sac à dos ne devant peser plus d'un kg. Par contre les munitions ne manquent pas.

     

    12 au 15 Août 1944

                           En mer - exercices d'alertes une fois par jour. Nous couchons dans des hamacs. Nourriture abondante, mais nous maigrissons par la chaleur suffocante, même torses nus, nos serviettes sont trempées. Nous passons 1/2 heure par jour sur le pont, à gauche, à droite, à perte de vue, ce n'est que des bateaux, marchant dans un ordre impeccable. Les hommes tombant à la mer ne sont pas recueillis.

     

    Noms cités :

    Georges Bavière - Jacques Bigot - Pierre  Blanchet -  René Carrère - André Chabrier - Alfred Chatenay - Marcel Couillaud  - Maurice Couran  - Gilbert Denby Wilkes - Jean Guillerm - Michel Henry -  Joseph Hiraboure -  Jean Jouany - Georges Ladus - Maurice Lamy - Casimir Lichota -  Henry Magny - Octave Neri - René Piedfort - Charles Porcheron - Emile Rouille - René Ruff - Atera Tetuira (Tetuera*) - Daniel Touba - René Zuinghedau

    Cheri, Jean-Marie, Luigi, Flesch, Paul Marie et Solair n'ont pu être identifiés précisément.

    * identifié par Jean-Christophe Teva Shigetomi

     

    A SUIVRE : troisième et dernier volet du carnet de route, à paraître la semaine prochaine...

     

    * Carnet de route de Maurice MEHAUT (FFL, BIMP) - 2 - Dans la Campagne d'Italie (Printemps 1944)

    * Carnet de route de Maurice MEHAUT (FFL, BIMP) - 2 - Dans la Campagne d'Italie (Printemps 1944)

    *************************************************************************


    1 commentaire
  • Faire-part annoncé sur le Groupe Facebook Maquisards et pionniers du Vercors , complété des "Souvenirs" de Georges Carpentier.

     

    ****

     

    Nous avons eu la tristesse d'apprendre le décès de deux anciens maquisards du Vercors.

     

    Georges CARPENTIER, 11e Cuir,  BM 24, BM 21


    Georges Carpentier (photo) fut le plus jeune maquisard du Vercors.


    Né le 17 décembre 1928 à Louviers (Eure), inquiété par la Feldgendarmerie qui recherche son frère, il le rejoint dans l'Isère. 
    Le 5 juin 1944, il rejoint le maquis du Vercors et est affecté au camp 11.
    Après les combats du Vercors, il s'engage au 11ème régiment de Cuirassiers puis est muté le 7 novembre 1944 au bataillon de marche 24 puis au bataillon de marche 21 le 11 avril 1945.
    Il participe aux campagnes des Vosges et d'Alsace.


    Il est cité à l’ordre de la brigade : « Jeune volontaire de seize ans. A l’attaque de Tain-Tournon, le 27 août 1944, est allé prendre position avec son FM sous le feu des mitrailleuses allemandes, et réussit à mettre hors d’usage quatre camions ennemis. Ne s’est replié qu’après en avoir reçu trois fois l’ordre, faisant preuve du plus grand mépris du danger ».

    ****

    En hommage à Georges CARPENTIER, Sur les chemins de la 1ère DFL publie le récit de ses souvenirs de maquisard du Vercors et à la 1ère DFL

     

    "Je suis né le 17 décembre 1928. Le jour de la déclaration de la guerre, le 3 septembre 1939, j'avais 10 ans, 8 mois et 17 jours.

    Je me souviens très bien de la grande tristesse qui régnait dans la famille ce jour-là. Il ne faut pas oublier que nos anciens sortaient de faire 14-18 et qu'ils savaient très bien ce que le mot « guerre » signifie. Mon père, mes oncles étaient de ceux-là. De plus, mon père, dans l'artillerie de forteresse, avait été fait prisonnier au « Fort de Vaux » près de Verdun vers 1915, pour ensuite passer 52 mois de captivité en Allemagne.

    Nous, les enfants de cette époque, avons eu notre jeunesse bercée par les récits de guerre des hommes de notre famille, car c'était devenu leur principal sujet de conversation après cette terrible épopée de 14-18. Ces hommes étaient marqués à jamais, et nous, les enfants, ne les comprenions pas toujours ; aussi les avons-nous souvent trouvés ridicules de nous raconter sans cesse les mêmes histoires, souvent terribles, parfois drôles.

    Ma pensée va souvent vers ces anciens, surtout quand je me surprends moi-même, après 50 années passées, à raconter ce que fut pour moi la période de guerre 39-45.

    Habitant à Louviers en Normandie, nous avons effectué l'exode de 1940 jusque dans les « Deux-Sèvres », fuyant devant l'avance des allemands dans un désordre général, avant de faire demi-tour et de retrouver notre ville en ruines, quasi rasée comme bien d'autres villes que nous avions traversées. Ces ruines et la présence allemande, symbolisée par les immenses drapeaux à croix gammée qui flottaient sur les immeubles qu'ils occupaient, me firent prendre conscience de ce que pouvait être cette guerre. Ma période d'occupation s'est écoulée en Normandie, avec cette présence allemande jusque dans le lycée et avec toutes les privations qui découlaient de cette situation : rationnements de toutes sortes, manque de distractions et de liberté.

    A part la discipline et le couvre-feu imposés par les Allemands, je n'ai pas eu à souffrir réellement de la brutalité des troupes d'occupation, jusqu'au moment où mon frère, mon aîné de trois ans, préféra prendre le chemin de la clandestinité à celui du STO en Allemagne. Cette situation nous mit dans l'insécurité. Dès cet instant, tout début 1944, la Feldgendarmerie allemande fût très présente à notre domicile, espérant certainement le retour de mon frère pour le « cueillir ». Après plusieurs visites et quelques interrogatoires à domicile, mes parents prirent peur que je sois emmené en Allemagne, à la place du frère.

    A mon tour, ce fut pour moi le départ pour la clandestinité. Le train pour Paris, puis pour Lyon, en passant pour ma part la ligne de démarcation à Maçon, sans dommage. Je me suis retrouvé à Cordéac (Isère), au-dessus de Grenoble, dans une centrale électrique en construction. Mon frère y était déjà avec beaucoup de Normands. Quelques jours après mon arrivée, ils sont presque tous partis pour le « Maquis du Vercors » car les Allemands venaient pour recenser le personnel du chantier. Il faut dire que la plupart était des réfractaires au STO. Pour ma part, n'ayant pas de papiers d'identité, pas d'argent et mesurant plus de 1,70 mètres... la situation était critique. Avec deux camarades normands, dont plus tard l'un est mort au « Champ d'Honneur » (Guy Bossard, dit « Tête d'Oeuf ») et l'autre fait prisonnier à Obenheim (André Lavoine, dit « Gribouille ») nous étions décidés de monter à notre tour au « Maquis », car la radio laissait entendre que de grands événements allaient se produire.

    Après plusieurs jours de marche à pied, par le « Col de la Croix Haute », nous avons gagné le « Col du Roussel » au sud du Vercors. C'était le 6 juin 1944. Nous venions d'arriver au Cil.

    J'y retrouvais mon frère (Jean Carpentier, dit « Cartouche »). Pour ma part, sans tarder, je fus baptisé « La Fraise ». En guise de bienvenue, le Chef du Cil (Gaston Cathala dit « Grange ») me dit : « Ici nous sommes tous des apprentis cadavres... Vu ton âge, si tu veux, tu peux rentrer chez toi... ». A 800 kilomètres de chez moi, étant donné les événements... je suis resté. Notre intégration dans ce camp s'est effectuée en douceur mais avec discipline, car la plupart de ses responsables étaient des militaires de carrière. Cela fit que, dès que les effectifs se mirent à grossir en juin, l'organisation du camp ressembla à celle d'une caserne ; manoeuvres, maniement d'armes, exercice de tir, patrouilles, même escrime à la baïonnette... sans oublier les tours de garde, les corvées de bois, celles de « patates », de nettoyage, de lessive, etc. nous n'étions pas désoeuvrés.

    Dans ce site magnifique où nous étions, la guerre aurait pu nous paraître lointaine, mais les allemands attaquèrent le « Plateau du Vercors » à Saint Nizier-du-Moucherotte, juste au-dessus de Grenoble, le 13 juin 1944, ce qui fit une vingtaine de morts parmi les résistants et une dizaine chez eux.

    Le Cl 1 participa effectivement à cette bataille. Je fus pour ma part versé dans les patrouilles de nettoyage de secteur, dès que le combat cessa. Les Allemands n'allèrent pas plus loin... et la vie reprit son cours dans les différents camps.

    Le 14 juillet 1944, 36 forteresses volantes sont venues larguer au-dessus de Vassieux-en-Vercors, 432 containers de matériels. Juste le temps d'admirer le parachutage et nous descendons à Die (Drôme), pour effectuer une « Prise d'Armes », que l'aviation allemande vient perturber en nous mitraillant.

    Ces manifestations, à la barbe et au nez des Allemands, nous forgeaient un moral d'acier. De plus, nous attendions un renfort des troupes régulières qui, venant d'Alger, devaient se poser sur le terrain d'aviation de Vassieux que nous avions préparé à cet effet. Nous ne pouvions plus craindre personne... hélas, ces renforts, tant attendus, ne sont jamais venus.

    Lorsque nous avons appris que nous étions encerclés, vers le 18 juillet, nous nous sommes préparés à combattre. Avec un autre normand (Jacques Renoux dit « La Douille ») et deux  autres copains, j'ai été affecté à la garde d'un « Pas » dans le sud du Vercors. De là, le 21 juillet au matin, nous avons vu arriver les planeurs allemands tirés par des avions. Nous n'avions aucun moyen de communication pour prévenir nos camarades. Ce fut très rapide... détachés, les planeurs ont plongé sur Vassieux et les avions ont commencé à bombarder en tournant en rond, aidés de leur aviation de chasse.

    Pour les civils et les résistants du Vercors, l'inimaginable ne faisait que commencer... un carnage sans nom, qui fit 460 et quelques victimes parmi les civils et les résistants et environ 90 allemands morts.

    J'ai pu sortir de cette souricière grâce à l'aide de mon Chef et à celle de camarades qui connaissaient la région, en passant par le « Pas de Chabrinel » et l'« Abbaye de Valcroissant »... de nuit, heureusement sans clair de lune, mais pas sans Allemands. Nous avons aussi essayé de nous déplacer en plein jour, ce qui un jour nous valut d'être bloqués un certain temps sous un petit pont, près de Aix-en-Diois, alors que dessus, allant vers Die, les Allemands passaient en convoi.

    La Drôme traversée et après des kilomètres et des kilomètres de marche en montagne, puis l'aide d'un vieux camion à gazogène, nous avons pu rejoindre la ville de Buis-les-Baronnies près du Vaucluse. Là, nous avons été pris en charge par les résistants du coin qui nous assurèrent notre subsistance, contre quelques missions de surveillance des axes routiers dans la région de Mirabel-aux-Baronnies. A cette occasion, j'ai été nommé « tireur au FM » de mon groupe ; j'avais 15 ans et demi.

    Nous avons regagné le Vercors à la Beaune d'Hostun, en camion et par la route, passant par Crest et Chabeuil. J'avais installé mon FM sur la cabine du camion. Cette ville, près de Valence, était occupée par les Allemands d'un camp d'aviation et nous sommes passés devant la porte de ce camp, un grand drapeau français flottant sur le camion. Stupeur des Allemands !

    Résultat : un mort et un prisonnier allemands... et nous, reprenant la route du Vercors de toute la vitesse de notre gazogène.

    La forêt de la Beaune d'Hostun était le lieu de regroupement du Maquis du Vercors. Nous y avons retrouvé les survivants du Cil. Sous le commandement de notre chef (Gaston Cathéla dit « Grange »), nous sommes retournés à l'intérieur du Vercors effectuer des missions de reconnaissance, afin de savoir si les Allemands étaient encore sur place et récupérer des armes. Moi et mon FM, nous étions de toutes les sorties. J'ai pu ainsi revoir le « Col du Roussel » et son refuge de montagne, lieu de cantonnement duCll.

    Le 21 août 1944, nous avons poussé plus loin la sortie, jusqu'à aller attaquer les allemands sur la Nationale 7 au bord du Rhône en amont de Tain-1'Hermitage à hauteur de Chantemerle-les-Blés. Nous étions environ 25 maquisards pour nous en prendre à une centaine de camions remplis de soldats allemands. Bénéficiant de l'effet de surprise, nos 5 FM et les fusils des camarades présents ont pu, pendant un temps, venger un peu nos « Morts du Vercors ».

    J'ai personnellement reçu, à cette occasion, la « Croix de Guerre » à l'Ordre de la Brigade.

    Mon unité, le Cil, a ensuite participé à la libération de Romans (Drôme) en nous faisant effectuer des missions dans la ville et dans la campagne alentour, allant un jour avec un autre tireur au FM (Francis Dourdou dit « Figaro »), jusqu'à attaquer de front un char allemand qui nous fit faire demi-tour en nous envoyant ses obus... par bonheur dans le sable. Nous avons ainsi vu arriver les premiers américains. Puis vint le moment où les troupes régulières sont passées devant nous.

    Nous sommes ensuite remontés sur Lyon, où nous avons dû subir essentiellement les tireurs isolés sur les toits et les étages supérieurs des maisons. Belles cibles que nous formions, au beau milieu de la cour de la « Caserne La Part-Dieu , où nous étions consignés plus que cantonnés, après avoir été stationnés à la « Gare des Brotteaux ».

    Nous avons dû aussi subir les quolibets de l'Armée régulière, sur notre tenue peu reluisante, sur notre manque de métier, sur nos faits d'armes douteux ; sans parler des galons de nos gradés, ce qui avait l'air de devenir une franche rigolade... Pourtant nos coeurs étaient tranquilles et nos morts, qui se joignaient à leurs morts, étaient là pour témoigner que nous avions fait tout notre possible pour leur ouvrir la route jusqu'à Lyon et plus loin encore.

    Nous étions à la Prise d'Armes, place Bellecourt le 6 septembre, avec nos tenues « bizarres » et nous ne fûmes pas moins applaudis pour autant, car la population de Lyon savait d'où nous venions et reconnaissait, parmi nous, bon nombre des siens.

    C'est vers cette époque que nous sommes devenus 11e Cuirassiers et que nous avons marché aux côtés de la 1ère DFL.

    Les batailles, auxquelles nous avons participé alors, nous semblaient être d'une autre guerre, telles Malbouhans, Melisey, Presse et autres... ça ne ressemblait pas aux « coups-de-mains », mais nous faisions tous nos efforts, avec ce que nous avions pour nous battre. Nous n'avons pas dû être ridicules puisque vers la fin octobre début novembre, nous avons été incorporés au BM 24 de la 1ère DFL. Nous étions à Ronchamp (Haute-Saône).

    Dès cet instant, nous avons tous vécu les mêmes événements et je ne relaterai que quelques anecdotes de mon parcours personnel.

    Affecté tout d'abord à la 2ème Compagnie avec mes camarades du Vercors, je me suis retrouvé muté, presque d'office, au bureau de l'Officier des Détails, du Lieutenant Bonaldi. Il cherchait, paraît-il, un dactylo... ça tombait bien, je ne savais pour ainsi dire pas taper à la machine... ou si peu. De plus, l'Adjt. Lever, aux « Effectifs », devait faire face tous les jours aux mouvements d'hommes, causés par le départ des troupes noires et l'arrivée des FFI que nous étions.

    Je fus « adopté » dans ce Service, plus à cause de mon jeune âge que pour mes compétences réelles, à ce moment-là.

    Je garde un excellent souvenir du Lt Bonaldi, des Adj. Lever, Gabarros, Letertre, du Caporal Jean Colonna, du Vaguemestre, du chauffeur « Jojo » et de ceux qui formaient l'équipe de l'« O.D. » et dont j'ai aujourd'hui oublié les noms. Qu'ils me pardonnent.

    Pas facile de « troquer » le FM contre une machine à écrire. Contrairement à ce que j'aurais pu croire, le bureau de l'O.D. n'a jamais été bien loin à l'arrière des lignes de combat. Que ce soit à Ronchamp, à Giromagny, à Sand, je retrouvais toujours pas bien loin mes « copains du maquis ». Il faut dire que dans ce bureau de l'O.D., je me retrouvais très souvent dans la jeep de l'agent de liaison (Claude Diot), pour porter des papiers ou autres, dans tous les secteurs du BM 24. C'est ainsi que je me suis trouvé sur le pont du Rahin au moment où les gars du Génie cherchaient dans l'eau le Général Brosset qui venait d'avoir son accident mortel.

    Nous avions nous-mêmes failli basculer dans ce même Rahin, en arrivant la veille et de nuit devant le pont de Plancher-Bas, qui avait sauté. Sans le savoir, nous avions également roulé sur cette route truffée de mines, que les gars du Génie étaient en train de retirer.

    Une des étapes du bureau de l'OD fut un baraquement dans la Caserne de Giromagny dès la prise de cette ville. Je ne sais pas qui a décrété à ce moment-là que je savais conduire, mais je fus envoyé de nuit avec un chauffeur et un camion, pour récupérer des véhicules qui étaient en panne vers Auxelles-Bas. Le passage du petit pont coupé avant Giromagny s'effectuait sur deux poutrelles, que les gars du Génie ajustaient selon l'empattement des véhicules. De nuit, ne sachant pas bien conduire, j'ai réussi à déclencher les hurlements d'un gradé qui s'efforçait de régler la circulation sur cet étroit passage... mission réussie malgré tout, saluée à notre retour à la caserne par un obus allemand arrivant dans la cour.

    Encore quelques missions... dont certaines allèrent au-delà du fossé antichars que l'on franchissait sur un remblai de terre glaise très glissante, avec la trouille d'aller à l'eau...

    Entre temps, le service des Effectifs de l'Adjudant Lever était mon port d'attache et nous devions y tenir à jour les fiches de tous les hommes du BM 24. Arrivés, départs, hospitalisations et aussi les morts.

    Début décembre, la mission de la 1ère DFL semble remplie et nous ne tardons pas à nous retrouver près de Vesoul, en regroupement, avant de partir pour la « Côte de l'Atlantique ».

    Pour gagner le cantonnement près de Vesoul, nous avons effectué le trajet en colonne et de nuit. Juste derrière le camion dans lequel je me trouvais avec le chauffeur, il y avait un autre camion plein d'obus de mortier et de munitions qui fermait la marche et qui était conduit par le Vaguemestre. Or, ce camion ne figurait pas à l'arrivée... Après un peu d'attente, inquiet, le Lt. Bonaldi nous demande, au chauffeur et à moi, de retourner au devant du retardataire... que nous trouvons arrêté au bord d'un fossé. Dans la nuit, ce camion a percuté un GMC qui s'est renversé en travers de la route. Ni explosion, ni blessé... Ce soir-là, les Dieux, dont Bacchus, devaient être avec nous, car le GMC transportait de la Bénédictine et du Cointreau. Vu le nombre de bouteilles déjà cassées, quelques bouteilles de moins, ça ne se voyait plus... fiesta au bureau de l'O.D.

    Nous, anciens FFI, savons que nous sommes maintenant intégrés à la 1ère DFL et que le BM 24 dont nous constituons la plus grande partie, est un Bataillon respecté de la plupart des cadres FFL. Arrivés par le train dans la région de Blaye (Gironde), le bureau de l'O.D. cantonna dans la maison du Maire de Saint-Genest-de-Blaye. Des vacances ou presque... avec un accueil très chaleureux de la part des habitants du pays. Heureux qui aime boire du vin ! Au bureau des effectifs, nous enregistrons pas mal d'engagements volontaires, sans penser à l'avenir, sauf au repas de Noël pour lequel nous sommes invités chez un viticulteur. Nous avions déjà été invités chez ce viticulteur le 17 décembre pour fêter joyeusement et « sans modération » mes 16 ans.

    Le 24 décembre : « état d'alerte ».

    Juste le temps d'avaler le repas du réveillon et nous partons dès l'aube pour remonter en Alsace. Pour ma part, j'ai effectué le voyage en « traction avant » avec le Lieutenant Bonaldi (O.D.) et son chauffeur. Privilège de l'âge...

    En trois jours et quelques, nous sommes de retour dans l'est et nous retrouvons le froid et l'ambiance de guerre que l'on avait commencé à oublier.

    Pour le nouvel an, je ne souviens que nous avons reçu des cigarettes anglaises, à l'effigie de la Reine. Nous étions très touchés de cette façon courtoise de nous présenter ses voeux de bonne année. (...)

    8 Mai 1945

    "Tous, nous pensons que la « Grande aventure de la libération » est maintenant terminée, mais nous ne pouvons encore imaginer ce que sera l’« Aventure de l'après-guerre ». J'allais en avoir rapidement un aperçu car une «permission de détente» me permettait de me rendre chez moi en Normandie... Déjà, nous nous entendions dire que « Si nous ne trouvions pas de place à notre retour, il ne faudrait pas nous plaindre, car personne ne nous avait demandé de nous engager dans le "Maquis". Jolie perspective... ».

    Georges Carpentier

     

     **************

     

    Nous déplorons également le décès de Louis PINET.


    Né en mai 1924 à Lyon, il entre dans la Résistance en février 1942.
    Le 4 juin 1944, il rejoint le maquis du Vercors et est affecté au groupe de soutien du 11ème régiment de Cuirassiers à Saint-Agnan.


    Après les combats du Vercors, il participe au sein de ce régiment aux campagnes des Vosges et d'Alsace de la 1ère Division Française Libre.


    Il est cité à l'ordre de la brigade : "Jeune engagé volontaire de 20 ans, père de famille. Le 21 novembre 1944, lors de l'attaque d'Auxelles de Bas, a été blessé alors qu'il venait de faire plusieurs prisonniers".

    Nous présentons nos sincères condoléances à leurs familles et à leurs proches.

     

    ***********************************************************************************************************************

     Album photos du 11e Cuirassiers 


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires