•  

     

    Page souvenir -  Jacques BALLEYGUIER 43/45 : Itinéraire d’un jeune résistant et engagé. De la Côte d’Or à la Côte d’Azur.

     

    Page souvenir -  Jacques BALLEYGUIER 43/45 : Itinéraire d’un jeune résistant et engagé. De la Côte d’Or à la Côte d’Azur.

    Jacques BALLEYGUIER

    Jacques est né le 18 mai 1923 à Paris.
    Décédé le 28 décembre 1987 à Paris

    (Crédit photo  J-M Balleyguier)

    Citation à l'ordre de l'Armée

    Page souvenir -  Jacques BALLEYGUIER 43/45 : Itinéraire d’un jeune résistant et engagé. De la Côte d’Or à la Côte d’Azur.

    En octobre 1943, la 1ère DFL devient 1ère DMI et passe sur l’organisation US pour être engagée en Europe. Personne, jusqu’à la dissolution le 15 aout 1945, ne veut entendre d’autre appellation que 1ère DFL. 

      

    Page souvenir -  Jacques BALLEYGUIER 43/45 : Itinéraire d’un jeune résistant et engagé. De la Côte d’Or à la Côte d’Azur. 

     (Crédit photo  J-M Balleyguier)

    Je pense que les pages qui suivent vous apprendront autant de choses qu’à moi-même lors de leur rédaction. Elles racontent simplement la vie d’un jeune homme de 20 ans en 1943 qui refuse l’oppression et décide de participer à la libération de son pays. Non, il n’était pas un héros. Simple maquisard, puis soldat de seconde classe il combattit afin d’être en accord avec ses convictions chrétiennes, de paix, de justice et de liberté des peuples. Convictions qu’il affirmera quelques années plus tard, en 1949, et qui le guideront sa vie durant.


                                                              J-M Balleyguier. 1er mars 2009.

     

     

     Lecture en mode livre


    * Page souvenir -  Jacques BALLEYGUIER 43/45 : Itinéraire d’un jeune résistant et engagé. De la Côte d’Or à la Côte d’Azur. (BIMP)

     

    Page souvenir -  Jacques BALLEYGUIER 43/45 : Itinéraire d’un jeune résistant et engagé. De la Côte d’Or à la Côte d’Azur.

     

    "Ce qu'a su faire, pour la France, la 1ère Division française Libre, Ce qu'elle a su faire par le cœur, le corps, les armes, de ceux qui en étaient, Ce qu'elle a su faire avec ses Chefs, KOENIG, BROSSET, GARBAY, ses officiers et ses soldats, C'est un des plus beaux morceaux de notre grande Histoire, C'est un rocher que les vagues du temps ne pourront détruire jamais. C'est, pour toujours, un défi lancé à ceux qui doutent de la France".

                                                          Charles De Gaulle - 27 février 1946

     

    Fondation B.M.24 Obenheim   

    Page souvenir -  Jacques BALLEYGUIER 43/45 : Itinéraire d’un jeune résistant et engagé. De la Côte d’Or à la Côte d’Azur.

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    * Anniversaire - Ce jour 19 avril 2020 Edgard Tupët Thomé, Compagnon de la Libération, qui vient d’avoir 100 ans !


    * Anniversaire - Ce jour 19 avril 2020 Edgard Tupët Thomé, Compagnon de la Libération, qui vient d’avoir 100 ans !

    Aujourd'hui 19 avril 2020 
    M.  Edgard Tupët Thomé fête ses 100 ans.

    (Crédit photo Michel Pourny)

    Article du journal 

    * Anniversaire - Ce jour 19 avril 2020 Edgard Tupët Thomé, Compagnon de la Libération, vient d’avoir 100 ans !

     

    En janvier, 2020 Edgar Tupët-Thomé, libérateur de Landerneau et Daoulas (Finistère) en août 1944, vient d’être élevé à la dignité de Grand-Croix de la Légion d’honneur.

    Jusqu’à ces dernières années à Binic (Côtes-d’Armor), où il habite depuis une cinquantaine d’années, on le voyait toujours fidèle aux cérémonies patriotiques, coiffé de son béret rouge de parachutiste. Mais pour des raisons de santé, il vit désormais aux Invalides, à Paris.

    En août 1944, à 24 ans, commandant en second du 3e régiment de chasseurs parachutistes, il attaque avec une douzaine d’hommes la Kommandantur de Daoulas qui compte soixante soldats. Il tue douze Allemands et fait quarante prisonniers.

    Modeste et discret

    Dans la foulée, Edgar Tupët-Thomé et ses hommes participent à la libération de Landerneau de l’occupation allemande. Puis de Clerval, dans le Doubs.

    Cet Ardennais d’origine a presque tout vécu de la Seconde Guerre mondiale. Fait prisonnier à Dunkerque, il s’évade pour rejoindre la Résistance et la France Libre. Chargé de mission du général de Gaulle, il intègre le SAS (Spécial air service) et s’entraîne avec ces commandos en Grande-Bretagne.

    Dernier SAS de l’Ouest, il a été décoré de nombreuses fois, notamment en Angleterre, de la King’s medal for courage in the cause of Freedom. Au Royaume-Uni, il a même été reçu par la reine mère. La plus grande fierté de ce Compagnon de la Libération« Avoir eu peu de pertes et ne pas avoir causé de dégâts aux civils. »



    Edgar Tupët-Thomé et son épouse Geneviéve dans son bureau chargé de souvenirs, à Binic, il y a quelques années. | ARCHIVES


    Edgar Tupët-Thomé a écrit ses souvenirs dans plusieurs ouvrages, dont Special air service.

    Bernard Le Néel, un Binicais qui le connaît bien, témoigne de la modestie et de la grande discrétion du militaire à propos de ses exploits : « Il ne voulait pas être considéré comme un héros. Il disait : « C’est le hasard, et puis, quand nous nous battions, nous avions l’avantage d’être des professionnels bien formés. »

    Edgar Tupët-Thomé fêtera ses 100 ans le 19 avril 2020.

     

    La Fondation B.M.24 Obenheim 

    présente à M. Edgard Tupët Thomé
    toutes ses félicitations pour son grand âge.

     

    Fondation B.m.24 Obenheim       

    * Anniversaire - Ce jour 19 avril 2020 Edgard Tupët Thomé, Compagnon de la Libération, vient d’avoir 100 ans !

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    * 2020 - l'année commémorative de Charles de Gaulle - L’appel du 18 juin 1940 a-t-il été entendu à Tahiti ?


    En partenariat avec la Maison de la culture
    dans la rubrique "La culture vient à vous" et son accompagnement aux commémorations des 80 ans du ralliement des EFO à la France libre.


    Onze articles avec des biographies sont programmés à raison d'un article par semaine jusqu'au 18 juin 2020. En cette lourde période de confinement, merci encore à la Maison de la culture pour son accompagnement correspondant… Bonne lecture et surtout restez confinés.

                                                                                          Cordialement.

                                                            

                                                               Jean-Christophe Teva SHIGETOMI

     

    * 2020 - l'année commémorative de Charles de Gaulle - L’appel du 18 juin 1940 a-t-il été entendu à Tahiti ?

     

    Article N°1

    L’appel du 18 juin 1940 a-t-il été entendu à Tahiti ?

     

    Le 10 mai 1940, les Allemands envahissent la Belgique et la Hollande. Le 13 mai, les troupes françaises sont bousculées à Sedan. L’armée belge capitule le 18 mai. L’éventualité d’une cessation des combats flotte au sein du cabinet de Paul Reynaud, président du Conseil. Certains des membres de son cabinet prônent la poursuite de la guerre comme le sous-secrétaire d’État à la guerre, d’autres évoquent un armistice auquel va se rallier le maréchal Pétain.

    Le 18 juin 1940, un général français au nom encore inconnu invite sur les ondes de la BBC la poursuite de la guerre aux côtés des Alliés : (…) Je convie tous les  Français où qu’ils se trouvent, à s’unir à moi dans l’action, dans le sacrifice et dans l’espérance. Notre patrie est en péril de mort. Luttons tous pour la sauver !

    L’appel du 18 juin a été très peu entendu en France. Il ne peut avoir été entendu à cette date à Tahiti, lointaine colonie du Pacifique. Quel discours a donc motivé les habitants des Établissements français d’Océanie à se ranger dans la France combattante ?

    L’appel historique du 18 juin 1940 n’a fait l’objet d’aucun enregistrement. Il est publié le jour suivant dans le Time et le Daily express.

    Le gouvernement qui est réfugié à Bordeaux confirme par télégramme du 25 juin 1940 au gouverneur des Établissements français d’Océanie la cessation des hostilités sur tous les fronts vis-vis de l’Allemagne et l’Italie. L’annonce de l’armistice tombe à Tahiti comme un couperet.

    Le 22 juin, jour de l’armistice, un second appel est cette fois-ci enregistré à Londres.

    Le 2 juillet 1940, le discours fait l’objet d’une version filmée et l’affiche de l’appel est publiée le 5 août 1940. Le texte de l’affiche est différent de celui du discours. L’affiche de l’appel n’est placardée que courant octobre 1940, dans les diverses officines publiques de la ville de Papeete, comme à l’entrée de l’ancienne Poste en bois de Papeete où les nouvelles brèves du front seront par la suite communément affichées.

    Ce sont donc des enregistrements postérieurs à l’appel du 18 juin qui ont été entendu par les populations de l’Océanie française, et relégués a posteriori sur les ondes de radio Fidji et dans les émissions en langue française en provenance de San Francisco, d’Auckland et de Sydney. Il est impensable que les deux seules émissions quotidiennes de la station de TSF de Papeete assurant sous l’autorité du Gouverneur Chastenet de Gery  l’information des  populations tahitiennes aient diffusé le message d’un Général félon appelant à la désobéissance civile.

    Le médecin-capitaine Marcel Henric en poste à Taravao témoigne Charles Lehartel m’informe vers la fin du mois de juin qu’un général français dont il n’a pu saisir le nom a parlé à la BBC de Londres pour inviter les Français hors de métropole à se joindre à lui pour continuer la lutte aux côtés des Anglais. Ce n’est que quatre ou cinq jours plus tard qu’il me livre le nom de ce Général : Charles de Gaulle.

    Le général de Gaulle reste un inconnu en atteste la réflexion de Mama Ani, une grand-mère tahitienne qui lors du plébiscite avait dit avec fermeté : (…)  …vau e metua tane peretane to’u, e ma’iti vau a Te Gaulle (moi, j’ai un père anglais, je vote Te Gaulle).

    A Tahiti, les témoignages sont donc unanimes. Peu d’entre eux ont entendu, les appels du général de Gaulle, d’autant qu’à Tahiti et ses districts comme dans  les îles, les postes récepteurs de radio sont rares. Peter Roau Brothers dit Tamu  n’a pas entendu l’appel du général de Gaulle.  Son frère d’armes, Maxime Aubry âgé aujourd’hui de 102 ans le confirme Il n’y avait pas beaucoup de postes de radio à Tahiti, j’ai entendu l’appel en ville.

     


    Maxime Aubry est aujourd’hui âgé de 102 ans. Avec Star Teriitahi et Mathew Turner Chapman domicilié aux Etats Unis, il est le dernier des marins tahitiens de la France libre Fond Maxime Aubry

     

    Adram Gobraith, gérant  du garage Tiare organise notamment  à son domicile de la rue Tepano Jaussen, des écoutes publiques au moyen d’une radio à lampes de marque Philco. Ses auditeurs sont assis en début de soirée sur la chaussée.

    A Moorea, Jeanne Lasserre  pionnière du tourisme tahitien raconte que depuis l’annonce de la déclaration de guerre, une partie de la population de la vallée a pris l’habitude de venir tous les soirs vers dix-sept heures, s’asseoir sur leur véranda pour écouter les nouvelles diffusées en tahitien à la radio. La langue tahitienne est prépondérante pour les populations locales, le français est peu maitrisé. Emile de Curton confère dans son livre Tahiti 40 que cette rupture linguistique maintient un certain déséquilibre social.

    C’est le bouche à oreille qui provoque l’effervescence des populations locales. Jean Tracqui: Je n’ai pas entendu l’appel du Général de Gaulle, mais la rumeur publique qu’un chef de guerre appelait à la poursuite de la lutte a été plus porteuse que l’appel  lui-même à Tahiti.

    Les Tahitiens étant friands de deus ex machina de cet ordre,  une certaine ébullition agite rapidement Papeete et les îles.

    Le commerçant Robert Hervé : En ville, il y avait des rassemblements, des conversations. L’appel avait suscité l’enthousiasme  (…) L’entrée des Allemands dans Paris : quelle consternation. Nous écoutions la radio en permanence. C’était l’écrasement de la France. Ma volonté de partir déjà très forte depuis 1939 a été décuplée. J’ai entendu l’appel du 18 juin : c’est ça que j’attendais.

    Des rassemblements s’organisent, des déclarations solennelles sont faites : les popaa ont perdu la guerre. Nous ne sommes pas battus, nous maoris, proclament les chefferies locales.

    A Papenoo, Teriieroo a Teriierooiterai  clame : Aujourd’hui, toute la terre tahitienne s’anime, les esprits de la vallée et les esprits de la mer sont à nos côtés pour la lutte et les dieux farouches qui hantent les sommets de l’Aorai et de l’Orohena sont descendus vers nous pour nous soutenir dans la grande bataille. Le vent qui se lève, c’est le grand vent de la guerre des maoris. Jusqu’à la victoire, il soufflera et chassera la brise parfumée de nos soirées heureuses. Jusqu’à la victoire, nous ne penserons plus qu’à la guerre. 

     


    Teriieroo a Teriierooiterai, Chef de Papenoo sera fait compagnon de la libération.  

     LIEN


    Fond Jean-Claude Teriieorooiterai

     

    Le mot d’ordre est désormais donné pour s’engager aux côtes de la France libre : Les purutia n’ont pas encore vaincu tous les territoires français si vastes que le soleil ne s’y couche jamais. Ils n’ont pas vaincu les maoris. Les ignorants et les lâches meurent et disparaissent de ce monde. Nous ne sommes pas des lâches, nous ne sommes pas des ignorants, nous ne sommes pas des captifs.

     Portrait : Teriieroo a Teriierooiterai

    Teriieroo est né le 31 octobre 1875 à Punaauia.

    Il suit une instruction primaire chez les Frères de Ploërmel à Papeete puis en 1892, il entre comme facteur à l’Office des Postes avant de devenir instituteur dans le district de Papenoo. En 1900, le gouverneur des Établissements français d’Océanie Edouard Petit le nomme chef du district de Papenoo.

    Teriieroo favorise le développement des productions agricoles de son district pour lui permettre en 1912 d’accéder à la Chambre d’Agriculture puis en 1937 à l’Assemblée des Délégations économiques et financières. Il est aussi conseiller privé suppléant.

    Teriieroo est l’un des artisans du ralliement des Établissements français d’Océanie à la France libre, habile orateur il saura fortement influer sur les populations locales pour rallier la France libre.

    Le 28 mai 1943, le général de Gaulle le fait Compagnon de la libération.

    Teriieroo a Teriierooiterai se retire de la vie publique en 1946.

    Teriieroo a Teriierooiterai décède le 20 août 1952 à Papenoo où il est inhumé.

     

    Jean-Christophe SHIGETOMI

     

     Fondation B.M.24 Obenheim      

    * 2020 - l'année commémorative de Charles de Gaulle - L’appel du 18 juin 1940 a-t-il été entendu à Tahiti ?

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    * Décès de M.  Henri Ecochard -  Français Libre de 1940 - ancien du 1er Régiment de Marche de Spahis Marocains, 

     

    La Fondation de la France Libre nous fait part du décès de Henri Ecochard, Français Libre de 1940, ancien du 1er Régiment de Marche de Spahis Marocains, le 3 avril 2020, à l'âge de 96 ans.

     

    * Décès de M.  Henri Ecochard -  Français Libre de 1940 - ancien du 1er Régiment de Marche de Spahis Marocains,

    (photo FFL)

     

    Originaire des Deux-Sèvres, il part pour Londres depuis La Rochelle le 21 juin 1940 révolté par l'armistice. A tout juste 17 ans, Il s'engage dans la France libre en trichant sur son âge. Il sert au Proche-Orient et en Tunisie au sein des spahis marocains avant de rejoindre, en 1944, le 1er régiment d'artillerie de la 1ère division française libre comme officier observateur en avion jusqu'à la fin de la guerre.

    Henri Ecochard était venu témoigner à plusieurs reprises lors des Journées de la Résistance à Alençon. Brillant orateur, humble et enthousiaste, il savait parfaitement captiver les élèves et mettre en avant le courage et les valeurs de ses compagnons de combat au sein des Forces Françaises Libres.

     

    Sa biographie.

    « Je vais vous parler d’abord de mon enfance qui a été très bonne, parce que des parents très sympathiques. Mon père, un éducateur très averti. Il était médecin, à la campagne, dans le Poitou. Il n’était pas souvent disponible mais avec mon frère, parce que j’ai une sœur aînée et un frère aîné, il n’était pas à nous dire, il faut travailler, il faut travailler tous les jours mais par contre il nous a fait sentir qu’il fallait quand même....

        Pour lire la suite de la biographie, veuillez cliquez sur le lien ci-dessous.


      Henri Ecochard - Mémoire et Espoirs de la Résistance

     

    * Décès de M.  Henri Ecochard -  Français Libre de 1940 - Ancien du 1er Régiment de Marche de Spahis Marocains

     

    La Fondation B.M.24 Obenheim
    présente ses très sincères condoléances à sa famille.

     

    Fondation B.M.24 Obenheim     

    * Décès de M.  Henri Ecochard -  Français Libre de 1940 - ancien du 1er Régiment de Marche de Spahis Marocains,

     

     

     


    2 commentaires

  • * Page souvenir - Noël BERRIOT -  Ancien du B.M.5 - 1ère DFL

      

    Noël BERRIOT

     

    * Page souvenir - Noël BERRIOT -  Ancien du B.M.5 - 1ère DFL

    Noël Berriot en 1941

     

    Né le 22 décembre 1923, Noël BERRIOT fait partie des FFI à partir de mai 1944. En octobre 1944, à 20 ans, il entre dans la 1ère DFL comme Engagé Volontaire en temps de guerre. Il est affecté à la Compagnie Lourde d'Accompagnement du BM 5, spécialité antichars.

    Noël BERRIOT est décédé le 1er septembre 2018.

    Lien 

    Pour rendre hommage à son grand-oncle ancien du B.M.5, Mme Christine Moutte, sa petite-nièce, a rassemblé en un livret les mémoires de Noël Berriott sur la 1ère DFL dans lesquelles il témoigne sur son vécu dans les combats dans l'Illwald.
     
    "j'avais tenu à retranscrire ses mémoires en respectant cette manière simple et personnelle de raconter".
                                                                          Christine Moutte

     

     

    * Page souvenir - Noël BERRIOT -  Ancien du B.M.5 - 1ère DFL

    Copie de la couverture du livret

     

    Fin janvier 1945 : la Bataille pour Colmar

    Sélestat / Bas-Rhin (67)

    On reste en cantonnement quelques jours à la sortie de Sélestat, on loge dans une maison, on attend. Et puis vient un ordre un soir : on doit dormir avec le sac sur le dos, couverture roulée, on doit être prêts à partir, on attend le rush. On dort avec le sac sur le dos, le sac sert d'oreiller. On ne sait rien, y'a que le sergent qui sait. Dans la nuit, on nous réveille, "Allez debout les gars, on y va". Là, y'a plus un mot, on se lève, on est prêts, on démarre. On sait que tout le monde ne redescendra pas, on nous l'a déjà dit.

    Passage du canal

    Attaque

    Lors de l'attaque sur Colmar, on devait passer l'Ill -c'est une rivière qui est plus ou moins parallèle au Rhin côté français. Mais avant, il fallait passer un canal. Les Boches ne pouvaient pas faire sauter les écluses du canal car ça aurait tout noyé et eux, ils devaient garder la possibilité de se barrer.

    On utilisait le camion anti-char toujours après les attaques, en cas de contre-attaque. Donc là, on ne prend pas notre camion anti-char, mais des mitrailleuses lourdes. Quand on a des pièces lourdes avec nous -mitrailleuses, caissons de cartouches- on les emmène en jeep aussi loin que possible près du front. Tout est monté dans les jeeps. Nous, on suit à pied avec tout notre barda sur le dos. Tout à coup, les jeeps s'arrêtent, elles ne peuvent pas aller plus loin et on nous dit : "ça y est les gars, on vous lâche là, alors salut les gars, faites attention hein! les gars".

    On est chargés avec tout notre fourbi sur le dos, il y a de la glace partout, ça glisse pour traverser sur les passerelles des écluses. Les gars chargés du déminage nous tiennent pour qu'on ne tombe pas dans l'eau glacée du canal, on est obligés de se cramponner.

    "Allez Berriot fais gaffe" je me dis. J'ai ma cartouchière pleine, 80 cartouches, j'ai 6 grenades, 3 de chaque côté dans mes bretelles, et je porte aussi la culasse de la 12,7 en plus de mon sac, ma couverture, mon fusil et tout, j'étais chargé comme une bourrique.

    Et là, on passe l'un après l'autre. C'est tout un bataillon qui marche, tout un bataillon, mais t'entends pas un bruit, t'entends rien, pas un bruit.

    On marche un peu, on tombe sur une petite route, et là, ça commence à flinguer. On est au contact. "Couchez-vous, bon Dieu! Couchez-vous!" Le capitaine était debout sur la route. "PORTMANN, couchez vous!" PORTMANN, il se couche pas, il reste debout comme le capitaine. "PORTMANN, couchez vous ou je vous botte le cul!". J'étais avec Mimile et un autre gars blessé. J'étais à l'abri d'un buisson à monter la mitrailleuse, et là, il nous tombe un obus, BAOUM !, et PORTMANN était encore débout ; je le regarde : "Oh la vache, il a rien eu!". Le sergent-chef Roger MORIN est blessé : un éclat dans le ventre. Le grand PORTMANN reste avec lui pour s'en occuper. MORIN, soigné, nous rejoindra plus tard à Menton, il avait eu tout le ventre ouvert, il m'a dit qu'ils lui avaient tout sorti du ventre avant de refermer.

    SOUILLAT et moi, on continue, les autres suivent. On fait environ 1 km, on traverse des clairières en courant, mais on ne court pas vite, on est fort chargés.

    Je vois un ancien qui semble danser en se marrant, je regarde mieux, il envoyait du sang à 3 mètres, il avait apparemment une artère coupée à la jambe, il faisait des ronds, il tournait sur lui-même, ça m'étonnerait qu'il s'en soit sorti.

    Il y avait un petit pont pas très haut pour passer un chemin en zone inondée, c'était bourré de morts et de blessés, y'avait du sang partout. Et d'autres qui n'étaient pas blessés que t'arrivais pas à faire sortir, tellement ils avaient peur !

    C'était terrible. Certains avaient bu de la goutte avant de partir pour se donner du courage.

    On continue à avancer. Tant qu'on n'a pas percé, on s'en prend plein la gueule, les Allemands nous attendaient. Il faut passer, faut passer, y'a rien à faire ; entre les bois, on court. Mais on ne peut pas courir beaucoup, on est tellement chargés! et dans la neige, on n'avance pas!

    Bien sûr, y'en a beaucoup qui avaient vraiment peur, morts de trouille, mais finalement, faut arriver à maîtriser la peur, et puis c'est tout. On était là pour ça, moi je n'avais pas peur. C'est pour ça que le capitaine il me considérait, il disait que BERRIOT, c'était quelqu'un.

    Les Allemands ont contre-attaqué avec des troupes qui descendaient de Norvège et qui étaient super équipées, tout habillées en blanc et tout. Alors que nous, on n'avait même pas de snow boots. C'est surtout un autre Bataillon de Marche qui a encaissé, ils ont fini tous prisonniers ou tués, ils ont résisté jusqu'au bout. Et pour les prisonniers, il parait que les Boches ont fait une haie d'honneur de chaque côté et leur ont présenté les armes, pour les honorer car ils avaient bien résisté.

    Quand on a fait cette attaque là, on voyait que des points noirs dans la neige : c’était tous les obus qu'on avait pris. Et que des points rouges : c’était tous ceux qui étaient blessés ou morts. 


    Passage de l'Ill

    Attaque de la forêt de l'Illwald

    On passe la rivière de l'Ill sur des canots pneumatiques qui permettent de faire passer deux personnes. Un canot avait déjà été crevé par les éclats d'obus. Je passe avec un copain sur un autre pneumatique, on nous tirait de la rive opposée avec une corde. Et là, ça se met à canarder. J'arrive en haut du talus de l'autre côté de la rivière. Tellement ça claque de partout, je m'abrite derrière un cadavre pour me protéger. On avance un peu. On arrive dans le bois de l'Illwald, une forêt de 8 kms sur 7. On doit faire une percée. Les obus qui s'abattent sont des obus fusants, ils éclatent dès qu'ils touchent une branche, donc ça éclate dès que ça touche les têtes d'arbres et ça sulfate tous ceux qui sont en dessous.

    J'essaye de dégeler ma mitrailleuse, elle est démontée, j'aurais bien voulu avoir une boite de ration à allumer et faire du feu pour faire fondre la glace de la mitrailleuse, je suis à quatre pattes dans la neige, je ne fais plus attention aux explosions, je ne fais plus attention à rien d'autre, je ne tremble pas, je me dis que si j'arrive à la faire péter, elle va réussir à se réchauffer. Mon copain Lucien SOUILLAT de la Côte d'Or me dit "Oh Berriot, je reste pas à côté de toi, tu vas te faire tuer". Il s'éloigne pour se mettre derrière un arbre, il prend un éclat dans le dos. Un autre à côté de moi - un jeune de 19 ans de Bucy-les-Pierrepont - il se retrouve avec la cuisse ouverte. Le capitaine braille : "Tirez bon Dieu Berriot, tirez!". Je hurle : "Elle est gelée, bon sang, donnez-moi autre chose!". Il n'a plus rien dit.

    Il me crie : "Occupe-toi de Souillat qui est blessé" SOUILLAT est tombé à plat ventre, on lui coupe ses habits jusqu'à la peau, tout ce qu'il a sur le dos : de la capote jusqu'au maillot de corps pour ouvrir tout en 4 pour mettre le premier pansement dans le dos. Le jeune de 19 ans blessé par un éclat dans la cuisse est au pied d'un arbre et appelle sa mère en pleurant, je lui dis "ça va, arrête, je suis là". On lui a découpé son pantalon jusqu'en haut de la jambe pour le soigner, il avait les panards à l'air, et il geignait : "Mon pantalon, mon pantalon". Il a été évacué lui aussi.

    Alors, j'avais ma mitrailleuse 12,7 gelée qui ne voulait pas tirer. Mais même si ma mitrailleuse n'avait pas été gelée, je n'aurais pas pu tirer, sinon j'aurais tué nos gars. Parce qu'il y avait tous les gars qui se trainaient l'un et l'autre, ils étaient tous blessés et ils redescendaient du front et ils me passaient devant en traversant la forêt. J'en vois un qui était de Sissonne, tout le côté droit de son visage était comme râpé, comme s'il avait été traîné sur la route, sûrement qu'il avait eu une mine qui lui avait éclaté à la figure, et avec la terre, il avait tout le côté du visage perlé et il tenait dans ses mains sa carabine cassée en 2 -ça a dû lui passer tout près à lui aussi!- et il me dit "Allez Berriot, toi tu restes là, moi je vais être évacué".

    On prend des abris que les Boches avaient fait faire par les civils alsaciens. La forêt avait été abattue et ils avaient mis des perches pour soutenir de la terre, tout était rempli de terre et c'était construit en pointe, et les Boches étaient retranchés derrière. Alors au départ de l'attaque, on en prend plein la gueule.

    On se retrouve avec 2 mitrailleuses en action, donc 2 fois 7 personnes. Mais pour la
    3ème mitrailleuse, il nous faut 7 autres gars, sauf qu'on n'a plus personne à mettre pour tirer... Alors on est obligés de laisser la mitrailleuse.

    Un Boche muni d'un fusil à lunette est perché dans un arbre et descend tous ceux qui approchent. Un grand vigneron d'Epernay se met à essayer de le trouver dans la forêt et il réussit à voir où il est, le Boche essaye de se sauver en sautant de l'arbre, il se prend une rafale. L'arme à lunette lui a été prise et a été embarquée par les officiers car on n'en avait jamais vu de pareille.

    A la sortie du bois, on se retrouve en bordure de plaine, là, on y voit plus clair, on a fait reculer les Allemands, ça ne canarde plus. Je n'arrête pas de marcher à la lisière du bois. Les autres se sont mis dans un abri en lisière et ne bougent plus tellement ils ont eu peur, certains sont terrifiés. On est restés six  jours dans cette forêt de l'Illwald. Les Allemands se sont retranchés dans un bois en face. Impossible de traverser la plaine sans se faire dérouiller aussitôt. Les Allemands nous guettent de l'autre côté.

    Un char essaie de passer sur un pont à moitié sauté, le pont résiste, le char passe. Il est demandé à l'artillerie de pilonner la position des Allemands, tout ça pour faire du bruit et pour permettre aux chars de traverser la plaine sans que les Allemands entendent les moteurs. C'est ainsi que les chars ont réussi à tomber sur le dos des Allemands et ils ont découvert un arsenal pas possible : que des canons en face, on n'aurait pas pu passer!

    Un soir, il fait nuit noire, mais il ne fait pas noir/noir puisqu'il y a de la neige partout, je suis de garde et j'entends : "Tirez pas, tirez pas". J'attends que ça sorte du noir et je vois un gars qui débouche. Il venait chercher un lieutenant qui avait été tué. Alors voilà : le lieutenant on venait le chercher le soir, mais mes petits copains, il neigeait, ils sont restés cinq jours par terre! ça m'a dégouté.

    Pour nos gars à nous, les morts avaient gelé tels qu'ils étaient tombés, dans n'importe quelle position. Ils étaient chargés sur les jeeps comme des bottes de paille, tous entassés pêle-mêle, puis chargés dans un camion avant d'être emmenés à l'abri dans les églises pour qu'ils puissent dégeler et qu'on puisse les mettre dans les cercueils.

    Dans les contre-attaques de nuit, nos lignes sont enfoncées et les gars attaqués s'éparpillent un peu partout. Et après la contre-attaque, les gars s'appellent dans la nuit noire, on entend des braillements dans l'obscurité. Parce que les gars qui ont été éparpillés ont peur que nous, on leur tire dessus, car s'ils s'approchent d'un poste, on a ordre de tirer sans sommation. Après les contre-attaques de nuit, les infirmiers qui venaient chercher les blessés, criaient "Tirez pas! Tirez pas!", ils avaient peur qu'on tire.

    On reste six jours là, en bordure de la forêt de l'Illwald, le froid est terrible, moins 25 degrés, on dort dehors, on ne peut pas faire de feu ; si tu fais du feu, tu te fais bombarder. On se coupait des petits morceaux de boeuf gelé qu'on réussissait à faire dégeler un peu et on les mangeait crus. On touchait des rations mais on n'avait pas de feu, on a mangé des spaghettis à la glace, les spaghettis étaient déjà cuits mais on n'arrivait pas à planter la fourchette dedans!

    On dormait dehors avec une couverture pour nous couvrir, elle ne nous tenait pas fort chaud .... on a eu quand même plus de 500 pieds gelés dans notre division! Mais certains ne se déchaussaient pas. Nous, on se déchaussait. Il fallait se déchausser pour que le pied ne soit pas tout le temps serré : le pied est un peu libre, il se réchauffe un peu. Malgré la neige, on se déchaussait pour dormir. On se disait "On arrivera bien à remettre nos godasses". Les godasses, c'étaient des buvards, en plus du froid, les pieds restaient au frais. C'est le sergent GREBECQUE (ou VERBEQUE) qui nous avait dit de nous déchausser.

    On faisait des abris avec des perches et des branches pour dormir ; une nuit, il neige tellement que tout cède sous le poids de la neige, on se retrouve engloutis dans la neige. On était crevés, vraiment crevés, on n'en pouvait plus.

    Si on avait été équipés comme les Américains, il n'y aurait pas eu de pieds gelés. On avait des godasses en cuir et on avait les pieds trempés dedans, les chaussures se transformaient en buvard. J'étais avec le grand lorrain PORTMANN, et avec CHAUVIN ; une fois, je dis "Tu sais Mimille, mon pied, je le sens plus trop". Il me répond "Allez déchausse toi!" Ils font des boules de neige et ils me frottent et frottent mon pied avec la neige, CHAUVIN avait de l'alcool à 90 degrés, il m'en a mis dessus. Et je me suis rechaussé. Et je n'ai pas été évacué. Vers la fin, on nous a quand même équipés avec des snow boots.

    Alors là, avec les snow boots, on était les rois! On n'avait plus froid aux pieds, on mettait les snow boots par dessus nos chaussures, ça nous faisait des sacrés tatanes!

    La capote pesait lourd, pas besoin de porte-manteau, elle tenait debout toute seule. On dort serrés dans les abris, on dort à cinq de front, ça fait à peu près la largeur d'une couverture, alors on peut mettre cinq couvertures l'une sur l'autre, les autres aimaient bien se mettre à côté de moi parce que je tenais chaud.

    L'attaque terminée, on nous amène notre camion anti-char, au cas où les Allemands fassent une contre-attaque avec des chars. Notre camion traverse deux cours d'eau grâce à des passerelles spéciales. Quand il a fallu repartir, on ne pouvait plus passer, les passerelles avaient été retirées, on était bloqués entre deux cours d'eau. Alors je dis aux copains "Maintenant, si on est attaqués, il va falloir se barrer à la nage!". Heureusement, les passerelles ont été ramenées, on a pu partir.

    Sur l'Alsace, ça a été une grosse bataille, avec de très grosses pertes dans la 1ère Armée. Nous, on a perdu du monde, mais on est passés. La ville de Colmar a été libérée.

    On part pour Marckolsheim avec le camion anti-char. A la sortie de Colmar, il y a des cadavres de Boches dans tous les sens, plein, plein... les gars n'étaient pas ramassés.

    A Marckolsheim, au sud de Sélestat, le pont sur le Rhin qui relie la France à l'Allemagne avait sauté. Marckolsheim vient d'être libéré, on arrive sur les bords du Rhin. A Marckolsheim, une grand-mère sort de chez elle. Il y a un petiot gars qui dort sur notre canon et la grand-mère se met à pleurer en nous voyant, nous les gamins, dans cet état. Ah c'était terrible, ah la vache ! on en avait chié quand même !

    Moi ça allait, je suis allé à la chasse aux lapins et aux faisans. Avec PORTMANN, on a aussi pêché à la grenade dans la rivière ; on jetait la grenade, c'est long à péter, et ensuite on récupérait plus loin les poissons le ventre en l'air. On était logés chez la grand-mère, on épluchait les légumes et elle faisait la popote. On dormait dans une chambre, on ne montait plus la garde. On était drôlement affaiblis. Il fallait la regonfler un peu la division !

     

    * Page souvenir - Noël BERRIOT -  Ancien du B.M.5 - 1ère DFL

     

    Noël BERRIOT est décoré de :

    - la Croix du Combattant
    - la Croix du Combattant Volontaire de la guerre 1939/1945
    - la médaille de la Reconnaissance de la Nation avec barrette

     

     

    * Page souvenir - Noël BERRIOT -  Ancien du B.M.5 - 1ère DFL

     

     

    Fondation B.M.24 Obenheim    

    * Page souvenir - Noël BERRIOT -  Ancien du B.M.5 - 1ère DFL

     

     

     

     


    11 commentaires