•  

    La plupart de ces documents provient de  l'Association de Français Libres de Douarnenez, publiés  sur leur page Facebook 

     

    * En souvenir de Paul-Edouard PAULET (1er RA), disparu après Bir Hakeim dans le torpillage du Nino Bixio

    Blog DFL

    * En souvenir de Paul-Edouard PAULET (1er RA), disparu après Bir Hakeim dans le torpillage du Nino Bixio

     DZ 39-45

    * En souvenir de Paul-Edouard PAULET (1er RA), disparu après Bir Hakeim dans le torpillage du Nino Bixio

     

     

    DZ 39-45

    * En souvenir de Paul-Edouard PAULET (1er RA), disparu après Bir Hakeim dans le torpillage du Nino Bixio

    En veste claire Le Compagnon Constant ENGELS et à droite Alexis Le GALL - Blog DFL

     

    * En souvenir de Paul-Edouard PAULET (1er RA), disparu après Bir Hakeim dans le torpillage du Nino Bixio

     

    DZ 39-45 

    Son épouse Marguerite était artiste peintre.

    " En juin 1940 Paul-Edouard Paulet passe en Angleterre ; la séparation est brutale, définitive. Paul-Edouard Paulet n’avait pas été mobilisé. C’est l’un des très rares civils d’âge mûr a faire l’effort volontaire decrejoindre la France Libre. Il participera à toutes les campagnes jusqu'à Bir-Hakeim ; de là, capturé, son sort est mêlé à celui des prisonniers convoyés par mer vers l’Italie. Il ne survit pas au naufrage du navire assurant ce transport.

    Marguerite attendra longtemps avant d’être certaine de son état de veuve. Ce sont pour elles des années très douloureuses. Puis ses enfants grandissent et l’entourent. Une amitié nouvelle avec laromancière Yvonne Chauffin élève ses préoccupations. Mais elle est en deuil à jamais ; sa peinture se fait plus rare, plus sombre. Elle ne s’est jamais considérée comme une professionnelle, pourtant elle expose à la galerie Saluden. Elle s’écarte parfois de l’aquarelle pour l’huile ou de grandes toiles traitées à l’encre de Chine. Brodant des tapisseries d’art, elle est d’une méticulosité incroyable dans le choix des couleurs. Sa vie s’écoule désormais entre la maison de Quimper, la vieille demeure de Quimperlé et des séjours à Douarnenez. Atteinte d’une lourde maladie qui l’handicape physiquement, elle préserve sa vivacité d’esprit et s’éteint en 1979".

    « Marguerite_Paulet.pdf » (Blog DFL)

     


    votre commentaire
  •        

    Coup d'oeil sur l'admirable transmission de mémoire(s)  poursuivi par Jacques Ghemar sur le site Françaislibres.net,  qui propose aux descendants et aux chercheurs d'écrire et de publier des photographies sur des pages individuelles : c'est ce qu'on appelle un "Livre d'Or".

    Aujourd'hui nous redécouvrons Félix EYSSARTIER,  né un 25 janvier 1901 à Nouméa (Nouvelle Calédonie) et sa photographie publiée il y a trois jours par son fils Jacques "en mémoire de ce Père tant admiré".

     

     

    Mon Père, parti en 1943 par le M/S ZELANDIA puis le USS HELENA (Afrique du Nord, Italie, France), rentra en 1946 avec ses compagnons du célèbre Bataillon du Pacifique par le M/S SAGITTAIRE Je suis né le 26 Janvier 1948. Papa reprit le travail et son sport, le cyclisme (1947) dans lequel il brilla jusque dans les années 60. Il nous quitta définitivement le 1er Mars 2006, la maladie ayant pris le dessus, il avait 85 ans.

     

     

     

    Laurent Laloup a retrouvé et publié dans le Livre d'Or des informations sur le parcours de Félix Eyssartier pendant et après  la guerre :

    In Mémoriam  Félix Eyssartier par  Maurice Meunier  dans le Bir Hakim..l'Authion

    Le jeune Félix a fait toute sa scolarité à Nouméa, l'école primaire Frédéric Surleau et le collège La Pérouse. En 1940, comme tous les jeunes de sa génération, il a connu le ralliement du 19 septembre de la Nouvelle-Calédonie à la « France Libre » suite à l'Appel du Général de Gaulle le 18 juin 1940.
    N'ayant pas accepté la défaite de la France et cet armistice honteux, dans un élan patriotique et l'amour de la France qu'on lui avait inculqué sur les bancs de l'école, il signe son engage­ment volontaire dans les Forces Françaises Libres pour la durée de la guerre.
    Il part le 3 mars 1943 avec le 2™ contingent (nos aînés étant partis le 5 mai 1941) et, après un long périple de Sydney, par Durban et Suez, il rejoint le Bataillon d'Infanterie de Marine et du Pacifique à Zouara en Tripolitaine.
    Partant de l'Afrique du Nord, Félix Eyssartier participe aux campagnes d'Italie et de France, le débarquement en Provence à Hyères et la libé­ration de Toulon en 1944.
    Après ces glorieuses campagnes, Félix fcyssartier, pour sa bravoure est titulaire de nombreuses décorations.
    Eyssartier a été un membre de l'association des engagés volontaires, également membre de l'amicale des anciens combattants de Nouvelle-Calédonie.
    De retour sur sa terre natale le 21 mai 1946 avec le Bataillon du Pacifique, il est démobilisé le 21 juillet 1946.
    Rendu à la vie civile, il retrouve sa famille. Il reprend ses activités aux Établissements Ballande, la direction lui confiera un poste à responsabilité - chef de rayon - qu'il assurera avec compétence et sérieux et il aura la recon­naissance et l'estime de ses supérieurs.
    À cette époque, il se lance dans le sport, c'est le cyclisme qu'il a choisi sous les couleurs de « L'indépendante ». C'était dans les années 48 à 54 où il a côtoyé les grands du cyclisme, qu'ils soient calédoniens ou étrangers. On se souvient encore des grandes courses sur route, les Paagoumène Nouméa. C'était le début du Tour de Calédonie où Félix a toujours montré ses valeurs de champion, et puis les inoubliables nocturnes sur l'anneau du Vélodrome Georges Brunelet. Il y avait toujours de l'animation entre Eyssartier, Mamelin et l'Australien Windon -cela reste encore gravé dans les mémoires calé­doniennes.

    Bravo et merci Félix de nous avoir accordé ces grands moments d'émotion et de plaisir. Nous le savions atteint par l'âge et la maladie, sa famille et ses proches ont toujours eu une lueur d'espoir pour sa guérison mais hélas, la maladie a pris l'avantage. Cela a été pour Félix son dernier combat, combat inégal puisque la maladie et la mort ont eu raison de lui. Il venait d'avoir 85 ans.
    C'est le moment de se quitter après avoir retracé les moments de sa vie.
    Ma chère Henriette, je t'adresse en mon nom personnel et celui de nos compagnons et à tes enfants, petits-enfants et toute la famille nos sincères condoléances.
    À toi, mon cher Félix, je t'adresse au nom de tous un ultime adieu.
    Maurice Meunier

    Une grande figure du Sport Calédonien  : deux cyclistes calédoniens ont marqué leur époque : Félix Eyssartier et Raymond Perraud. Félix obtenait sa première victoire en 1936 lors du tour de Nouville et ne stoppa sa carrière qu'au début des années… 60. Engagé volontaire, il livra d'autres batailles pour défendre la France durant quatre années, ce qui ne l'empêcha pas par la suite de revenir au premier plan que ce soit sur piste comme sur route. Félix a certainement effectué l'une des plus longues carrières avec Victor Testard et Narcisse Bernanos. (...) GC | Facebook"

    Face book L'Histoire du Sport Calédonien

     

    Source : Félix Eyssartier , Livre d'Or des FFL

     

    ********


    1 commentaire
  •  

     On se souvient...

          Illhaeusern était sous la neige, lorsque les fantassins du BM X I y pénétrèrent, revêtus de leur  tenue de camouflage blanche. Il faisait alors - 20 °, ce qui nous semble inimaginable aujourd'hui...

    Ces quelques portraits des combattants de la Légion, du RA, du BM XI, du 8e RCA et de la 2e DB  vous invitent à redécouvrir leurs poignants témoignages sur les combats pour la réduction de la poche de Colmar.

    Introduits dans ce résumé , ils sont rassemblés dans 

    cet article  de 28 pages...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Tous nos remerciements à Guillaume Emond et à sa famille

     

    Jean EMOND (Lieutenant au BM XI)
    (15 Septembre 1920  - 5 août 1990)

     

     * l'histoire de Jean EMOND (BM XI), par son petit-fils Guillaume

    Jean Emond, archives familiales

     

     

    Jean EMOND est né le 15 septembre 1920 à Fontenay Le Comte (85).

    Après avoir reçu un enseignement secondaire à l'institution Richelieu à la Roche sur Yon, il entre en classe de 1ere A à Poitiers et termine sa classe de philosophie le 5 juin 1937.

    Diplômé de bachelier de l’enseignement secondaire, il se dirige vers le classique et opte pour le lycée Louis le Grand.
    Il fait son choix, c’est l’école d’administrateur des colonies qui l'intéresse, il est admis au grade de bachelier en Droit le 27 juin 1939.

    Hélas la guerre contrecarre ses projets. 

     

    Le 22 septembre 1939, il est engagé volontaire pour la durée de la guerre à la Roche sur Yon et est dirigé sur le DI n°44 à Rennes le même jour.

    Le 23 septembre 1939, il est affecté au groupement spécial d’infanterie n°44 à Rennes au grade de 2eme classe.
    Le 11 mai 1940, il est affecté sur sa demande au 22eme RIC aux armées et nommé aspirant de réserve.

    Il se rend à Toulon pour le DIC le 13 mai 1940.

     

     

    Lettre de Jean EMOND à ses parents en date du 19 juin 1940

     

     

    " Chers parents,

     

    Voici bientôt 10 jours que je n’ai reçu aucune nouvelle de vous, depuis votre lettre du 8 courant, rien n’est parvenu, j'espère encore trouver quelque chose au courrier de ce matin, il ne me reste en effet aucun argent, et je dois faire face à une situation qui est loin d'être claire : qu’adviendra t il de nous si l’avenir nous impose une paix qui ne peut être que désastreuse ? Je ne sais qu’une chose : en aucun cas, je ne veux être vaincu. Je ne me suis pas engagé il y a 10 mois pour subir un tel affront, j’agirai suivant les circonstances. Je ne sais pas au fait pourquoi je vous écris, et cette lettre a toutes chances de ne pas vous toucher : la poste fonctionne si mal ! Un télégramme a dû vous arriver et il vous aura rassuré sur mon sort. Ce n’est pas à Agde qu’on craint quelque chose, mais je préférerais me trouver ailleurs. Tous ces gens nous regardent d’un oeil peu sympathique. Pourtant, nous sommes en plein dans la 17ème région, tristement célèbre. J’ai l’impression que si cette attitude des français vis à vis de nos hommes continue il y aura dans Agde des carreaux cassés. 

    En attendant les événements, nous continuons l’instruction comme si rien n’était. C’est dommage : les bleus ont du coeur au travail, en un mois, on en aurait fait des soldats. Très capables de se débrouiller.

    Tous, nous sommes anxieux, nous attendons que l’Allemagne et l'Italie nous posent ses conditions. Nous ne sommes pas abattus, mais nous rageons contre tous les corniauds qui nous ont collés dans le pétrin où nous sommes.

    Nous sommes bien punis de tout ce que nous pu faire comme gaffes.

    Notre incurie, nos années de paresse, notre folie de paix, de désarmement, nos fautes à l’égard de l’Italie, ont reçu leurs récompenses. Il est quand même bien dur de voir Bénito nous donner le coup de pied de l'âne.

    J'espère que la Poste emportera mes plus affectueux baisers à vous tous "

     

     

    * L'histoire inédite de Jean EMOND (BM XI), par son petit-fils Guillaume

    * L'histoire inédite de Jean EMOND (BM XI), par son petit-fils Guillaume

    Archives familiales Jean Emond

     

    Le 25 juin 1940, il s’évade de France par le port de Sète et gagne l’Angleterre le 12 Juillet 1940 où il s’engage dans les FFL (dépôt des FFL Olympia Hall - Londres) 

     

    Le 25 juillet 1940, il part depuis Liverpool pour l’Afrique anglaise (Gold Coast) et est promu sous lieutenant le même jour.

    Par suite du torpillage par un sous marin allemand (U34) de son navire (Accra - paquebot britannique de la Elder Dempster Lines) le 26 juillet 1940 près des côtes anglaises, il est sauvé par un autre navire et est de nouveau redirigé le 8 août 1940 vers la Gold Coast au 1er bataillon de tirailleurs sénégalais.  

     

    Le 28 août 1940, il est dirigé sur le Cameroun et arrive à Douala le 30 août. 

    Le Lieutenant Emond participe alors avec le BM1 puis le BM XI  à toutes les opérations des Campagnes suivantes :

     

    • - Gabon (octobre 1940)

    • - Syrie (18 juin 1941 au 14 juillet 1941)

    • - Libye (Giaraboub et El Alamein, 1942). Il est blessé à El Alamein par des éclats de mine à la tête et à la cuisse ; et son oreille droite est perforée. 

    • - Tunisie (1943)

     

    * L'histoire inédite du Lieutenant Jean EMOND (1ère DFL, BM XI), par son petit-fils Guillaume

    Jean Emond, archives familiales

    • - Italie (1944) : Liri, Pontecorvo, blessé à Pontecorvo au pied et au genou gauche par une rafale de mitraillette. 

    • - France (1944) : débarquement à Cavalaire, la Crau, Toulon, Lyon, Belfort… 

     

     * l'histoire de Jean EMOND (BM XI), par son petit-fils Guillaume

    Jean Emond, archives familiales

         

        De 1940 à 1943, au Moyen Orient, de la Libye (Giaraboub - El Alamein) à la Tunisie, il se distingue constamment comme chef de section.

    Commandant de compagnie, puis adjoint à son commandant de Bataillon, il est deux fois blessé et deux fois cité au cours des campagnes d’Italie et de France. 

     

    Les campagnes du Gabon, de Syrie, Libye, Tunisie, Italie et France auront été très pénibles, car il fut blessé à plusieurs reprises, ce qui aggrava les séquelles.

     

    Dans la Campagne des Vosges (Automne 1944)

     

     

    * L'histoire inédite du Lieutenant Jean EMOND (1ère DFL, BM XI), par son petit-fils Guillaume

     

    archives familiales

    * L'histoire inédite du Lieutenant Jean EMOND (1ère DFL, BM XI), par son petit-fils Guillaume

    archives familiales

     

    * L'histoire inédite du Lieutenant Jean EMOND (1ère DFL, BM XI), par son petit-fils Guillaume

     

     

    Jean EMOND fut fait prisonnier lors de la Libération de la Haute Vallée de la Doller, le 23 novembre 1944, dans les circonstances décrites par l'un de ses camarades :

     

    Courrier du Lieutenant Guy LE CONIAC DE LA LONGRAY (BM XI)

     

    aux parents de Jean EMOND  en date du 4 décembre 1944

    annoncant sa capture

     

    * L'histoire inédite de Jean EMOND (BM XI), par son petit-fils Guillaume

    Guy Le Coniac de la Longray Crédit photo : Ordre de la Libération

     

    " Cher Monsieur,

     

    Je me permets de vous écrire car je considère de mon devoir de vous tenir au courant de la situation de votre fils qui est un vieux camarade. 

     

    Le 22 novembre circulant en jeep sous bois dans une région non encore nettoyée, il s’est trouvé nez à nez avec une dizaine de fritz armés. Il a sorti son pistolet et fait feu.

    Un fritz a répndu à la mitraillette, blessant votre fils à la main et au bras, un autre gravement. Le 3eme occupant indemne nous a rejoint immédiatement.

    Un quart d’heure après nous avons repris la jeep avec 4 allemands et un blessé grave qui nous a dit que votre fils avait été emmené à pied. Aussitôt, nous avons fouillé le coin mais sans résultats.

    Les recherches ont repris le lendemain sans plus de succès.

    Enfin le 25, aussitôt après pris un village, les habitants nous ont déclaré avoir vu passer un lieutenant français blessé prisonnier. Je ne peux vous dire rien d’autre sinon que nous n’ayez pas à vous inquiéter.

    Nous avons tous été désolés ici de la disparition de votre fils, malheureusement le lendemain notre commandant se faisait tuer, ce qui nous a porté un rude coup.

    Je vous laisse en vous assurant que nous prenons notre part à votre peine en attendant de le revoir bientôt".  

     

    * L'histoire inédite de Jean EMOND (BM XI), par son petit-fils Guillaume

     

    Archives familiales Jean Emond

     

     A la fin de cette lettre, le Lieutenant Cognac de la Longray fait allusion à la tragique disparition de Xavier LANGLOIS, Commandant le BM XI, le lendemain de la capture de Jean EMOND.

     

    * L'histoire inédite de Jean EMOND (BM XI), par son petit-fils Guillaume

    Commandant Xavier Langlois

     

    Apprenant le 23 novembre au matin la disparition de ce dernier, qui faisait partie du BM XI depuis sa création, et qui était de ce fait l'un de ses plus anciens compagnons d'armes, le Commandant Langlois avait décidé de monter une opération pour tenter de le récupérer.

    Malheureusement, il devait perdre  la vie dans cette opération, qui fut racontée dans  cet article.

     

     

    De fait, Jean EMOND avait été dirigé sur l'Oflag américain n°64 en Pologne, camp de prisonnier réservé quasi exclusivement aux prisonniers américains.

     

    Il fut ensuite évacué avec eux sur le Stalag III A (Luckenwalde en Allemagne) le 2 février 1945.

    Ce camp comptait plus de 12 000 français, Jean EMOND était à ce titre commandant du camp de sous officiers et hommes de troupe. 

     

    Le 22 avril 1945 les troupes soviétiques libérèrent le Stalag...

     

     

    * L'histoire inédite du Lieutenant Jean EMOND (1ère DFL, BM XI), par son petit-fils Guillaume

     

    ****

     

     

     


    16 commentaires
  •    

    * In Memoriam Jacques VANOTTI (Résistant et Grand Ancien du BM 21)

    Jacques Vanotti . Septembre 2019

        Ce 16 décembre, toutes nos pensées sont allées vers Thin le Moutier dans les Ardennes  où, ce matin se sont déroulées les obsèques de Jacques VANOTTI. La Fondation BM 24 Obenheim rend hommage à un Monsieur charmant, d'une immense discrétion, que certains d'entre nous avaient eu l'honneur de rencontrer.

    Nous adressons tout notre sympathie à sa famille, et en particulier à son fils Pascal qui oeuvre à nos côtés depuis la création du Blog et qui nous donnait régulièrement des nouvelles de son Papa qui s'est éteint paisiblement dans sa 96e année, entouré de l'affection de siens. 

    Comme vous le découvrirez dans l'histoire de Jacques, et comme nous le confiait tout récemment Pascal :  "La forêt fut toute sa vie, sa passion, liée à sa soif de liberté"...

     

    * In Memoriam Jacques VANOTTI (Résistant et Grand Ancien du BM 21) * In Memoriam Jacques VANOTTI (Résistant et Grand Ancien du BM 21)

     

         Jacques Vanotti est né le 26 octobre 1923 à La Riviere en Isère. Ses parents qui étaient italiens, originaires de la région de Bergame, furent naturalisés en 1932.

    Jacques  est le troisième d’une fratrie de six enfants. Ils habitent Chaux des Crotenay dans le Jura.   

    A la déclaration de guerre en 1939 à ses 16 ans , Jacques VANOTTI entre  à la scierie du village  et y travaille jusqu’en  mai 1940.

     

    * In Memoriam Jacques VANOTTI (Résistant et Grand Ancien du BM 21)

    Jacques est le second à gauche

     

    La ressemblance de Jacques avec "Narcisse" (Rellys) est si frappante que Jacques adoptera ce surnom dans la Résistance...

     

    * In Memoriam Jacques VANOTTI (Résistant et Grand Ancien du BM 21)

    Le village étant occupé et coupé en deux par la ligne de démarcation, il part en vélo en zone libre avec son frère ainé et des amis jusque Valence, puis avec son frère, il remontera dans l’Ain et  travaillera dans une scierie comme charretier.

    En 1942 à la demande de son père il rentre à la maison et travaille avec lui dans son équipe comme bûcheron.

    Début 1944 la classe 23 est appelée pour le STO (service obligatoire en Allemagne),

    Le 6 juin 1944, Jacques VANOTTI rejoint les rangs des FTP dans le secteur de Champagnole dans le département du Jura et participe le 4 septembre 1944 à l’encerclement et à la libération de Mouthe par les maquis du Jura et du Doubs.

    Il défile avec tous les FFI de la région devant le Général de Lattre de Tassigny.

     

    * In Memoriam Jacques VANOTTI (Résistant et Grand Ancien du BM 21)

     

     Le 20 octobre, à la suite de la dissolution de son groupe, il s’engage à la Compagnie d'Accompagnement du  BM21 au sein de la  glorieuse 1ère Division Française Libre commandée par le Général Brosset.

    Il participe à la libération de Ronchamp, Belfort , Colmar, Mulhouse et de la poche de Royan.

    Lors de la contre offensive allemande de décembre 1944, Jacques défendra Strasbourg.

    En avril 1945, son bataillon subira de lourdes pertes lors de l’attaque du massif de l’Authion.

    Voulant souligner la violence des combats et le courage dont ont fait preuve les hommes de cette unité, les autorités militaires décident de citer sa division à l’ordre de l’armée avec attribution de la croix de guerre avec palmes. 

    Ce sera en Lombardie aux portes de Turin en Italie (à 200 km du berceau familial) que Jacques apprendra la fin de la guerre .

    Jacques aura l’honneur de participer au défilé du 14 juillet  à Paris avec son bataillon et sera rendu à la vie civile le 5 mars 1946.

     

    * In Memoriam Jacques VANOTTI (Résistant et Grand Ancien du BM 21)

     

    Il se marie en 1947 avec Denise et ils auront trois enfants :   Pascal  Jocelyne  et Didier.

    Avec son épouse, ils quitteront  le Jura  pour les Vosges , habiteront Neuf Brisach qu’il avait libéré  et il  partira comme chef de chantier  exploiter les forêts Allemandes  jusqu’en 1950 pour un gros consortium  Français. Il fera  ensuite de même en France  comme contremaitre et expédiera le bois dans l’europe entière  : la reconstruction tournait a plein...

    Le hasard de son périple professionnel  le fera s'installer dans les Ardennes  après les Pyrénées.

    C'est à Thin le Moutier  qu'il devient garde forestier et où il gèrera une forêt privée de 450 hectares.

     

    * In Memoriam Jacques VANOTTI (Résistant et Grand Ancien du BM 21)

     

    ************

     

    En 2013 et 2014, Pascal VANOTTI  et Christian MARTEL s'engagent dans un travail d'enquête sur le Bataillon de Marche 21 et  après avoir découvert tout ce que leurs Pères avaient vécu dans les ultimes et  terribles combats de l'Authion, ils rendirent hommage à leurs Pères dans ce reportage  Lien

     

    Le 14 novembre 2015, Jacques VANOTTI était mis àl'honneur  lors de l'Assemblée générale de l'UNC des Adennes. Lien

     

    * In Memoriam Jacques VANOTTI (Résistant et Grand Ancien du BM 21)

    Jacques Vanotti à droite

     

    * In Memoriam Jacques VANOTTI (Résistant et Grand Ancien du BM 21)

     

    Le 14 juillet 2016 , Simon GREBOVAL s'était entretenu avec Jacques VANOTTI au sujet des combats du BM 21 à l'Authion au printemps 1944 (Alpes Maritimes).

    Le jeune homme avait été fortement ému par cett rencontre :

    "Nous avons constaté en lui montrant diverses  photos de l’Authion qu’il se souvenait parfaitement avoir été soutien de l’attaque du Fort  de Raus avec son mortier et avoir vu les lance flammes en action.

     Après son périple de 10 jours sur les plateaux jusqu’à la cime de Pézurbe, il nous a parfaitement situé les positions qu’ils occupaient    et le versant par lequel montaient de Fontan les Allemands en contre-attaque

    A leur retour vers la Redoute et la Forca où ils sont restés 2 jours avant de redescendre, il a malheureusement encore en tête  tous  les corps étendus sur ce plateau  en attente d’une sépulture  mais aussi  les corps ennemis asphyxies et brulés qui encombraient encore un croisement de galeries dans les dédales de Plan Caval.

    Sur ses combats précédents, résistance, Vosges et Alsace, il est encore très marqué par le pont de Krafft à 15 km de Strasbourg où les Allemands les ont attaqués en force avec le soutien de blindés.

    C’est bien tristement qu’ensuite nous avons découvert que durant les moments où Jacques nous  confiait ses souvenirs douloureux qu’un fou furieux perpétrait l’attentat de Nice.

    Lorsque nous nous sommes quittés, Jacques vous m’avez confié que vous n’oublieriez jamais cette rencontre, je peux vous assurer qu’il en sera de même pour moi. 

    Merci à vous et à tous vos camarades.   

    Simon 

     

     ***********

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique