• Monsieur Antoine EHRET, conseiller municipal de la Ville de Masevaux a le plaisir de nous annoncer que la première phase de l'exposition "Revivons la Libération de Masevaux" se déroulera du 5 juillet au 31 décembre 2014.

    Cette  exposition consiste en 9 tableaux répartis dans la ville aux lieux des principaux évènements.

    Une seconde  phase concernera une exposition in door du 15 au 25 novembre 2014.

     

    * masevaux

     

    *

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    MASEVAUX DANS L'OFFENSIVE DE LA TROUEE DE BELFORT

    En septembre 1944, les commandos de France, aux ordres du commandant Vallon, forment avec le bataillon de Choc la demi-brigade de Choc dont le commandement est confié au lieutenant-colonel Gambiez.

    D'abord mise à disposition du 2e corps d'armée du général de Monsabert, la demi-brigade est intégrée le 1er novembre 1944 au Groupement Tactique n°4 du général Bonjour. Le commandant de Foucaucourt remplace le commandant Vallon rappelé à Paris.

    Les commandos de France participent aux combats qui ouvrent la route de Belfort : le 3 novembre 1944 ils combattent au village le Haut du Tôt puis  sont à nouveau engagés à Essert.

    Ils rejoignent ensuite la 1ère D.F.L. qui doit s'emparer des débouchés de Haute-Alsace : ce sont les combats de Masevaux et de Thann, l'occupation du Hundsrück...

    Jean-Mathieu BORIS, Ancien de Bir Hakeim au 1er  Régiment d’Artillerie de la 1ère D.F.L.  a rejoint, après la Tunisie (1943), le Premier commando de France, où il reçoit  le commandement d’un peloton de 30 hommes. Il témoigne de ses combats du Haut du Tôt, Essert puis  Masevaux  dans ses Mémoires :  Lien   "Je reçois une palme à ma croix de guerre avec la citation suivante : « Jeune officier ayant servi avant son arrivée au Groupe dans les Forces françaises libres, engagé le 1er juillet 1940 et s’étant particulièrement distingué à Bir Hacheim. S’est confirmé comme combattant et chef hors de pair au cours des combats du 19 au 28 novembre. En particulier le 20 novembre à Essert a, par une initiative personnelle, aidé efficacement à dégager le Groupe encerclé et durement contre-attaqué par des troupes d’élites allemandes. Au cours d’un farouche corps à corps le 25 à Masevaux a été au premier rang d’un combat de nuit qui a mené à la possession de cette importante tête de pont sur la Doller. Encerclé dans la maison qu’il défendait, celle-ci détruite par les bazookas ennemis, a réussi à dégager son peloton à la grenade et là le ramener après 48 heures d’action sur les arrières de l’ennemi ». (extraits sur le site 1 dfl.fr)

    Télécharger « Flyer définitif de l'Exposition"

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    A la D.F.L., ce sont les 2e et 4e Escadrons du R.F.M. avec leurs soutiens portés du 11ème Cuirassiers et le 8ème Régiment de Chasseurs d’Afrique  qui rejoignent les CHOCS  le 28 novembre à  Masevaux pour participer au nettoyage de la partie Nord de la ville où les Allemands, retranchés dans le château et la chapelle, résistent opiniâtrement. 50 prisonniers seront faits.

    Extrait du témoignage de Gérard Galland, 11ème Cuirassiers de la 1ère D.F.L.

    Masevaux, Mardi 28 novembre 1944

    "Les cavaliers du 2ème peloton du 2ème escadron du 11ème régiment de Cuirassiers passent à l'attaque à leur tour comme fantassins, suivant les Chocs. Il est huit heures exactement. Ils ont ordre de nettoyer la dernière partie Nord-Est de Masevaux.

    Nous nous faufilons de maison en maison en longeant les murs. Des caves, nous faisons sortir de très jeunes soldats allemands affolés. Ils ne doivent guère avoir plus de quatorze à quinze ans, ou des anciens résignés et fatalistes qui paraissent très vieux. Mais parfois nous nous trouvons en face d'hommes fanatisés extrêmement dangereux qu'il faut réduire au silence. Le sous-officier Georges TORCHIN  dit "OFI" pénètre dans l'une des caves, mitraillette pointée et tire au jugé dans la pénombre. Sa Sten anglaise s'enraye, juste au moment où un jeune Fritz tremblant de peur l'ajuste avec sa MP40. Dans un réflexe irraisonné et étonnant, il lui arrache l'arme des mains et crible la cave faiblement éclairée d'une longue rafale de sa propre arme, le tuant du même coup".

     °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

     


    votre commentaire
  • Une nouvelle récompense pour le livre "Combattant de la France Libre" (éditions Perrin) de Jean-Mathieu Boris, qui avait obtenu le prix littéraire de la Résistance en 2012.

    Le Prix d'Estienne d'Orves sera décerné à Jean-Mathieu Boris le 7 juillet prochain par le général DUQUESNE, commandant de l'Ecole Militaire, directeur de l'IHEDN. 

    Le Prix d’Estienne d’Orves 2014 attribué à Jean-Mathieu Boris

    Au mois de juin 1940, alors que le sort de la France semble avoir définitivement basculé, quelques hommes répondent à l'appel du général de Gaulle. Cette poignée d'hommes va constituer la France Libre. Jean-Mathieu Boris est l'un d'eux.

    « Jean-Mathieu Boris, la discrétion et l'humilité faites homme, fait partie de ces figures de la Résistance qui furent l'honneur de la France. »
    Jean-Christophe Buisson, Le Figaro Magazine

    « Il y a dans son récit du d'Artagnan contemporain, sans gasconnades cependant. Eclatant, empoignant, élevant. »
    Alain Duhamel, Le Point

    « L'histoire des combattants de la France Libre vient de se doter d'un nouveau chapitre, capital : le témoignage de l'un de ses derniers ténors. »
    François Busnel, L'Expres

    Le Prix d’Estienne d’Orves 2014 attribué à Jean-Mathieu Boris

    Entretien avec Jean-Mathieu BORIS 2012 pour Europe n° 1


    votre commentaire
  •  MARCHE DE LA 1ère D.F.L

    "El Alamein-Tunis"

    Puisse cette belle surprise que nous fait notre ami Jean PFLIEGER (forum 2ème D.B.) inspirer et inciter les  unités de tradition de la D.F.L à jouer  et chanter notre MARCHE (créée par Henry-Christian FRIZZA du B.M. XI),  que l'on entend si rarement (pour ne pas dire JAMAIS...)  dans nos commémorations !

    Un Grand MERCI !

    En hommage à la 1ère Division Française Libre du Général Diego BROSSET, sœur aînée de la 2ème Division Blindée du Général LECLERC


    MARCHE DE LA 1ère DFL

    Il n'est pas question que l'on raconte
    En cent mots près de cinq ans d'actions.
    Pourtant, il faut faire un triste compte:
    Quatr'mill'morts dans notre Division!...
    Dès quarant' nos soldats héroïques
    Étaient là les armes à la main,
    Sur le sol de la cyrénaïque
    Faisant s'enfuir tous les Romains!
     
    Refrain:

    En avant! Les Légionnaires,
    Les Marsouins à l'âme fière,
    Les Marins fonçant sur terre,
    Les Bigors... répondant à l'Appel!
    Le calot bleu comme emblême,
    L'écusson à Croix d'Lorraine;
    Le regard pur et sans haine...
    Halte-là ! Voici la D.F.L.


    votre commentaire
  • Article paru dans EST MAGAZINE du 18 Mai 2014

    Cliquer 2 fois sur l'image pour une lecture plus confortable

    LE GENERAL SAINT HILLIER...


    2 commentaires
  • En novembre, La D.F.L. est attendue sur le front de l'Atlantique par le général de Larminat. Or, l'intention du général de Lattre est de lancer une attaque offensive dans le secteur du Doubs. Il obtient du général Devers que le départ de la D.F.L. soit repoussé au 30 novembre. Le 1er Corps d'Armée ouvre alors les hostilités en s'emparant d'Héricourt le 17 novembre, puis de Montbéliard. Considérant les informations de la 4ème    Brigade du 18 novembre, signalant le repli de l'ennemi, le général BROSSET décide de passer à l'attaque. C'est à Champagney, en direction de Giromagny que s'ouvre la campagne offensive de la 1ère  D.F.L. sur la "trouée de Belfort".

    Etape n° 23 - L'offensive sur la Trouée de Belfort commence à Champagney

    Carte de Guy Crissin   L'épopée de la 1ère   D.F.L.  (A.D.F.L)

    Dans les débuts de cette offensive le Bataillon de Marche n° 5 perd le jeune François SEITE, 17 ans, Cadet de la France Libre, ainsi que François ARZEL, un Ancien du camp d'Ornano, tous deux  évoqués par leur camarade Alexis LE GALL    " Ainsi nos vieux copains de 40 s'en vont, l'un après l'autre. Quel sera le prochain ?".

     

    ...Tandis que les Champagnerots attendent depuis des mois l'heure de leur  délivrance, dans les conditions extrêmement pénibles que nous relate Alain JACQUOT-BOILEAU (membre du comité cantonal du Souvenir Français de Champagney), à travers des extraits de son étude historique sur Champagney.

    Etape n° 23 - L'offensive sur la Trouée de Belfort commence à Champagney

    "Entre le 1er et le 11 novembre, les Allemands chassent sans ménagement  les habitants des villages alentours. C'est sous la pluie et baïonnette au canon qu'ils mènent les tristes cortèges de civils vers le Centre en empruntant la route de la Passée".

    "Le canon tonne tous les jours. Michel Morand note à la date du 7 novembre ces quelques mots qui résument l'ambiance de cette période où chaque jour apporte son cortège de morts et de blessés : « Canonnade, tempête, pluie et vent, pièces inondées ». Les canons de 105 et de 155 de la 1ère   D.F.L vont se déchaîner au cours des dix dernières journées. La nuit, la flamme qui lèche leur gueule à chaque départ de coup est visible depuis Champagney".

     

    Le 17 novembre, les Allemands évacuent  le village mais conservent leurs positions en forêt, notamment aux Bois-fouillies, auxquelles vont se heurter les Bataillons de Marche de la D.F.L.

    Le 19 novembre, le Regimental Combat Team 3 du colonel RAYNAL, formé de la 4ème  Brigade du colonel Raynal  et du groupement blindé "de Gastines" ont pour mission de progresser sur l'axe Champagney, Plancher‑Bas, Auxelles‑Bas, Giromagny. Le groupement blindé comprend des éléments du 1er R.F.M. avec le soutien porté du 11ème Cuirassiers, et des tanks destroyers du 8ème Régiment de Chasseurs d'Afrique.

     

    Elie ROSSETTI (11ème Cuirassiers)  raconte : "Dans l'aube  froide et brumeuse nous prîmes la direction de Champagney. Il faisait un temps pourri et les chars avaient à se battre avec le terrain où ils s'enfonçaient jusqu'au ventre.

    Des mines anti-personnel sautaient, faisant morts et blessés chez les biffins que nous plaignions de voir patauger ainsi, chargés de leur armement et de leurs munitions et surtout par leurs habits gonflés d'eau".

    Ce sont les fantassins du Bataillon de Marche 21 qui arrivent en premier à Champagney, suivis du 11ème Cuirassiers.

    Etape n° 23 - L'offensive sur la Trouée de Belfort commence à Champagney

    " Michel Morand note, fébrile : « À 10h10, arrivée de nos sauveteurs, les F.F.L. !!! Joie délirante, pleurs de joie et vivats aux sauveurs. Inoubliable. Indescriptible ! .... On s'attroupe autour des chars, les femmes embrassent les hommes de cette armée dont on ne soupçonnait même pas l'existence".

    Etape n° 23 - L'offensive sur la Trouée de Belfort commence à Champagney

    Gérard GALLAND (11ème Cuirassiers) raconte : "Notre light « 132 » s'est arrêté contre la façade de la Mairie à l'angle Nord du bâtiment. Sur le mur du côté gauche de celle-ci, face à la place contiguë, est placée en hauteur une plaque signalétique indiquant : « Place Maréchal Pétain ». Devant la foule enthousiaste, un Cuirassier soutient un Fusilier-Marin qui, à l'aide du pied de biche du blindé, fait sauter cette plaque, à la grande joie des civils. Droit sur la plate-forme du char, le cavalier SEVE  ainsi que le canonnier  regardent attentivement l'opération...".

    Etape n° 23 - L'offensive sur la Trouée de Belfort commence à Champagney

    Les Biffins du Bataillon de Marche n°21 ne s'attardent pas dans Champagney libéré sans combats. Ils continuent  leur progression mais sont  subitement arrêtés en débouchant de la gare,  sur la route de Giromagny, par des tirs venant du bois de PASSAVANT. Deux sections de la 3ème Compagnie vont alors dans l'après-midi, chercher à déborder la résistance par "les hauts". Hélas, les jeunes recrues, inexpérimentées, vont commettre une erreur qui sera fatale au Lieutenant  ROBERTSON,  selon le récit de Yves GRAS.

    Etape n° 23 - L'offensive sur la Trouée de Belfort commence à Champagney

    Le général BROSSET est toujours au coeur de l'action, le premier à célébrer les victoires et à encourager l'avancée, rapportent  les habitants de Champagney, Roger BARBEROT (R.F.M.) ou encore Elie ROSSETTI (11ème Cuirassiers).

    Nul ne peut imaginer l'impensable : que ce 19 novembre 1944 est  la dernière journée de la vie du général, et  que cette photo est sa "dernière image"...

    Etape n° 23 - L'offensive sur la Trouée de Belfort commence à Champagney le 19 novembre

    Crédit photo : G. Peroz

    Télécharger « 19 novembre 1944- Libération de Champagney »

    Nos remerciements à Alain JACQUOT-BOILEAU pour son évocation de "Champagney à l'heure de sa libération", illustrée de très nombreux clichés, mais également à Serge ROBERT pour les illustrations anciennes de Champagney et les photographies des commémorations, en 2013, de la Libération du village.

     °°°°°°°°°°°°°°°°°°

    Notre prochain article relatera la libération de nombreux villages lors de la poussée  de la D.F.L. en direction de Giromagny, les 21 et 22 Novembre 1944. Nous consacrerons ensuite un article à la disparition du général BROSSET le 21 novembre, juste avant la prise de Giromagny, objectif  qu'il avait inscrit à son dernier Ordre du Jour.


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique