• * 7 - 11 Janvier 1945 : la campagne d'ALSACE de la 1ère DFL débute par la Défense de Strasbourg

    Depuis le 1er janvier 1945, la 1ère D.F.L. a relevé en Alsace la 2e D.B. repartie de toute urgence en Lorraine. Le Bataillon de Marche 24, en avant du secteur défensif de la 1ère D.F.L. étiré sur 52 km, est en place entre le Rhin et le canal du Rhône au Rhin. Obenheim, à 25 km au Sud de Strasbourg est son réduit principal ; Boofzheim, Rhinau et Friesenheim, ses avant-postes.

    A l'aube du 7 janvier 1945 l'opération allemande « Sonnenwende » (solstice) s'engage dans la ligne française à Neunkirch, dans un couloir sans obstacle à l'Ouest du canal du Rhône au Rhin, entre le quartier du B.M. 24 à Obenheim et celui du B.I.M.P. (Rossfeld et Herbsheim). Objectif : reprendre STRASBOURG !

    * 7 Janvier 1945 : La campagne d'Alsace de la 1ère DFL débute par la Défense de Strasbourg 

    L'ordre impératif du commandant la 1ère Armée est de « tenir à tout prix les villages alsaciens déjà libérés quelles qu'en puissent être les conséquences ». Mais, anomalie flagrante, les positions sont adaptées pour une Division Blindée, pas pour de l'Infanterie. Il faudrait reculer toutes les unités derrière l'Ill, défense naturelle et unique. Mais le Maréchal de Lattre ne veut pas abandonner les villages libérés... 

    En cliquant sur le titre de chacune des 4 étape, vous accédez au récit complet des combats , relatés par les Anciens de la 1ère DFL.

    Album photo de la Campagne d'Alsace ICI 

    ****

    1-7 Janvier 1945 -  Opération Sonnenwende : Bataillons de Marche, Génie et Fusiliers Marins dans la défense des points de passage sur le canal du Rhône au Rhin  RESUME

    Face à la D.F.L., la 198ème Panzer division du général Schiel accompagnée de la Feldhernhalle ont pour mission de s'emparer de tous les points de passage de l'Ill. Repoussés devant les ponts d'Erstein et Osthouse, deux chars atteignent le pont du canal de décharge de l’Ill au Sud de Krafft. Sous le feu de leurs mitrailleuses, nos Sapeurs, le B.M. 21 et les Fusiliers Marins vont verrouiller le passage, dispersant l'infanterie allemande...

    * 7 Janvier 1945 : La campagne d'Alsace de la 1ère DFL débute par la Défense de Strasbourg

     8-9 Janvier 1945 - Le B.M. XI à Osthouse, Sand et Bois du Pfifferwald : ultimes tentatives pour rompre l'encerclement du B.M. 24  RESUME

    Si les Allemands n'ont pu s'emparer par surprise des passages de l'Ill fortement tenus, ils ont réussi à pénétrer dans la partie Ouest de l'entonnoir et à couper de leurs arrières la principale ligne de résistance bordant le Rhin. La Division fait une nouvelle tentative le 8 janvier pour dégager le Bataillon de Marche 24 : le Bataillon de Marche XI et des chars du C.C.5 sont concentrés sur l'axe Sand-Obenheim, et une Compagnie du B.M. 24 doit venir à leur rencontre jusqu'au pont du canal. Mais les chars lourds Jadgpanther et Tigre de la Brigade Felderrnhalle surclassent nettement ceux des Français, l'opération échoue.

    *  7 - 11 Janvier 1945 : la campagne d'ALSACE de la 1ère DFL débute par la Défense de Strasbourg

    Char Sherman

    7-12 Janvier 1945 - Le Bataillon d'Infanterie de Marine et du Pacifique et le 1er Régiment d'Artillerie dans la Défense de Rossfeld et d'Herbsheim  RESUME

    Après l'échec du groupement (B.M. XI et  chars),  l'investissement ennemi va alors se resserrer sur Herbsheim et Obenheim, pris au piège.... Le 4 Janvier 1945 le Poste Avancé du Bataillon d'Infanterie de Marine et du Pacifique à Neunkirch a été attaqué de nuit et les Allemands envoient leurs premiers tracts : "Nous allons attaquer en force, rendez-vous, vous serez bien traités, etc.»L'offensive se déclenche sur HERBSHEIM à l'aube du 7. Toute la nuit, les préparatifs de l'adversaire ont été décelés par une activité inaccoutumée, notamment les bruits de chenilles. Mais le poste d'HERBSHEIM était sur ses gardes, la surprise ne joue pas... Dans son compte-rendu, le Capitaine ROUDAUT énumèrera les forces et les faiblesses de sa position. Parmi ces dernières, il cite : « la pénurie d'effectifs et d'armement automatique nous obligeant jusqu'au 9 janvier (matin) à « jouer aux quatre coins », des liaisons extérieures inexistantes, l'hétérogénéité des personnels : garnison de "Marie-Louise" (jeunes recrues comptant moins de trois mois de service et petits cadres souvent inexpérimentés voire inaptes), et enfin l'épuisement des hommes et des cadres surmenés, par un froid intense, sous un bombardement incessant. »

    * du 7 au 11 Janvier 1945 : La campagne d'Alsace de la 1ère DFL débute par la Défense de Strasbourg

    * du 7 au 11 Janvier 1945 : La campagne d'Alsace de la 1ère DFL débute par la Défense de Strasbourg

    7-11 Janvier 1945 - Bataille pour Obenheim : le sacrifice du Bataillon de Marche n° 24  RESUME

    Le 7 janvier, le village d'Obenheim - libéré le 30 novembre 1944 par le sous-groupement Quilichini (2 ème D.B.) - est tenu par l'infanterie du B.M. 24, une C.C.A. de 8 antichars, quelques éléments du Génie et une quinzaine d'Artilleurs du 1 er R.A. qui assurent la liaison à partir des observatoires d'Obenheim, Boofzheim et Rhinau. 

    * 7 Janvier 1945 : La campagne d'Alsace de la 1ère DFL débute par la Défense de Strasbourg

    Pierre Messmer : " En trois jours en janvier 1945, alors que la contre-attaque de von Rundstedt amenait le commandement allié à envisager un repli sur la crête des Vosges, le B.M. 24 résistera avec un incroyable courage aux assauts de la 198e Division allemande, bien décidée à reprendre Strasbourg.

    Ce fut le B.M. 24 - commandé par Coffinier - qui, avec le B.I.M.P., héritier du légendaire Bataillon du Pacifique, stoppa un ennemi surarmé et surexcité.

    Aux Allemands qui leur criaient de se rendre, les 772 défenseurs d'Obenheim opposeront, trois jours et trois nuits durant, le feu de leurs mortiers et de leurs rocket guns. Au soir du 10 janvier 1945, 760 Français étaient hors de combat : morts, blessés ou prisonniers.

    Mais la ligne de l'Ill était renforcée et Strasbourg définitivement sauvée. « Le sacrifice du B.M. 24 n'aura pas été vain, écrit le Général de Lattre dans son Histoire de la Première Armée Française, car, par leur résistance héroïque, Coffinier et ses hommes ont brisé l'élan de la 198e ID... On peut saluer le fanion du B.M.24, l'ancien Bataillon de Djibouti : les défenseurs d'Obenheim l'ont nimbé de gloire ».

    * du 7 au 11 Janvier 1945 : La campagne d'Alsace de la 1ère DFL débute par la Défense de Strasbourg

     

    * du 7 au 11 Janvier 1945 : La campagne d'Alsace de la 1ère DFL débute par la Défense de Strasbourg


  • Commentaires

    1
    Durand
    Vendredi 5 Janvier à 14:35

    Heroique 1ereDFL,Honneur et Respect---

    2
    Michel LOPEZ
    Dimanche 7 Janvier à 19:11

    Merci pour ce rappel du sacrifice du BM24 à Obenheim. Mon Oncle Louis LOPEZ en était. 

    Il est revenu détruit mentalement de sa captivité après sa libération à Nuremberg en mai 1945, et la suite de sa vie n'a  été  qu'une succession de séjours en HP.

    N'oublions jamais l'atrocité des guerres!

    Michel

     

    3
    Dimanche 7 Janvier à 19:49

    Bonjour Michel, le prix de l'héroïque résistance du BM 24 fut extrêmement lourd, et vous nous en rappelez la brutale et cruelle réalité à travers l'histoire tragique de votre Père. Lorsque nous nous sommes rendus à l'Authion voici deux ou trois ans, l'association Amont avait ouvert un débat avec des descendants, autour des conséquences de la guerre au sein des familles. Car les enfants eux-mêmes furent des victimes de ce conflit, à travers des histoires aussi difficiles que la vôtre. Si nous rendons ici hommage aux combattants héroiques, nous saluons avec vous la mémoire douloureuse de Louis LOPEZ. Et comme vous, qui  connaissez le prix, nous souhaitons  ardemment la Paix pour nos enfants.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Michel LOPEZ
    Dimanche 7 Janvier à 21:42

    Bonsoir,

    Merci de vos paroles réconfortantes. Je rectifie juste : Louis LOPEZ était mon oncle (frère de ma maman) et mon parrain. Il n'a jamais pu fonder de famille, ni même avoir une activité professionnelle, trop malade pour cela.

    Bien cordialement 

    Michel LOPEZ

     

    5
    Dimanche 7 Janvier à 21:48

    Mille excuses Michel... . Aviez vous transmis à Brigitte Pefferkorn une photo et/ou des informations sur votre oncle ? Si ce n'est pas le cas,  et si vous le souhaitez, nous sommes à votre disposition. 

    je vous donne le contact mail de Jean-Marie Pefferkorn si besoin

    jean-marie.pefferkorn@sfr.fr

    bien à vous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :