• * Dans le Livre d'or des Français Libres : Félix EYSSARTIER (Calédonien du BIMP)

           

    Coup d'oeil sur l'admirable transmission de mémoire(s)  poursuivi par Jacques Ghemar sur le site Françaislibres.net,  qui propose aux descendants et aux chercheurs d'écrire et de publier des photographies sur des pages individuelles : c'est ce qu'on appelle un "Livre d'Or".

    Aujourd'hui nous redécouvrons Félix EYSSARTIER,  né un 25 janvier 1901 à Nouméa (Nouvelle Calédonie) et sa photographie publiée il y a trois jours par son fils Jacques "en mémoire de ce Père tant admiré".

     

     

    Mon Père, parti en 1943 par le M/S ZELANDIA puis le USS HELENA (Afrique du Nord, Italie, France), rentra en 1946 avec ses compagnons du célèbre Bataillon du Pacifique par le M/S SAGITTAIRE Je suis né le 26 Janvier 1948. Papa reprit le travail et son sport, le cyclisme (1947) dans lequel il brilla jusque dans les années 60. Il nous quitta définitivement le 1er Mars 2006, la maladie ayant pris le dessus, il avait 85 ans.

     

     

     

    Laurent Laloup a retrouvé et publié dans le Livre d'Or des informations sur le parcours de Félix Eyssartier pendant et après  la guerre :

    In Mémoriam  Félix Eyssartier par  Maurice Meunier  dans le Bir Hakim..l'Authion

    Le jeune Félix a fait toute sa scolarité à Nouméa, l'école primaire Frédéric Surleau et le collège La Pérouse. En 1940, comme tous les jeunes de sa génération, il a connu le ralliement du 19 septembre de la Nouvelle-Calédonie à la « France Libre » suite à l'Appel du Général de Gaulle le 18 juin 1940.
    N'ayant pas accepté la défaite de la France et cet armistice honteux, dans un élan patriotique et l'amour de la France qu'on lui avait inculqué sur les bancs de l'école, il signe son engage­ment volontaire dans les Forces Françaises Libres pour la durée de la guerre.
    Il part le 3 mars 1943 avec le 2™ contingent (nos aînés étant partis le 5 mai 1941) et, après un long périple de Sydney, par Durban et Suez, il rejoint le Bataillon d'Infanterie de Marine et du Pacifique à Zouara en Tripolitaine.
    Partant de l'Afrique du Nord, Félix Eyssartier participe aux campagnes d'Italie et de France, le débarquement en Provence à Hyères et la libé­ration de Toulon en 1944.
    Après ces glorieuses campagnes, Félix fcyssartier, pour sa bravoure est titulaire de nombreuses décorations.
    Eyssartier a été un membre de l'association des engagés volontaires, également membre de l'amicale des anciens combattants de Nouvelle-Calédonie.
    De retour sur sa terre natale le 21 mai 1946 avec le Bataillon du Pacifique, il est démobilisé le 21 juillet 1946.
    Rendu à la vie civile, il retrouve sa famille. Il reprend ses activités aux Établissements Ballande, la direction lui confiera un poste à responsabilité - chef de rayon - qu'il assurera avec compétence et sérieux et il aura la recon­naissance et l'estime de ses supérieurs.
    À cette époque, il se lance dans le sport, c'est le cyclisme qu'il a choisi sous les couleurs de « L'indépendante ». C'était dans les années 48 à 54 où il a côtoyé les grands du cyclisme, qu'ils soient calédoniens ou étrangers. On se souvient encore des grandes courses sur route, les Paagoumène Nouméa. C'était le début du Tour de Calédonie où Félix a toujours montré ses valeurs de champion, et puis les inoubliables nocturnes sur l'anneau du Vélodrome Georges Brunelet. Il y avait toujours de l'animation entre Eyssartier, Mamelin et l'Australien Windon -cela reste encore gravé dans les mémoires calé­doniennes.

    Bravo et merci Félix de nous avoir accordé ces grands moments d'émotion et de plaisir. Nous le savions atteint par l'âge et la maladie, sa famille et ses proches ont toujours eu une lueur d'espoir pour sa guérison mais hélas, la maladie a pris l'avantage. Cela a été pour Félix son dernier combat, combat inégal puisque la maladie et la mort ont eu raison de lui. Il venait d'avoir 85 ans.
    C'est le moment de se quitter après avoir retracé les moments de sa vie.
    Ma chère Henriette, je t'adresse en mon nom personnel et celui de nos compagnons et à tes enfants, petits-enfants et toute la famille nos sincères condoléances.
    À toi, mon cher Félix, je t'adresse au nom de tous un ultime adieu.
    Maurice Meunier

    Une grande figure du Sport Calédonien  : deux cyclistes calédoniens ont marqué leur époque : Félix Eyssartier et Raymond Perraud. Félix obtenait sa première victoire en 1936 lors du tour de Nouville et ne stoppa sa carrière qu'au début des années… 60. Engagé volontaire, il livra d'autres batailles pour défendre la France durant quatre années, ce qui ne l'empêcha pas par la suite de revenir au premier plan que ce soit sur piste comme sur route. Félix a certainement effectué l'une des plus longues carrières avec Victor Testard et Narcisse Bernanos. (...) GC | Facebook"

    Face book L'Histoire du Sport Calédonien

     

    Source : Félix Eyssartier , Livre d'Or des FFL

     

    ********


  • Commentaires

    1
    Gilles Méhaut
    Dimanche 19 Janvier à 17:45

    Quel beau parcours !

    Bravo

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :