• * Marcel Orhan - héros de la 1ère DFL a rejoint le "Paradis des Anciens"

     

    * Marcel  Orhan a rejoint le "Paradis des Anciens"

    Nous avons appris il y a quelques jours le décès de
    Marcel Orhan à l'âge de 98 ans.

     

    * Marcel  Orhan a rejoint le "Paradis des Anciens"

    Juin 1924 -  mai 2021

    Marcel, héros et soldat de la 1re division de la France libre

    Ce vétéran français avait combattu en Tunisie, en Italie, lors du débarquement de Provence, lors de la Campagne de France et jusqu'en Alsace. Récipiendaire de nombreuses décorations, il avait été décoré de la Légion d'honneur.

    Marcel Orhan nait à Rennes le 19 juin 1924. En février 1942, alors qu'il n'a que 18 ans, Marcel, passionné de basket, décide de rejoindre l'armée française, pour servir. Il s'engage au sein du 3e Régiment de tirailleurs sénégalais, dans l'armée de Vichy, à Alger. Mais il quitte ensuite cette armée de l'armistice afin de rejoindre les Alliés : le déserteur veut devenir un soldat des forces libres. Finalement, le 2 mai 1943, il est incorporé au sein de la 1re division française libre. Marcel va dès lors être de tous les combats : il fait les campagnes de Tunisie et d'Italie. Puis, il participe au débarquement de Provence, le 15 août 1944. Le Caporal-chef Orhan participe aux combats qui permettent à la 1re division française libre de remonter vers le nord de la France. Il est engagé avec son unité en Alsace. Et au lendemain d'une permission à Royan, les soldats de la 1re DFL sont déployés en urgence pour sauver Strasbourg, menacée par les Allemands après avoir été libérée par la 2e Division Blindée. Dans son unité, Marcel cumule plusieurs fonctions, et notamment chauffeur d'un command-car. Il côtoie ainsi Charles Trénet. Finalement, quelques jours seulement avant la fin de la guerre, Marcel est gravement blessé : le 11 avril 1945, à la tête d'un groupe de lance-flammes, partis à l'assaut du fort de Millefourches, à la frontière italienne, Marcel Orhan est touché par un éclat d'obus à proximité du cœur. Il s'en sort de justesse. Il gardera un morceau d'éclat dans sa poitrine toute sa vie, ressentant cette douleur qui lui rappellera toujours les combats. Finalement, la guerre s'arrête le 2 mai 1945 pour l'unité et Marcel : la division, repassée en Italie, doit capturer Turin, lorsque l'armée allemande en Italie signe sa réédition. Marcel, libéré de ses obligations durant le temps de la guerre, rentre à Rennes. Il décide d'embrasser finalement une carrière militaire. Marcel était titulaire de nombreuses médailles, dont la Légion d'honneur. Le 15 août 2019, pour le 75ème anniversaire du débarquement de Provence, le Président de la République Emmanuel Macron a rendu hommage aux soldats ayant débarqué en aout 1944, et notamment aux Français de la 1ère DFL. Marcel Orhan avait alors été invité personnellement par le Président de la République à participer à cette commémoration pour ses états de service au service de la France. Le tableau, présenté dans le montage en tête, a été peint durant la guerre par un soldat allemand que Marcel avait fait prisonnier. De sa guerre, ce dernier dira, avec son humilité, qu'il n'était pas un héros, n'ayant fait que ce qu'on lui avait demandé de faire. Humble, jusqu'au bout. Jusqu'à la fin, les gens se souviendront d'un homme discret, réservé. Marcel, ancien combattant pour la liberté, héros de la France libre. Adieu Marcel. Et merci pour tout.

    Source : Ouest-France et sources privées (merci à Nicolas M.)

    La Fondation B.M.24 Obenheim
    présente ses sincères condoléances à sa familles

     

    * Marcel  Orhan ancien de la 1ere DFL a rejoint le "Paradis des Anciens"


    Fondation B.M.24 Obenheim

    * Marcel  Orhan a rejoint le "Paradis des Anciens"

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :