• * Van der Plaesten obtient un 4e prix littéraire pour "La nostalgie de l'honneur"

    Proposé par Laurent Laloup : article de Thierry Termont  du Figaro Magazine, publié le 22 novembre 2017 LIEN

     

    Prix Interallié : Van der Plaetsen «tellement attendu», selon Tesson

     

    NOUS Y ÉTIONS - Après le prix Jean-Giono et le prix Erwan-Bergot, notre confrère du Figaro Magazine a été une nouvelle fois récompensé mercredi pour La Nostalgie de l'honneur, récit où il brosse le portrait de son grand-père, gaulliste de la première heure et grande figure de la France Libre.

    «Je suis bouleversé par l'émotion.» C'est par ces mots que notre confrère et collègue Jean-René Van der Plaetsen a réagi, l'œil humide et la voix tremblotante, à l'attribution du prix Interallié 2017 pour son récit La Nostalgie de l'honneur (Grasset), dont il était donné favori. La proclamation a eu lieu mercredi, un peu avant 13 heures, dans un des salons chics du restaurant Lasserre, à deux pas des Champs-Élysées, face aux caméras et à la presse écrite, après le traditionnel lever de rideau, comme au théâtre. Jean-René Van der Plaetsen l'a emporté au troisième tour de scrutin, avec 7 voix sur 11. Il succède au palmarès à Philippe Jaenada.

    » LIRE AUSSI - La Nostalgie de l'honneur, de Jean-René Van der Plaetsen: la figure du Commandeur

    Quelques minutes avant le verdict, le président du jury Philippe Tesson a fait une brève apparition aussi inattendue que remarquée, face à une vingtaine de journalistes impatients, pour évoquer l'écriture inclusive et déclarer, sur un ton goguenard: «C'était tellement attendu!», avant de retourner dans le salon réservé aux jurés. Les plus aguerris - ils étaient peu nombreux - avaient compris le message et tapotaient fébrilement sur leur smartphone le nom du nouvel élu, à l'attention de leur rédaction.

    Salué dès sa sortie par la presse, La Nostalgie de l'honneur est le portrait du grand-père de l'auteur, le général Jean Crépin, gaulliste de la première heure, Compagnon de la Libération, héros de Bir-Hakeim** et Grand-Croix de la Légion d'honneur. Dans les colonnes du Figaro Magazine, l'académicienne Dominique Bona avait salué le livre en ces termes: «A chaque page, la bravoure et le panache, le goût du défi, viennent pailleter d'autres valeurs plus austères - le sens du devoir, l'esprit du sacrifice - que ce Soldat de France avait chevillées au corps». Répondant en cela aux mots de Jean-René Van der Plaetsen: «C'est un fait: notre époque n'a plus le sens de l'honneur. Et c'est pourquoi, ayant perdu le goût de l'audace et du panache, elle est parfois si ennuyeuse. Alors que le cynisme et le scepticisme progressent chaque jour dans les esprits, il m'a semblé nécessaire d'évoquer les hautes figures de quelques hommes que j'ai eu la chance de connaître et de côtoyer.»

    Passionnant autant qu'émouvant

    Pour sa part, Étienne de Montety avait dit toute son admiration pour son confrère à la une du Figaro littéraire : «Aujourd'hui, le silence a pris fin. Van der Plaetsen a enfin consigné ses souvenirs, assortis des réflexions qui ont guidé toute sa vie: autant qu'un portrait du général Crépin, c'est le journal de marche de son cœur. Il est passionnant autant qu'émouvant. La Somme et ses betteraves, la guerre au Katanga qui chassa sa famille paternelle, son service militaire au Liban, le fil ne varie pas ; Crépin est au centre, magnifique figure du Commandeur, à la fois sévère et bienveillante, qui raconte ses faits d'armes comme personne, mais sait aussi décrire à son petit-fils le déroulement de l'antique bataille de Cannes, moins connue pour ses mouvements d'enveloppement que par les vers de Heredia.»

    Entré au Figaro littéraire il y a près de trente ans, avant de rejoindre le service politique, Jean-René Van der Plaetsen est depuis 2009 directeur délégué de la rédaction du Figaro Magazine. Pendant toutes ces années, il a porté et «ruminé» son livre, enfin publié et couronné. Et avec quel panache! La Nostalgie de l'honneur a été couronné par le prix Jean-Giono, le prix littéraire de l'armée de Terre Erwan-Bergot, le prix littéraire du Nouveau Cercle de l'Union et aujourd'hui le prestigieux Interallié. «Avec cette enfilade de succès, nous a confié son éditeur, Jean-Paul Enthoven, Jean-René van der Plaetsen fait à la fois figure de Macron et de Moïse, la Mer Rouge s'ouvrant à son passage.» Propos accueilli avec le sourire par Olivier Nora, patron de Grasset et par l'académicien Jean-Marie Rouart, juré de l'Interallié, lequel avait défendu dans Paris Match ce «livre à contre-courant» de l'air du temps, un temps qui ne veut plus rien savoir de la gloire passée de la France, voire qui le dénigre et l'insulte.

    * un 3e prix pour "La nostalgie de l'honneur" de Van der Plaetsen

    Jean Crépin. Copyright Ordre de la Libération

    ** Commentaire  du Blog DFL : Jean CREPIN n'était pas à la 1ère Division Française Libre mais à la Colonne Leclerc et à la 2e DB. Il n'a donc pas participé à la bataille de Bir Hakeim.

    BIOGRAPHIE DE JEAN CREPIN


  • Commentaires

    1
    Blandine
    Jeudi 30 Novembre 2017 à 04:32

    Jean Crépin était à 2ème DB et n'a jamais fait partie de la 1ère DFL, et il n'était pas à Bir Hakeim

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :