• * Une exposition, avant l'inauguration du nouveau Musée de l'Ordre de la Libération (16 novembre)

     

    Noëmie Beillon  - Direction :  DICOD, Ministère de la Défense LIEN

     

    Du 27 juillet au 4 octobre 2015, le musée de l’Armée et le musée de l’Ordre de la Libération présentent les unités militaires décorées par le général de Gaulle lors de la libération de la France en 1940. Près de 60 photos sont exposées sur 23 panneaux disposés sur les piliers de la cour d’honneur des Invalides.  

    L’Ordre de la Libération fait suite à l’appel du général de Gaulle, le 18 juin 1940, sur les ondes de la BBC. Une fois la France libre, il a souhaité créer une nouvelle décoration pour mettre à l’honneur ceux qui se sont illustrés dans la libération de la France. 

    Cet Ordre, dont il sera l’unique Grand-Maître, a été institué par le général le 16 novembre 1940 à Brazzaville (Congo). Aussi, le général de Gaulle lui-même a désigné les 18 unités combattantes, les 1 038 individus et les 5 communes qui ont reçu la croix de la Libération et le titre de compagnon de la Libération. Ces villes (Nantes, Grenoble, Paris, Vassieux-en-Vercors et l’île de Sein) ont par la suite créé le Conseil national des communes « Compagnons de la libération » pour assurer  la survie et la pérennité de la mémoire de l’Ordre après la disparition des derniers compagnons. 

    La rédaction a rencontré Vincent Giraudier, commissaire de l’exposition « Dans l’honneur et par la victoire ».

     

    * Une exposition, avant  l'inauguration du nouveau Musée de l'Ordre de la Libération

     

    Que trouve-t-on dans l’exposition ?  

    Vous avez tout d’abord deux panneaux introductifs de part et d’autre de l’entrée. Ils présentent globalement ce qu’est l’Ordre de la Libération, à savoir les différents récipiendaires de l’Ordre, les 1 038 individus mais aussi les 5 communes et les 18 unités militaires. 

    Mises à l’honneur, ces dernières sont représentées chacune par un panneau particulier. Vous avez donc toutes les unités de l’armée de Terre mais aussi les navires, la corvette Aconit, le sous-marin Rubis, les fusiliers marins, ainsi que les groupes de chasse de l’armée de l’Air et les parachutistes. Chaque unité a son visuel car au sein même des compagnons, il n’existe pas de hiérarchie. Tous sont compagnons de la Libération, il n’y a pas de grades. 

    Dans « l’honneur et par la victoire »  est dans la suite de l’exposition « Churchill-de Gaulle », et entre dans le cadre du 70e anniversaire de la Libération. Enfin, elle s’inscrit en vue de la réouverture, le 16 novembre prochain, du musée de l’Ordre de la Libération. 

    Que pourra-t-on voir dans le musée de l’Ordre de la Libération rénové ?  

    Le musée de l’Ordre de la Libération regroupe les souvenirs remis par les compagnons eux-même puisque le musée à la particularité d’être au sein de la chancellerie de l’Ordre, qui est la maison des compagnons. De plus, les derniers compagnons disparaissent peu à peu. De ce fait, le musée et le Conseil national des communes souhaitent faire perdurer la mémoire des compagnons après leur disparition d’où la réhabilitation totale du musée et sa réouverture le 16 novembre 2015, date anniversaire de la création de l’Ordre. Les derniers compagnons encore vivants seront présents pour l’ouverture. 

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :