• * Tirailleurs sénégalais - à Saïdou Sall, Issa Cissé, Alioune Fall ou Dahmane Diouf et tous les autres, ces "oubliés" du débarquement de Provence le 15 août 1944

    « Les tirailleurs ont joué un rôle très important dans l’histoire de France, mais leur histoire est méconnue. »

    * Tirailleurs sénégalais - Saïdou Sall, Issa Cissé, Alioune Fall ou Dahmane Diouf et tous les autres, ces "oubliés" du débarquement de Provence le 15 août 1944

    * Tirailleurs sénégalais - Saïdou Sall, Issa Cissé, Alioune Fall ou Dahmane Diouf et tous les autres, ces "oubliés" du débarquement de Provence le 15 août 1944

     * Tirailleurs sénégalais - Saïdou Sall, Issa Cissé, Alioune Fall ou Dahmane Diouf et tous les autres, ces "oubliés" du débarquement de Provence le 15 août 1944

     

     

    Quand on s’intéresse aux liens qui unissent la France et l’Afrique, on ne peut pourtant pas oublier le rôle de ces hommes qui ont quitté leur terre pour combattre et libérer la France. Des dizaines de milliers y ont laissé leur vie. Dans Le Chant des Africains, ils disent qu’ils veulent " porter haut et fier le beau drapeau de notre France "

    Les troupes coloniales au secours de la métropole


    La France a pris pied au Sénégal sous l’impulsion de Colbert, sous le règne de Louis XIV. À partir du comptoir initial, Faidherbe entreprend entre 1854 et 1865 de conquérir l’intérieur du continent et crée le port de Dakar, qui devient capitale de l’Afrique-Occidentale française en 1902. Traditionnellement, l’armée coloniale opère un recrutement local de supplétifs qui maintiennent l’ordre parmi la population indigène, offrant ainsi une étroite voie d’intégration et d’identification patriotique. À la suite de la défaite de 1870 face à la Prusse, et devant l’inquiétante dénatalité française, le colonel Mangin avait théorisé dès 1910 l’emploi décisif de la « force noire ». À cela s’ajoute en 1914 la nécessité de remplacer les masses de soldats tués dans les premiers mois du conflit. La France a ainsi engagé sur le front environ 134 000 combattants d’Afrique noire – des tirailleurs sénégalais, corps créé en 1857 pour engager les Africains subsahariens dans l’armée d’Afrique. Ces unités sont reconnaissables entre autres à la chéchia rouge, empruntée aux tirailleurs algériens.
     

    Date de publication : juillet 2009
    Auteur : Alexandre SUMPF
     
     

    * Tirailleurs sénégalais - à Saïdou Sall, Issa Cissé, Alioune Fall ou Dahmane Diouf et tous les autres, ces "oubliés" du débarquement de Provence le 15 août 1944

    Les tirailleurs sénégalais sont des troupes d’infanterie coloniale recrutées en Afrique sub-saharienne.
     

    * Tirailleurs sénégalais - Saïdou Sall, Issa Cissé, Alioune Fall ou Dahmane Diouf et tous les autres, ces "oubliés" du débarquement de Provence le 15 août 1944 

    (Photo Sénégal on line)

     

    Les premiers soldats noirs à servir la France sont d’anciens esclaves de confiance, les “laptots”, recrutés au XVIIIe siècle, pour assurer la sécurité des navires de la Compagnie générale des Indes qui commerce avec l’Afrique.
    Le corps des tirailleurs sénégalais est créé, en 1857, par un décret de Napoléon III. De cette date à leur suppression, dans les années 1960, les tirailleurs participent à toutes les campagnes coloniales menées par la France.
    Ils combattent en Afrique noire à la fin du XIXe siècle et 150 d’entre eux participent notamment à la mission Marchand (1896- 1899). Ils interviennent encore au Maroc (1912-1934).
    Les tirailleurs sénégalais jouent un rôle actif dans la défense ou la reconquête du territoire national lors des deux conflits mondiaux.
    Entre 1914 et 1918, sur les 161 250 tirailleurs recrutés, 134 000 interviennent sur différents théâtres d’opération, notamment aux Dardanelles et sur le front de France, à Verdun ou sur la Somme (1916), tandis que les autres servent outre-mer comme troupe de souveraineté.

    Durant la Seconde Guerre mondiale, ils participent aussi bien à la bataille de France, en 1940, qu’à l’ensemble des combats menés par la France Libre, intervenant notamment au Gabon (1940), à Bir Hakeim (1942) ou encore débarquant en Provence avec la 1re armée (1944).
    Pour la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945) : La Première Armée d’Afrique qui débarqua en Provence, le 15 août 1944, avait permis d’ouvrir un deuxième front en France après le débarquement du 6 juin 1944 en Normandie. Cette armée de 400 000 hommes, comptait 173 000 arabes et africains dans ses rangs. De juin 1940 à mai 1945, 55 000 Algériens, Marocains, Tunisiens et combattants d’Afrique noire furent tués.
    25 000 d’entre eux servaient dans les rangs de l’armée d’Afrique.


    Pour leur bravoure et leur efficacité dans la campagne de France, les tirailleurs sénégalais se voient décerner plusieurs décorations et citations tant individuelles que collectives. Ainsi, parmi tant d’autres, le 1er bataillon du 6e RICMS, les 53e et 57e RICMS sont cités à l’ordre de l’armée. Le drapeau du 53e RICMS reçoit en outre l’inscription “Airaines 1940”

    Ce fait est suffisamment exceptionnel pour être mentionné, les inscriptions attribuées au titre de la campagne de 1940 étant peu nombreuses.

    Les 5, 6 et 7 juin 1940, la 7e compagnie du 53e RICMS commandée par le capitaine Charles N'Tchoréré protégea la retraite du régiment vers l'ouest au prix de très durs combats, les Allemands devant reprendre la position au lance-flamme et au panzer.

    Le 7 juin 1940, ayant épuisé toutes les munitions, le capitaine N’Tchoréré se résigna à se rendre pour épargner la vie des 15 hommes valides de la compagnie.

     

    * Tirailleurs sénégalais - à Saïdou Sall, Issa Cissé, Alioune Fall ou Dahmane Diouf et tous les autres, ces "oubliés" du débarquement de Provence le 15 août 1944

     

    * Tirailleurs sénégalais - Saïdou Sall, Issa Cissé, Alioune Fall ou Dahmane Diouf et tous les autres, ces "oubliés" du débarquement de Provence le 15 août 1944

    Monument devant la mairie d'Airaines :

    wikipedia.org

    « À la mémoire des 1200 morts glorieux du 53e régiment d'infanterie coloniale mixte sénégalais qui ont lutté dans les points d'appui de la Somme tenus par la 5e division d'infanterie coloniale les 5-6-7 juin 1940
    Passant, il sont tombés fraternellement unis pour que tu restes français ».

     

    Décision conférant la Croix de Guerre avec quatre palmes et la Fourragère aux couleurs du ruban de la Médaille Militaire au drapeau du 1er Régiment de Tirailleurs Sénégalais
                                                                                                    (wikipedia.org)

    * Tirailleurs sénégalais - à Saïdou Sall, Issa Cissé, Alioune Fall ou Dahmane Diouf et tous les autres, ces "oubliés" du débarquement de Provence le 15 août 1944

      

    «  Les Troupes Sénégalaises ont participé d'une façon particulièrement brillante aux opérations de la Grande Guerre. En plus des Sénégalais qui servaient sous nos Drapeaux au 2 août 1914, il n'a pas été recruté, de 1914 à 1918, moins de cent quatre-vingt mille militaires indigènes dans l'Ouest Africain, sur lesquels environ cent trente-cinq mille ont été transportés dans la Métropole. Nombreux sont les Bataillons Sénégalais qui ont été l'objet de citations collectives. Certains de ces Bataillons ont été supprimés. Il importe que le souvenir des hauts faits d'armes accomplis par nos Sujets Africains soit perpétué de façon concrète. […] le Drapeau du 1er Régiment de Tirailleurs Sénégalais pourrait porter la Croix de Guerre avec quatre palmes et la Fourragère aux couleurs du ruban de la Médaille Militaire, distinctions conférées au 43e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais, unité indigène à laquelle ont été attribuées les plus hautes récompenses. La Légion d'Honneur a été décernée le 14 juillet 1913 au Drapeau du 1er Régiment de Tirailleurs Sénégalais pour reconnaître et récompenser les services rendus par les Sénégalais pendant la période d'expansion coloniale succédant à la guerre de 1870-1871. La Croix de Guerre et la Fourragère viendront reconnaître et récompenser les Troupes Sénégalaises pendant la guerre actuelle. Elles symboliseront le loyalisme et le courage de nos Sujets Africains. »

    * Tirailleurs sénégalais - à Saïdou Sall, Issa Cissé, Alioune Fall ou Dahmane Diouf et tous les autres, ces "oubliés" du débarquement de Provence le 15 août 1944

    ( photo RFI.com)
     

    — Décision conférant la Croix de Guerre avec quatre palmes et la Fourragère aux couleurs de la Médaille Militaire au drapeau du 1er Régiment de Tirailleurs Sénégalais, Ordre Général N° 46 du Général de Division Bonnier, commandant Supérieur des Troupes du Groupe de l' A.O.F., 10 juin 1919.

    La Première Armée du général de Lattre de Tassigny, forte de plus de 230 000 hommes recrutés en Afrique du Nord à partir de novembre 1942, a débarqué en Provence le 15 août 1944 aux côtés des troupes américaines. Elle compte alors plus de 50 % de soldats « indigènes » Ces hommes sont principalement algériens, tunisiens, marocains, mais combattent aussi des ressortissants d’Afrique noire (Afrique occidentale française et Afrique équatoriale française). Volontaires ou conscrits, ces tirailleurs sénégalais sont, à l’automne 1944, en majorité des soldats expérimentés. Le retrait de 15 000 à 20 000 de ces soldats, alors que s’amorcent les durs combats des Vosges, et que le général de Gaulle veut lancer le maximum d’hommes dans l’assaut final contre le Reich, a donc de quoi surprendre. (Vingtième Siècle. Revue d'histoire) 

    Des tirailleurs interviennent également lors des deux grands conflits de décolonisation, en Indochine (1945-1954) et en Algérie (1954-1962).
    Les régiments de tirailleurs sénégalais sont transformés en régiments d’infanterie de marine en 1958 avant d’être définitivement supprimés entre 1960 et 1962.

    Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les « Tirailleurs Sénégalais », issus de l’armée coloniale française ont âprement combattu, comme lors de la Première Guerre, pour défendre les couleurs du drapeau tricolore. Une fois rentrés en Afrique, ces hommes seront trop souvent oubliés de l’Histoire.

    MÉMOIRE EN MARCHE
    Sur les traces des tirailleurs sénégalais de 1939-1945

    * Tirailleurs sénégalais - à Saïdou Sall, Issa Cissé, Alioune Fall ou Dahmane Diouf et tous les autres, ces "oubliés" du débarquement de Provence le 15 août 1944

     

    * Tirailleurs sénégalais - à Saïdou Sall, Issa Cissé, Alioune Fall ou Dahmane Diouf et tous les autres, ces "oubliés" du débarquement de Provence le 15 août 1944

    Issa Cissé, 4ème RTS (Régiment de Tirailleurs Sénégalais) © Julien Masson

     

     Pour ne pas les oublier !

     

     

    Fondation B.M.24 Obenheim     

    * Tirailleurs sénégalais - à Saïdou Sall, Issa Cissé, Alioune Fall ou Dahmane Diouf et tous les autres, ces "oubliés" du débarquement de Provence le 15 août 1944

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :