• * L'A Dieu de la Fondation BM 24 Obenheim à son ami Joseph SIGWARD (4ème Brigade, CHR 4)

    * Décès de Joseph Maria SIGWARD

    Joseph SIGWARD, Ancien du S.O.E et de la 4ème Brigade de la 1ère Division Française Libre

    C’est avec une infinie tristesse que nous faisons part du décès de Joseph Maria SIGWARD, Ancien du S.O.E et de la 4ème Brigade de la 1ère Division Française Libre, qui nous a quitté en ce jour le 9 février 2016 à 11h à son domicile à Chaufour les Bonnières. Fondation BM 24 Obenheim

     les obsèques auront lieu le 16 février à 15h en l'église SAINT-LÉGER, 78270  LOMMOYE

     

    C’est avec une infinie tristesse que nous faisons part du décès de Joseph Maria SIGWARD, Ancien du S.O.E et de la 4ème Brigade de la 1ère Division Française Libre, qui nous a quitté en ce jour le 9 février 2016 à 11h à son domicile à Chaufour les Bonières.

    Son premier contact avec la Fondation B.M.24 – Obenheim fut une lettre d’engueulade pour avoir omis dans notre publication de 1992 « L’histoire du petit pont avec Bajat et Bouhadana » Cette histoire était totalement inconnue du grand nombre des anciens du B.M.24. A part pour  J ose F et notre ami Louis Chavanon qui  confirmait cette tranche d’histoire, ce fait d’armes était passé inaperçu.

    Poussé  par le rétablissement de cette vérité historique,  ont suivi de nombreux échanges, courriers, courriels et téléphoniques. En ce jour, nous ne savons pas encore qui a apprivoisé l’autre. Joseph était hostile aux réunions commémoratives. Nous avions  beaucoup de mal à le décider de venir à Obenheim.

    Sa première visite a d’ailleurs eu lieu en dehors des journées de rassemblement de la Fondation B.M.24. Il a entrepris de longues démarches auprès d’Obenheimois susceptibles de lui indiquer le petit pont. Nous ne savons pas aujourd‘hui si le petit pont qu’il a choisi était bien le petit pont de son ami Bajat. Mais l’essentiel n’est - il pas d’avoir  rétabli la vérité sur la disparition de Bajat. (Ne pas oublier que la Vérité peut être  une forme de conviction !!!!)

    Ses colères aussi inattendues que glaçantes, son  humour grinçant, drôle et décapant, ses critiques dures mais constructives, son amical et inconditionnel soutien nous manquent terriblement.

    J ose F restera parmi nous dans le sillage de son souvenir.

    Les porte-drapeaux présents.

    de l'IMOL Interprètes Militaires et Officiers de Liaison
    des Médaillés Militaires,
    de la Légion d'Honneur,
    de la Royal British Légion Paris
    de la FNACA de Bonnières
    FERENSE de Mantes La Jolie
    de l'UNC de Bonnières,
    de l'UNC de Bennecourt, 
    de l'UNC des Yvelines

    * L'A Dieu de la Fondation BM 24 Obenheim à son ami Joseph SIGWARD (4ème Brigade, CHR 4)

     

    Hommage à Joseph Maria Sigward.

    Par son petit fils Alexandre

     

    Mes souvenirs,

    Je ne suis pas ici pour vous dire qu’il m’a offert mon premier vélo, même si c’est vrai.

    Et vous savez sûrement que la vérité, la vérité historique était importante à ses yeux.

    Je suis là pour vous dire que mon grand-père Joseph était quelqu’un de passionné et de vrai dans tout ce qu’il a pu faire dans sa vie.

    Combattant l’Allemand dès l’âge de seize ans avec son père Francis, marsouin de deuxième classe à la 4ème Brigade Coloniale de la 1ère Division Française Libre avec son cher CECCALDI, en est un exemple.

    Mon grand-père Joseph savait aussi manier la langue française. Il prenait un grand bonheur à le faire et nous donnait plaisir à le lire et à l’écouter.

    Chaque échange de courriels, appels téléphoniques ou rencontres étaient pour lui l’occasion d’un jeu de mots, d’une citation et c’était devenu en quelque sorte sa patte.

    Vous, qui êtes ici, l’avez peut-être connu sous ses pseudos au S.O.E  (Special Operations Executive) Little Fisch, BarbareJ’ose F ou GPS (Grand-Père Sigward).

    Pour ne pas trahir le qualitatif de laconique qu’il m’avait donné, je finirai là en lui disant « Soldat ta mission est remplie, tu as bien mérité le repos du guerrier ».

     

     DU S.O.E BRITANNIQUE A LA 1ère DFL.

    Par Joseph SIGWARD

     

    * L'A Dieu de la Fondation BM 24 Obenheim à son ami Joseph SIGWARD (4ème Brigade)

     1945 - « Brie-Comte-Robert Birgy, Jean Caire et moi »

    « J’ai vécu ce que les scouts appelaient "un grand jeu" avant de rallier la quatrième brigade.

    Je résume :

    Octobre 1941 : Je suis poursuivi par la police de Vichy pour Propagande en faveur de la dissidence et offenses et injures envers le chef de l'Etat.

    Avril 1942 : Je deviens supplétif de l'Armée britannique en France occupée en rejoignant le Special Operations Executive SOE Réseau Nicolas-Spruce.

    11 novembre 1942 : Notre premier parachutage a lieu à Trêves, commune limitrophe de Saint-Romain-en-Gier. Le message radio annonçant l'opération est : Les enfants de Charles et Hélène se portent bien. Un deuxième parachutage, prévu à Taluyers, échoue, l'avion anglais étant poursuivi par la chasse de nuit allemande.

    10 avril 1943 : Réseau démantelé par la Gestapo mais je m'en tire et sauve le stock d'explosifs.

    13 octobre 1943 : Je rallie Libé-Sud par André Van Geit, alias Lamy, chef de secteur SAP R1. Les grenades et les plaquettes incendiaires du S.O.E. me servent de dot…

    31 mai 1944 : Cette fois c'est la Feldgendarmerie qui démantèle l'organisation. Je m'en tire encore.

    Je deviens donc une seconde fois orphelin, selon l'expression de l'époque.

    Ayant perdu mes amis et ma structure, triste et désorienté, je suis rattaché au capitaine Sage de l'A.S., un subordonné de Gentgen. J’ai en charge les liaisons avec le maquis du Montmonnet (situé au col de Pavezin, au-dessus de Condrieu)

    Jusqu'à l'arrivée des troupes régulières, je suis homme à tout faire…

    21 août 1944 : je prends mon baptême du feu lors d'un accrochage avec la 15ème  compagnie (cf note) du 205ème  régiment de détection de la Luftwaffe qui tente de se replier sur Lyon. Je suis avec un commando SAS, aux ordres de l'aspirant Lecomte, sur la route de Saint-Martin, aux Vernes, où se déroule l'engagement. Je découvre que j’aime ça…

    26 août 1944 : dans la nuit du 26 au 27, je participe pour la dernière fois à une réception de parachutage à Pavezin : John 99A (40 containers). Pour John 99B, prévu la nuit du 5 au 6 septembre, je n'étais plus là.

    De plus en plus mal à l'aise au milieu de ces résistants qui poussent comme des champignons après une nuit d'orage et qui semblent préférer le brigandage caractérisé et la tonte de la chevelure de pauvres filles à la poursuite de l'ennemi, j’enrage...

    ________________________________________

    1er  septembre 1944 : Je m’engage comme marsouin de 2ème classe, dans la 4ème brigade coloniale de la 1ère  D.F.L. qui part continuer le combat. »

     * L'A Dieu de la Fondation BM 24 Obenheim à son ami Joseph SIGWARD (4ème Brigade)

    * L'A Dieu de la Fondation BM 24 Obenheim à son ami Joseph SIGWARD (4ème Brigade)

    1945

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    FIDELITE A SES CAMARADES DE COMBAT DANS LA RESISTANCE D’OBENHEIM (janvier 1945)

     

    « Depuis ma sortie de l’hôpital militaire en 1948 je ne fréquentais plus les commémorations et autres manifestations patriotiques…  je les fuyais carrément.

    En revanche les contacts avec  mes amis très chers Ceccaldi BM24, Bouhadana CAC4, Mazzoni BM24, Caire BC4, Birgy BC4,  restaient forts.

    Le 16 octobre 1944, à Moffans-Vacheresse, lors de ma blessure c’est Armand Bouhadana qui m’avait relevé et conduit au poste de secours situé dans le haut du village. Après-guerre, installés tous les deux en Seine-et-Marne à quelques kilomètres l’un de l’autre, nous prenions matin et soir le même autocar qui nous conduisait à Paris et nous ramenait. En gros deux à trois heures par jour à parler de nos guerres et obsessionnellement pour lui de raviver la plaie du « Petit pont » et de la mort de René Bajat » (à la fin de la bataille d’Obenheim) ».

     

    Après le décès de son ami Armand Bouhadana, Joseph Sigward a tout aussi obsessionnellement souhaité comprendre les raisons de cet  épisode dramatique en revenant à de nombreuses reprises à Obenheim....

    Message à Brigitte Pefferkorn, 15 octobre 2011 : « L'important pour le vieux gus que je suis reste que j'ai découvert à Obenheim des amis charmants et fidèles, vous deux*, et aussi : les Rémi, Shenck et Albrecht, leurs femmes, Carmen et Frida, les Heilbronn, Sabine et Bruno, les pom-pom girls, Yvette et sa canne, les enfants de tout ce monde, la serveuse de chez Hans, bref, la moitié d'Obenheim... et les OTT de Baldenheim !!!

    Et que BM24 ou pas, nous ne vous lâcherons pas, bref, que vous êtes condamnés à me supporter jusqu'à ma fin -rassurez-vous - sans doute prochaine ». J.S, octobre 2011

    *Brigitte et Emile Pefferkorn

     

    * L'A Dieu de la Fondation BM 24 Obenheim à son ami Joseph SIGWARD (4ème Brigade)

    Joseph, les Poms -  Poms Girls et Brigitte à la France Libre

     

    * L'A Dieu de la Fondation BM 24 Obenheim à son ami Joseph SIGWARD (4ème Brigade)

    En compagnie des Schenk

     

    * L'A Dieu de la Fondation BM 24 Obenheim à son ami Joseph SIGWARD (4ème Brigade)

    Au 60ème anniversaire de Rémy Schenk

    En 2014, il a souhaité rendre un dernier  hommage à la mémoire de son ami Joseph Bouhadana, Ancien de la CAC 4, dans l’article « Au petit pont, les derniers résistants ».

    A retrouver dans l’article n° 37 page 25 de l’Etape « Villes et Villages Libres » - 7-11 Janvier 1945 - Bataille pour Obenheim : le sacrifice du Bataillon de Marche n° 24 

    INDEFECTIBLES LIENS AVEC LE SPECIAL OPERATIONS EXECUTIVES  ET LES BRITANIQUES

     

    * L'A Dieu de la Fondation BM 24 Obenheim à son ami Joseph SIGWARD (4ème Brigade)

    Princess Anne et Joseph Sigward - Valençay - mai 2011

    Le Special Operations Executive (SOE) auquel a appartenu Joseph SIGWARD est un service secret britannique créé par Churchill pendant la Seconde Guerre mondiale qui avait pour but de soutenir les actions de résistance des pays européens.

    Chaque année, Valençay (Indre), centre des premières actions de résistance menées par la Section F du S.O.E. (Special Operations Executive), accueille une émouvante cérémonie en souvenir. Soixante-dix ans après le parachutage du français Georges Bégué, premier opérateur radio envoyé en France par la section F, son Altesse Royale la Princesse Anne du Royaume-Uni et Sir Peter Westmacott, ambassadeur de Grande-Bretagne en France, étaient présents en 2011  à la cérémonie du Mémorial Spirit of Partnership que sa grand-mère, ''QueenMum'', avait inauguré en 1991.

    La princesse Anne d´Angleterre a salué  « l´esprit de résistance » des agents français. Elle a exprimé son « profond et éternel respect » pour les 104 agents de la section française (section F) du SOE tombés au combat en France pendant le conflit, au cours d´une cérémonie devant le monument portant le nom de ces treize femmes et 91 hommes, morts fusillés ou dans les camps de concentration pour avoir travaillé avec la Résistance.

    Autre cérémonie franco-britannique à Bennecourt en 2008

    * L'A Dieu de la Fondation BM 24 Obenheim à son ami Joseph SIGWARD (4ème Brigade)

     

    JOSEPH SIGWARD, PRINCE DES LETTRES

    Né en 1925 à Rive de Giers, Joseph Sigward a fait carrière chez Péchiney après-guerre,  tout en menant des études parallèles de psychologie.

    Il exerce ensuite la psychanalyse et est l’auteur de plusieurs ouvrages (essais, poésie, roman).

    Il publie tout d’abord un ouvrage sur Jeanne-Marguerite de Montmorency, une mystique du Grand Siècle aujourd'hui oubliée, « qu'il avait écrit pour honorer et répondre au vœu d'une Sœur âgée, repliée dans un couvent dont, avec son épouse (Françoise), Joseph était "visiteur". »

    Puis vient « Le Barbare et la jeune juive ».... que  nombre d’éditeurs vont se refuser à  publier -, « peut-être plus qu’un roman » selon son auteur -, sous-estimant sans doute  l’intelligence des lecteurs à en comprendre le sens, au-delà du sulfureux portrait de « Francis ».

    Elisabeth Piotelat : « Déjà, comment et pourquoi s'attache-t-on à Francis, ce monstrueux barbare ? A l'évidence, pris au premier degré Francis représente ce qu'il y a de plus mauvais en nous. Eh bien, la fiction du roman permet de prendre conscience de l'attrait sulfureux des perversités sommeillantes et de les contrôler, de les neutraliser ! En bon psychanalyste Joseph Sigward accomplirait-il un acte de santé publique avec ce roman ? »

    ·       Le barbare et la jeune juive. ED La Licorne, 1999 Préface d’Elisabeth Piotelatet présentation de l’ouvrage Lien

    ·       La psychanalyse expliquée à ma fille. Ed. La licorne

    ·       Jeanne-Marguerite de Montmorency, 1646-1700 Ed. Nouvelle Cité, 1990

    ·       Généalogie de la famille Sigward, par Joseph Sigward Lien

           Héros et victimes  Lien

     

    A PLUS...

    Nos chemins se sont heureusement croisés, nous avons eu la chance de connaître « Jojo N° matricule 3122 » ou  « J’ose F », ses signatures sur les courriels, dans ses messages émaillés de citations  ou de jeux de mots révélant son humour décapant :

    Le whisky est une mauvaise chose, surtout le mauvais whisky.

    George Bernard Shaw  

    Mais aussi et surtout  ses indignations et ses colères, nous enjoignant de ne pas céder au piège de la seule « vérité historique » ou de la posture de certains témoignages...

    Les convictions sont des ennemies de la vérité plus dangereuses que les mensonges... les convictions sont des prisons... d'ailleurs toute forme d'absolu relève de la pathologie. 

    Nietzsche 

     

    « à + comme disent les ados !

    J'ose F »

    * L'A Dieu de la Fondation BM 24 Obenheim à son ami Joseph SIGWARD (4ème Brigade)

    En compagnie de Mathilde

      

    Oui, cher Joseph, « à plus... »,  mais en attendant, vous allez cruellement nous manquer.

    Les « vestales » de la DFL (le surnom qu’il nous avait donné).

     

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Rémy Schenk
    Mercredi 10 Février 2016 à 19:38

    A Dieu     Monsieur    J'Ose F  , parce que pour moi vous étiez et resterez un grand monsieur...

    Amitié tardive certes, mais ô combien sincère et chaleureuse...

    Il ne suffit pas d'avoir de l'esprit. Il faut en avoir encore assez pour s'abstenir d'en avoir trop.

    C'est ce que je vais m'efforcer de retenir de notre trop brève rencontre terrestre.                                                                                                     Rendez- vous dans un autre monde ou une autre vie....

                                                                   Rémy Schenk                                                                              Président du BM24 et Maire d'Obenheim

    Respectueuses condoléances à '' ma pauvre Françoise ''  ( elle comprendra ..)

    2
    Dimanche 14 Février 2016 à 08:14
    Elisabeth Piotelat

    Au-revoir JO !

    Merci aux Vestales pour ce portrait complet. "La difference, quel ciment !" Aimait-il répéter. Il aura su passer des histoires, des valeurs d'une génération à l'autre, en y glissants des jeux de mots, aidant à digérer les heures sombres de notre passé.

    Courage à Françoise,

     

     

     

    3
    Frederic ANTOINE
    Dimanche 21 Février 2016 à 11:27
    Frederic ANTOINE

    Merci et au revoir Barbare ! Merci pour tout ce que tu nous a appris, merci pour tout ce que tu nous a laissé. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :