• * Hommage aux Jurassiens de Bir-Hakeim

    8 mai 2016

    Cérémonie commémorative à Tassenières
     et recueillement autour de la sépulture de Marcel GABRIEL.

    * Hommage aux Jurassiens de Bir-Hackem

     (Plaque commémorative à Paris)

    Personnalités présentent

     

    Madame  Bordiau,  maire de Tassenières et son Conseil municipal,
    La brigade de gendarmerie de Chaussin,
    Mr Muzard, ancien maire de Tassenières,
    Madame Blandine Bongrand Saint Hillier, membre de la direction de l’amicale de la 1re D.F.L. à Paris, fille du général Saint Hillier, venue spécialement,
    Mme Robert Montubert (épouse de Robert Montubert ancien du  BM 5)
    Messieurs et Mesdames les conseillers départementaux,
    Général Corberand,
    Colonel  Scaggion, délégué départemental du Souvenir Français,
    Colonel Corriger, représentant de l’Ordre de la Légion d’Honneur,
    Mme Ponsot de l’A.N.A.C.R. et son vice-président,
    Germain, délégué des anciens combattants,
    Mesdames et Messieurs les élus locaux et les membres du monde combattant,
    Les porte-drapeaux,
    Mr et Mme Jacques Gabriel,
    Mmes et MM. les musiciens,

    Les personnalités excusées :
    M. le préfet du Jura,
    M. Sermier, député du Jura ;
    M. le président du Conseil départemental ;
    Mme Vuitton, présidente de l’association des déportés du Jura ;
    le lieutenant-colonel Pascal Barrois, commandant le C.F.I.M. de Dieuze.


    Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

      

    Nous avons une pensée émue pour les trois combattants jurassiens de la bataille de Bir Hakeim : Pierre Dargent, né à Dole, mort à Bir Hakeim, à l’âge de 20 ans, mort pour la France ; le général Bernard Saint Hillier, né à Dole, Compagnon de la Libération, décédé en 2004 ; Marcel Gabriel, né à Tassenières, décédé en 2014.

     

    * Hommage aux Jurassiens de Bir-Hackem

    * Hommage aux Jurassiens de Bir-Hackem

    * Hommage aux Jurassiens de Bir-Hackem

           Pierre Dargent                    Bernard Saint Hillier            Marcel Gabriel

    Presque 74 ans sont passés, les combattants de Bir Hakeim ont toute notre reconnaissance.

    Du 27 mai  au 11 juin 1942, les Français Libres ont livré la bataille de Bir Hakeim, sous les ordres du général Koenig, des Républicains espagnols rassemblés au sein de la 13e demi-brigade de la Légion étrangère, du colonel Amilakvari, les bataillons de l’Oubangui-Chari et du Pacifique, les Fusiliers Marins du commandant Amyot d’Inville, les soldats de la 22e compagnie nord-africaine, les artilleurs du lieutenant-colonel Laurent-Champrosay, les sapeurs, les transmetteurs, les marsouins du commandant Savey formaient ensemble cette première brigade de la France Libre qui a étonné le monde et qui a contribué à changer le cours de la guerre.

     

    Pendant 15 jours, 3723 Français Libres de la 1re brigade de la France Libre firent face à plus de 32000 soldats d’Hitler et de Mussolini, ces 32000 ennemis seront appuyés par plus d’un millier d’avions, 3700 Français Libres résisteront victorieusement. Leur combat fut héroïque, autour d’un obscur point d’eau, dans un morne et torride désert, sans protection, autres que les trous creusés dans la terre, et des champs de mines savamment dispersés. Et pendant 15 jours, le monde entier a suivi le déroulement de la bataille de Bir Hakeim, rempli d’admiration devant la résistance héroïque et indomptable des Français Libres.

     

    Les 3723 combattants de Bir Hakeim avaient l’amour de la France et de la liberté, ils étaient de tous les continents, de toutes les confessions, ils avaient répondu à l’appel du général de Gaulle, ils n’avaient qu’un seul but : continuer le combat contre le nazisme et le totalitarisme, pour défendre la France et les idéaux de la République. La bataille de Bir Hakeim est gravée dans la mémoire de l’humanité pour son combat pour la liberté. Et c’est pourquoi aujourd’hui, les héros de Bir Hakeim sont porteurs de sens et d’espérance.

     

    Le 5 juin 1942, Maurice Schumann, le porte-parole de la France Libre déclarait sur les ondes de la B.B.C. : « Retenez le nom de cette bourgade désertique, répétez-le, écrivez-le partout, Bir Hakeim c’est beaucoup plus qu’une bataille terrible qui n’est pas finie, dans un enfer de mitraille et de chaleur, c’est la preuve que l’âme de la France réelle est invincible ».

     

    Sir Wilson Churchill a dit à la Chambre des Communes : « la magnifique résistance des soldats français à Bir Hakeim, durant plus de deux semaines, a fortement contribué à la sauve-garde de l’Egypte et du canal de Suez. Sans Bir Hakeim, il n’y aurait peut-être pas eu El-Alamein » .

     

    Le général de Gaulle, le 18 juin 1942 à l’Albert-Hall , déclara : « Peu à peu, invinciblement, la France combattante émerge de l’océan qui s’acharnait à la recouvrir et le monde y reconnaît la France, quand à Bir Hakeim un rayon de sa gloire renaissante est venue caresser le front sanglant de ses soldats, le monde a reconnu la France. Général Koeing, sachez et dites à vos troupes que toute la France vous regarde et que vous êtes son orgueil ».

     

    Discours de bienvenu de Bruno Raoul
    Délégué de la Fondation de la France Libre du Jura

    * Hommage aux Jurassiens de Bir-Hackem

    Photo Blandine Bongrand-St Hillier

    Texte du discours

    CEREMONIE DU 8 MAI  2016

     

    Bonjour à tous ! Aujourd’hui, je suis fière d’accueillir et de saluer toutes les personnalités, ici présentes, qui se sont déplacées pour honorer dans notre commune la mémoire des combattants de la batailles de Bir Hakeim, dont notre ami Marcel Gabriel, enfant de Tassenières, faisait partie.

    Je suis fière également de voir tous ces drapeaux qui représentent ce que notre pays a d’exemplaire : le dévouement et l’abnégation de ceux qui ont tout donné pour notre liberté, les valeurs et l’honneur de la France. Il est important que nous en perpétuions le souvenir.

    La commémoration se déroulera en trois étapes :

    -La traditionnelle cérémonie du 8 mai ici même,

    -Puis nous irons place Bir Hakeim, où, après une allocution de Mr Raoul, délégué des forces Françaises Libres, aura lieu un dépôt de gerbe devant le monument, suivit d’une minute de silence.

    -Enfin au cimetière, où une plaque sera dévoilée sur la sépulture Marcel Gabriel, après une intervention de son neveu Jacques.

    -A l’issue de cette commémoration, toutes les personnes présentes sont invitées à la salle polyvalente pour le pot de l’amitié.

    Nous allons maintenant débuter la cérémonie, et je vais passer la parole à Yvan Germain, président des anciens combattants.

     

    Message du Secrétaire d'Etat auprès du Ministre de la Défense chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire. 

     

    Cérémonie au cimetière de Tassenières,
    autour de la tombe de Marcel GABRIEL

     

    * Hommage aux Jurassiens de Bir-Hackem

     

    * Hommage aux Jurassiens de Bir-Hackem
    Photos Blandine Bongrand-St Hillier

    Qui était Marcel GABRIEL ?

    A 18 ans, orphelin de père à 15 ans, Marcel Gabriel, né à Tassenières (Jura) décide, le 25 mai 1938, de souscrire un engagement de 3 ans au service de la France.

    Nommé Marchal des logis le 1er avril 1940, il participe à la campagne de France du 3 septembre 1939, puis est envoyé en corps expéditionnaire en Syrie le 25 mai 1940. Affecté à la base d’ALEP, il sera cassé de son grade pour rébellion et sentiment gaulliste. Il rallie alors les Forces Françaises Libres (FFL) le 22 Juin 1941 à Beyrouth. Affecté au 1er régiment d’artillerie, il participe aux campagnes d’Egypte, de Libye et plus particulièrement à la bataille de Bir Hakeim.Blessé deux fois le 8 juin 1942 par un éclat d’obus, il reprend le combat après des soins précaires.Puis, c’est la bataille d’El-Alamein, en octobre 1942, la campagne de Tunisie, la campagne d’Italie, le débarquement de Provence et la Campagne de France.Marcel Gabriel est démobilisé, à sa demande, le 6 septembre 1945 après plus de 7 ans passé au service de la France en temps de guerre. Il commence alors une carrière civile dans les hôpitaux de Paris au groupe Hospitalier Necker enfants malades avec le grade de surveillant général. Aujourd’hui retraité actif tant au sein du monde combattant qu’au sein de la vie civile, Marcel Gabriel s’est retiré dans le village qui l’a vu naître.Il intervient souvent, avec sa modestie habituelle, pour témoigner sur les combats intenses qu’il a vécu, sur la France Libre et sur le sens de la liberté. Pour le 11 novembre 2012, 72 ans après Bir Hakeim, tout son village s’était réuni autour de lui pour inaugurer la place Bir-Hakeim de Tassenières. Plus que l’hommage d’un village à un enfant du pays, cette place est un témoignage aux génération future pour que le nom de ce combat au fond du désert de Libye reste ancré dans nos mémoires.

     

    A l'issu de la cérémonie, La municipalité de Tassenières a convié les participants à la cérémonie à un buffet garni à la salle polyvalente. Nous la remercions pour son accueil très chaleureux.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :