• * Etape n° 50 - Alpes Maritimes - 27 Avril-8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

    C'est par un dernier exploit, qualifié de "sportif", que s'achèvent nos témoignages sur le glorieux parcours de la D.F.L. pour la libération du territoire national. Commencé sur la plage de Cavalaire le 16 aout 1944, il se termine dans la neige fin avril 1945 par le franchissement du Col de la Lombarde à 2.300 mètres d'altitude...

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes 27 Avril- 8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnaiscrédit photo : Ecpad

     

    Compte tenu de la retraite de l’ennemi sur le front des Alpes,  la seconde partie de la mission de la 1re DFL, "l'opération Pingouin"  consiste à pénétrer en Italie. Les trois routes existantes étant impraticables du fait des destructions opérées par les Allemands, la 1re DFL emprunte une piste qui va d’Isola à Vinadio en Tinée, dans la vallée de la Stura di Demonte, par le col de la Lombarde, à 2351 m. Cette piste peu connue avait été empruntée en 1795 par  les Maréchaux Serrurier et Kellermann, pour atteindre le Piémont. Pour faire passer chars, canons, camions en plus de l’infanterie et des mulets du "Royal Brel Corps", le Génie travaille d’arrache-pied à dégager l’itinéraire. La 7e compagnie du B.M. XI partie d’Isola, franchit la frontière et prend pied dans le vallon de Giastiglione, barré par un rocher qui abrite un ouvrage bétonné. Le bataillon passe ensuite le camp de Barrache, à proximité de la chapelle de Santa Anna. Le col est franchi le 26 et le 27 avril. Le reste des troupes  (B.I.M.P., 1erB.L.E., éléments du 3e R.I.A. et du bataillon étranger 21/15 suit et, malgré l’enneigement important, atteint la vallée de la Stura le 1er mai 1945...

     

    •  DESCENTE SUR LE VERSANT ITALIEN PAR LE COL DE LA LOMBARDE

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes - 27 Avril-8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

    Carte Christian MARTEL

     

    Chacun s'accorde à souligner que le passage en Italie par la piste Serrurier-Kellerman" passant par le  col de la Lombarde fut un "exploit sportif".

    Maurice GILLES relate les prouesses que le Génie dut accomplir pour ouvrir la route, amer que le texte de la plaque commémorative apposée en 1998,  ait "oublié" les Sapeurs de la D.F.L. : "On utilisait tous les moyens d'alors (tringles d'acier pour sonder le sol au travers de 3 à 4 mètres d'épaisseur de neige, des traineaux furent réalisés pour faciliter la progression, des raquettes canadiennes nous furent attribuées...). Enfin, chose inouïe, le bull-dozer R4* pouvait atteindre le col et œuvrait sans arrêt pour assurer le dégagement routier. Tous les ponceaux furent renforcés et permirent le passage des G.M.C. chargés. Le chemin « charriotable » de 1800 était peu à peu devenu une piste circulable. Nous tous, avions gagné la partie et nous tous, pouvions savourer, enfin, la victoire. Pour nos Sapeurs, c'était un peu une prouesse technique que d'œuvrer ainsi, à 2.450 m d'altitude. Le Général DOYEN lui-même en était fier et émerveillé. Alors pourquoi ne pas mentionner, tout simplement, dans le texte, la « présence du Génie » en cette œuvre magistrale et dernière de la 1ère D.F.L. ?"

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes 27 Avril- 8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

    Le fameux "Bull R4" du Génie en action - Crédit photo : Ecpad

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes 27 Avril- 8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

    La "route" est enfin ouverte au passage des G.M.C.  et de la "Royal Brel  Corps", comme l'on surnommait les colonnes muletières - Crédit photo : Ecpad

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes - 27 Avril-8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

    Plaque réalisée par Christian Frizza - Crédit photo : Bernard Frizza, fils de Henry  Christian FRiZZA (B.M. XI)

     

    La Légion et le B.M. XI sont partis en éclaireurs avant que le Génie n'ait pu achever ses travaux. Le seul récit détaillé de cette  interminable pérégrination de trois jours dans le froid et la neige nous est délivré par Jean TREMEAU (B.M. XI).

    JEAN TREMEAU " (...) Mais nous n'allons pas coucher là : II faut à nouveau repartir. Retrouver tout le harnachement n'est pas une mince affaire, j'ai bien failli ne pas récupérer mon casque. Nous voici à nouveau sur la route avec de la neige jusqu'aux chevilles dans la tourmente qui continue aussi fort. Le père aumônier qui nous a rejoints fait la route avec nous et nous attaquons la forte pente qui va nous mener au col de la LOMBARDA.

    La route fait de nombreux lacets mais, ensevelis sous la neige, ils ne se laissent pas percevoir. Seuls quelques murs de soutènement font apparaître le trajet à suivre. Cette fois, nous sommes dans les tout premiers et il faut faire la trace en neige profonde. A gauche et à droite les coupoles des forts,  perchés à flanc de montagne jusque sous les sommets, nous menacent de leurs ouvertures, mais sont aussi inoffensifs que les rochers alentours : ils sont vides. Seule la nature nous est hostile et essaye de nous interdire l'accès du col ; les souliers glissent, certains tombent dans la poudreuse, nous nous élevons insensiblement, le village bien en dessous de nous.

    De là nous pouvons voir les longues théories  des compagnies qui montent entre les forts et le village. Les mulets, les hommes, tranchent en noir sur blanc. Nous sommes à la tombée de la nuit, les baraquements du col se dessinent enfin, nous sommes à 2.400 mètres enfonçant dans la neige jusqu'aux  genoux, et sous un froid perçant.

    Nous foulons victorieusement le col, la ligne de partage des eaux : d'un côté c'est la France que nous quittons, de l'autre, c'est la vallée italienne qui s'enfonce vers les villages étrangers et que demain nous allons traverser".

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes - 27 Avril-8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le MentonnaisLes pionniers au col de la Lombarde dans la neige - Crédit photo : Jean Trémeau

     

    TOUS LES TEMOIGNAGES :

     

     - La 1ère batterie passe le col de la Lombarde, Paul MORLON (1er R.A.)

     - Le passage en Italie, un exploit sportif, André Paul COMOR, historien

    - 3 Mai 1945 : lettre à son père, Jean TREMEAU (B.M. XI)

    Mercredi 25 avril 1945 - Préparatifs de départ,  Jean TREMEAU (B.M. XI)

     26 avril 1945 - Les premières maisons d’Isola, Jean TREMEAU (B.M. XI)

    27 avril 1945 - Nos premiers Italiens, Jean TREMEAU (B.M. XI)

     

    Le Capitaine Pierre OLIVIER (B.I.M.P), neveu de Paul Reynaud, fut le dernier officier de la D.F.L. tué avant la fin du conflit. Il décède le 29 avril au cours de son transfert à l'hôpital de Beaulieu, après avoir sauté sur une mine près d'Isola. Il fut fait Compagnon de la Libération en août 1945, à titre posthume.

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes - 27 Avril-8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

    Crédit photo : Ordre de la Libération

     

    PASSAGE DE LA LOMBARDE : IMAGES D'ARCHIVES ECPAD

    Sur ces images d'archives (après une courte séquence sur le groupe d'assaut Lichtwitz à  l'entrainement à  Roquebrune), vous passerez, vous aussi le col de la Lombarde avec les hommes de la D.F.L. !

     

     

     

    Après l'exploit de la Lombarde, se retrouver dans de petits villages de montagne perdus au moment même où la Victoire est déclarée, laissa à tous un  certain sentiment d'amertume et d'abandon... et la faim était même au rendez-vous...!

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes - 27 Avril-8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

     

    Jean TREMEAU  : "La faim nous tenaille toujours et sitôt arrivés dans la grange dans une rue boueuse et étroite (comme toutes les autres d'ailleurs), CHAVANIS se met en chasse. Avec son flair habituel il pénètre chez une femme qui raccommodait son linge, et sans pouvoir arriver à se comprendre, il ouvre un placard et saisit un superbe fromage de brebis d'au moins deux kilos, signe un bon de réquisition sur un morceau de papier gros comme un timbre, prend une chemise dans la panière à linge pour l'envelopper, et part avec son butin qu'il nous apporte incontinent. Il nous faut maintenant du pain que nous arrivons à cueillir à la sortie d'un four brûlant et fumant. Etendus dans la paille fraîche, bien au chaud, nous savourons à cinq ce fromage qui pique le palais mais qui disparaît avec rapidité. Il n'en reste plus que des miettes éparses dans la paille et la chemise de notre italienne toute graisseuse".

     

    TOUS LES TEMOIGNAGES :

     

    -Direction Borgo San Dalmazzo, René FESSY (B.M. XI)

    - De la neige jusqu’aux genoux, Albert PIVETTE (B.I.M.P.)

    - Arrivée à Demonte, Michel HENRY (B.I.M.P.)

    - Les cloches de Vinadio, Michel THIBAUT (B.I.M.P.)

    -Deux anecdotes, Michel THIBAUT (B.I.M.P.)

     -Accueil chaleureux à Robilante, Jean HUITOREL (C.C.I. 4)

     -Carnet de route, Raymond SAUTREAU (B.M. 21)

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes - 27 Avril-8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes - 27 Avril-8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

    Entrée de l'adjudant CRUCIANI et de sa section du B.M. XI  à Borgo San Dalmazzo - Source : archives A.D.F.L.

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes - 27 Avril-8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

    Borgo San Dalmazzo : L'Adjudant-chef PERRIER (B.M. XI)  en tête de sa section

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes - 27 Avril-8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais 

    Col. Jean HUITOREL, C.C.I. 4

     

    •  LE B.M. 5 ET LA 2e BATTERIE DU R.A. DANS LE MENTONNAIS

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes - 27 Avril-8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

    Carte Christian MARTEL

    Le général Pierre HAUTEFEUILLE lors de l'inauguration d'une plaque à à la Villa Ispahan (MENTON) en 1997, rappelle l'action du B.M.5 à la frontière franco-italienne en mars- avril 1945 :

    "A Menton, ...  la mission dévolue au B.M. 5 et à la 2ème Batterie (du 1er R.A.)  était secondaire : couverture et renseignements. Elle comportait l'exécution de patrouilles, surtout la nuit, pour déceler en particulier tout décrochage de l'adversaire. Opérations mineures qui n'eurent jamais l'honneur du communiqué, mais que les mines A.P. rendaient coûteuses en vies humaines. Et les deux dernières patrouilles, lancées dans la nuit du 24 au 25 avril, alors que l'ennemi avait déjà décroché, furent les plus meurtrières..."

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes 27 Avril- 8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

    Crédit photo -  CC BY-NC-SA 2.0  - Villa Ispahan

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes - 27 Avril-8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

    La 2e Batterie du R.A. dans le Mentonnais  : Cdt CHAVANAC au centre, Lt ROUMEGUERE à droite - col. Roumeguere

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes - 27 Avril-8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

    Trois Anciens du B.M. 5,  Jean COQUIL, Joseph TOUBOUL et Francis VERON témoignent de ces derniers accrochages et des blessures par mines, particulièrement nombreuses dans la région.

      

    - Joseph TOUBOUL évoque la réaction héroïque du  jeune POTHIER, mort pour la France à 18 ans à peine, au petit poste avancé du GRAMONDO :  "Le sergent LABOREY, à demi  songeur, articule quelques mots : "Nous avons eu  chaud cette nuit,  mon Lieutenant. Jusqu'au  petit jour ils se sont acharnés. Et ils étaient nombreux. Sans POTHIER,  nous  étions tous cuits. C'est lui qui a aperçu le premier leurs signaux lumineux. Pauvre gars, il n'a pas hésité à donner l'alerte, même une fois blessé".

     

    - Jean COQUIL : " Le soir, une patrouille commandée par le Lieutenant YVENOU franchit la crête et progresse vers le village italien de MORTOLA. Dans la nuit, YVENOU fait exploser une mine qui lui arrache un pied. Des équipes de brancardiers se succèdent pour tenter de le ramener, sautant à leur tour sur des mines. FRELAING est tué, DOMISSY, GUILLOT, ROUSSEAU, COMPERE, LAMBERTHOD blessés".

     

    - C'est au cours de cette patrouille, que  Francis VERON porte secours à son ami "Maurice" (DOMISSY) : " PEROTTI avait un éclat au menton. Malgré sa blessure il m’a donné un coup de main à mettre Maurice sur un brancard, puis m’a aidé à l’évacuer avec beaucoup de peine car la montagne était fort rocheuse. Malgré son œil bien ensanglanté et l’autre plein de poussière, Maurice m’a reconnu à la voix. De temps en temps il voulait de l’eau. J’avais mon bidon qui n’a d’ailleurs servi qu’à lui. J’avais soif moi aussi, mais tant pis. Il avait envie de fumer, j’ai allumé une cigarette de ma bouche et mis dans la sienne. Puis nous avons mis nos armes sur le brancard et lié le tout, le blessé et les armes, car la déclivité des roches était forte et notre blessé glissait sur le brancard.....

    Nous sommes arrivés à la nuit tombée en bas du cap GARAVAN. Les blessés ont été évacués à l’hôpital « Spears », ceux de la C.A. ont déchargé le mort, l’ont mis dans un garage. J’ai repris mon arme, puis un cabot m’a dit  « tu montes la garde un peu, on va te relever d’ici une heure ». Je n’ai vu personne et me suis endormi à côté du cadavre de FRELAING. Personne n’a rien dit le lendemain. La guerre s’est terminée ce jour-là, la souffrance aussi".

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes 27 Avril- 8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

    Dessin de Francis VERON - Col. Perotti

     

    Nos témoignages se terminent  par un hommage de Pierre MERGIER  aux services de santé de Lady SPEARS - « Après la libération totale de l’Alsace, «Spears» s’attend à franchir le Rhin, toujours aux côtés de la D.F.L., pour terminer dignement, en Allemagne, le long périple que lui ont imposé les nécessités de la guerre depuis mars 1941. Mais c’est la direction du sud qu’elle prend, au début du mois de mars 1944, afin de rejoindre le «Détachement d’armée des Alpes».

    Elle se déploie d’abord à CANNES, où elle reçoit 225 malades ou blessés, puis elle s’installe à BEAULIEU, en envoyant des P.C.A. opérer à LANTOSQUE, au pied de l’Authion, et à SAINT-ETIENNE-DE-TINEE.

    Chacun sent bien que la fin de la guerre est proche, mais ces derniers combats de la D.F.L. sont beaucoup plus meurtriers que ce que l’on pouvait craindre.

    Au total, ce sont près de 3.000 blessés et malades qui passent, en 58 jours, soit par la portion principale de  «Spears», soit par ses satellites"...

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes 27 Avril- 8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

    Le médecin Jean VERNIER et Lady Spears devant la "Roronde" de Beaulieu sur Mer

     

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    Une prise d’armes en l’honneur des libérateurs rassemble le 3 Mai 1945 à Villefranche-sur-Mer les unités de la 1re DFL, notamment les hommes du 1er R.A. (Régiment d’Artillerie), du 1er R.F.M. (Régiment de Fusiliers Marins), de la 13e D.B.L.E. (Demi-Brigade de Légion Étrangère) et du 22e B.M.N.A. (Bataillon de Marche Nord Africain) en présence des généraux DOYEN, commandant le Détachement d’Armée des Alpes et du général GARBAY commandant la 1re DFL.

     

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes - 27 Avril-8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

    5 Mai 1945 - Crémonies de la Brigue et de Tende _ Au centre le général GARBAY, à droite le général DOYEN -Journal Roya Bevera, 2005

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes 27 Avril- 8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

     

    • LE CIMETIERE ET LE MEMORIAL DE LA DFL A L'ESCARENE

       

    Les 273 soldats tués au printemps 1945 furent inhumés dans le cimetière communal de l’Escarène. Une grande croix de pierre y fut inaugurée par le général de Gaulle le 12 septembre 1946. Par la suite, entre 1958 et 1960 un mausolée construit avec le concours de la commune, du départe­ment et de l'Etat, fut inauguré le 23 octobre 1960 par le général de Gaulle, prési­dent de la République. Une crypte abrite 86 niches dans lesquelles sont conservés les restes des soldats dont les corps n'ont pas été réclamés par les familles. Les noms de tous les morts sont inscrits sur une plaque métallique dominant les niches.

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes - 27 Avril-8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

    Le cimetière en 1945 - Crédit photo : Jean Pflieger

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes - 27 Avril-8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

    Le Mausolée de l'ESCARENE

     

    •  LES MONUMENTS COMMEMORATIFS DE L'AUTHION

    Remerciements à René BAUSSERON (B.I.M.P.), Emile GAUTHIER (B.M. 4), Wladislas PICUIRA (BM XI) et à Jean-Michel SIVIRINE, Président de l'Amont

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes 27 Avril- 8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

    Stèle de Tueis comportant une plaque à la gloire de la D.F.L et une seconde à celle des hommes du B.I.M.P. - Jean-Michel Sivirine

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes 27 Avril- 8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

    Monument édifié par la F.A.M.M.A.C à la gloire des Fusiliers Marins

    - Jean-Michel Sivirine -

     

    * Etape n° 50 - Alpes Maritimes 27 Avril- 8 Mai 1945 - Descente de la DFL en ITALIE - le B.M. 5 dans le Mentonnais

     Crédit photo : Emile Gauthier

    Nous  retrouvons une dernière fois le mois prochain toutes les unités de la D.F.L. dans la lumière des honneurs et des défilés du  8 Mai  et  du 18 juin 1945, avant la séparation et le retour à l'anonymat dans une France Libre et en Paix...

     

    Télécharger « 1eredfl- n° 50 -24 Avril- 8 mai 1945 - La DFL descend sur l'Italie- le BM 5 dans le Mentonnais.pdf »

     


  • Commentaires

    1
    FRIZZA Bernard
    Vendredi 22 Mai 2015 à 13:20

    Pour la légende
    "Plaque réalisée par Christian Frizza - Crédit photo : Christian Frizza, fils de Bernard FRiZZA (B.M. XI)"
    . . . il y a une confusion entre le père et le fils . . . lire

    "Plaque réalisée par Bernard Frizza - Crédit photo : Bernard Frizza, fils de Henry Christian FRiZZA (B.M. XI)

    2
    Samedi 23 Mai 2015 à 13:35

    Merci de votre vigilance, l'erreur a été rectifiée. Bien cordialement.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :