• *Etape n° 44 - 10 Avril- 8 Mai 1945 - Pourquoi "l'AUTHION" ? Une introduction

     

    *Etape n° 44 - 10 Avril- 8 Mai 1945 - Pourquoi l'AUTHION ? Une introduction

    Le poème de Maurice GILLES (Génie) , dédié à ses 273 camarades de la D.F.L. tombés dans les derniers combats sur le Front des Alpes, exprime une interrogation que partagent encore, 70 ans plus tard, nombre d'Anciens de la 1ère D.F.L.

    Pourquoi, après la Campagne d'Alsace, avoir envoyé dans les Alpes une Division d'infanterie non aguerrie aux combats en haute montagne, sous-équipée, alors que la D.F.L s'attendait -  légitime attente au terme de 5 ans de combat -  à participer à la poursuite en Allemagne ?

    Capitaine BRISBARRE, commandant le Bataillon de Marche n° XI : « Lorsque la Division apprit sa désignation pour ce nouveau champ de bataille, ce fut comme une amère désillusion, une espèce de frustration. Nous pensions qu'entre tous, l'Allemagne était pour nous. C'était un rêve vieux de quatre ans. Nous sentions la fin de la guerre proche et nous pensions que cette action était ridicule et sans objet.

    Nous allions vers une mission qui nous semblait difficile à remplir : énormes difficultés de terrain que nous n'avions jamais connues, troupe pas ou peu instruite, en tout cas n'ayant reçu aucune instruction sur la guerre en montagne, très bien encadrée certes, mais par des cadres eux aussi inexpérimentés. Ajoutez que notre parc auto nous fut retiré et échangé par un échelon muletier, sans palefrenier, dont on ne savait que faire. Le tableau ainsi présenté n'était pas réjouissant, mais nous avions une troupe au mordant, à l'allant magnifique... Ce qui dissipa tous les nuages et nous redonna le moral dont les cadres avaient le plus besoin, furent les quelques mots que le général de GAULLE  adressa aux cadres réunis au P.C. de la D.F.L. à Beaulieu, le 9 avril 1945 ».

    • DES ENJEUX POLITIQUES ET MILITAIRES FRANCO-FRANCAIS 

     

    *Etape n° 44 - 10 Avril- 8 Mai 1945 - Pourquoi l'AUTHION ? Une introduction

    Le général de Gaulle à Nice - Musée de la Résistance

    Comme le souligne l'historien Pierre-Emmanuel KLINGBEIL, « dès septembre 1944, les forces allemandes ont remis en état les fortifications, transformant l'AUTHION et la vallée de la ROYA en un bastion quasi-imprenable. Il est évident que toute opération militaire pour les en chasser sera très coûteuse en vies humaines. Dans ce contexte, n'a-t-on pas intérêt à attendre la capitulation allemande imminente : l‘AUTHION tombera  alors "comme un fruit mur" ? ».

     

    Mais c'est sans compter qu'en 1945, le général de GAULLE, alors président du gouvernement provisoire, n'a pas oublié le "coup de pied de l'âne" que l'Italie de 1940 avait lancé à notre pays au moment où notre armée se faisait écraser sur le front du Nord-Est...  

    Aussi, sous le prétexte de chasser les forces allemandes qui tiennent encore les confins de nos frontières du Sud-Est, son objectif  est de  réaliser la libération totale du territoire français et des enclaves laissées à l'Italie en 1860, afin    d'exiger, lors de l'élaboration du traité de Paix avec l'Italie, une rectification de cette frontière à ses yeux contestable...

    L'affaire de l'offensive dans les Alpes est ainsi une opération exclusivement française... car, comme le rappelle le Commandant du Bataillon d'Infanterie de Marine et du Pacifique, Edmond MAGENDIE «  nos Alliés se refusaient à prendre en considération nos revendications sur la frontière Franco-Italienne, tenues pour négligeables à l'échelle de la guerre mondiale  ».

     

    •  DES OBJECTIFS GARDES SECRETS AUX YEUX DES ALLIES

    Pour mener à bien son  projet, le général de GAULLE devra compter sur ses propres forces. Or, jusqu'au 1er mars 1945, la situation militaire sur le Front des Alpes n'a pas évolué : les bataillons des Forces Françaises de l'Intérieur épaulés par le  442ème Combat-Team américain et la 4ème Division Marocaine ne parviennent  pas à refouler les troupes italo-allemandes au-delà de la ligne des crêtes.

     

    Afin de mener une opération d'ensemble, un Détachement d'Armée des Alpes (D.A.Alp) est créé et placé sous le commandement du général DOYEN le 1er mars 1945.

    *Etape n° 44 - 10 Avril- 8 Mai 1945 - Pourquoi l'AUTHION ? Une introduction

    général DOYEN

    Le commandant suprême américain EISENHOWER en prend acte et place le D.A.Alp sous l'autorité du 6eme Groupe d'Armées commandé par le général  Jacob DEVERS. 

    Néanmoins, dans l'esprit de nos alliés, la mission du D.A.Alp est limitée ; le Général DEVERS n'envisage pas d'engager la D.F.L. dans une action d' envergure sur les Alpes. En revanche,  cette mission sert les intérêts militaires des Américains qui ont besoin de rassembler leurs forces sur l'Allemagne :  le 442 ème combat-team américain est ainsi relevé par la 1ère D.F.L. , nouvellement désignée pour les Alpes.

     

    « L'aide que les Américains devaient effectivement fournir aux Français fut proportionnelle à l'objectif défini » indique  Pierre-Emmanuel KLINGBEIL. 

    Aussi, "lorsque le général DOYEN réclama des moyens supplémentaires, les Américains s'étonnèrent de l'importance des demandes de munitions présentées, compte tenu de l'objectif limité de cette offensive" . L'insuffisance des moyens attribués  résultait en fait du "désir du commandement français de garder secret l'objectif réel de l'offensive en minimisant sa portée ».

    Le général DOYEN mesurant toute la difficulté de sa mission, se tourna alors, sans plus de succès, vers le général de Gaulle et le Ministère de la Défense. Ceci ne l'empêcha pas de déclencher l'offensive de l'opération "Canard" comme prévu, le 9 avril 1945.

     

    • POURQUOI  LE CHOIX DE LA D.F.L  ?

     Il existait à la 1ère Armée Française une Division spécialisée pour les opérations en montagne,  la 4ème D.M.M. (Division Marocaine de Montagne), prévue pour prendre ce commandement sur le front des Alpes-Maritimes en raison de sa nature spécifique "bien adaptée aux possibilités du terrain, dotée d'un équipement adéquat et possédant une très grande expérience des combats en montagne".

    La décision finale de désigner la D.F.L. fut "la conséquence d'un concours de circonstances qui n'obéissait aucunement à des impératifs militaires» affirme Pierre-Emmanuel KLINGBEIL .

    En effet, suite à des réclamations portées par certains cadres de la 13 D.B.L.E. (dont le Lieutenant-colonel de SAIRIGNE) qui ne voulaient plus servir sous les ordres du général de LATTRE après la campagne d'Alsace, le général JUIN raya la 4 ème D.M.Msur  l'ordre de mission et inscrivit à la place : "1ère D.F.L." ....

    Ce choix était contre-indiqué souligne  le général MAGENDIE, et " extrêmement risqué en raison des profondes mutations advenues en fin 1944 et du manque d'expérience des jeunes soldats à peine dégrossis".

    « cette décision provoqua parmi les officiers et la troupe de la 1ère D.F.L. la plus totale désillusion et une grande morosité",  ajoute Pierre-Emmanuel KLINGBEIL. 

    Ils estimèrent  qu'on leur avait  volé leur victoire puisqu'ils n'ont pas pu participer à la conquête de l'Allemagne " Ils se sentent encore actuellement comme trahis ».

    Mais en définitive, selon le général Yves  GRAS, si « les démêlés des F.F.L. avec le général de LATTRE ne sont pas étrangers au choix du haut commandement ... la décision vient de plus haut », et « la véritable raison est ainsi d'ordre politique »....

     

    Le général de GAULLE fut sensible au  mouvement d'humeur au sein de la D.F.L.

    Le  8 Avril il  se   rendit  à  BEAULIEU et  s'adressa aux  chefs  de  corps  réunis pour l'occasion par le  général  GARBAY,  commandant  de   la   Division. Il leur  rappela   l'importance de l'opération  pour nos  futures  négociations  et  leur laissa  espérer une descente  dans la plaine d'Italie afin de continuer la guerre dans le Tyrol...

    Le 9 Avril, il annonçait l'offensive sur l'Authion à  NICE,  devant la foule rassemblée place Massena :

     «  LE VENT DE LA VICTOIRE SOUFFLE MAINTENANT SUR LES ALPES,

    SUR NOS ALPES,

    SUR VOS ALPES,

    ET VA LES DEPASSER »

     

    *Etape n° 44 - 10 Avril- 8 Mai 1945 - Pourquoi l'AUTHION ? Une introduction

    Illustration Association Amont

     

    • L'ETAT D'ESPRIT  DES ANCIENS A LA VEILLE DE L'OFFENSIVE

    Deux témoignages, celui du Commandant  Roger BARBEROT  (1er R.F.M.) - dont les chars légers ne vont pas tarder à entrer en action sur les hauts sommets de l'AUTHION,- et celui  de Michel THIBAUT (B.I.M.P), nous restituent un peu de l'atmosphère qui régnait  au sein de la D.F.L. à la veille de s'engager dans les combats.

     *Etape n° 44 - 10 Avril- 8 Mai 1945 - Pourquoi l'AUTHION ? Une introduction

    Juan-les-Pins, mars 1945 - Groupe du  Bataillon d'Infanterie de Marine et du Pacifique - Col. R. Polvet -

     

    • LE CONTEXTE GEOGRAPHIQUE ET STRATEGIQUE

    Un historique des points fortifiés de l'AUTHION (système "Séré de Rivière") à 2000 mètres d'altitude, vous est présenté à travers les photographies et les commentaires de Cédric et Julie VAUBOURG

    *Etape n° 44 - 10 Avril- 8 Mai 1945 - Pourquoi l'AUTHION ? Une introduction

     

    Du côté de l'ennemi, nous avions en face de nous deux Divisions allemandes très aguerries, la 5° et la 34° Division de Montagne, ainsi que deux Divisions italiennes, « LA MONTEROSA » et « LA LITTORIO ».

    Un second article extrait de l'ouvrage de Pierre-Emmanuel KLINGBEIL fait le point sur le système défensif allemand installé à l'AUTHION.

    La prise de l'AUTHION, baptisée "opération Canard", est fixée au 9 avril 1945, jour de l'offensive générale des Alliés sur le front italien.  Mais en raison des mauvaises conditions météorologiques,  l'action fut  reportée au lendemain 10 avril...

     

    *Etape n° 44 - 10 Avril- 8 Mai 1945 - Pourquoi l'AUTHION ? Une introduction

     

    Télécharger « 1eredfl- Printemps 1945- La Bataille de l'Authion - Une introduction.pdf »

    Nos 4 prochains articles seront consacrés au récit des engagements de la D.F.L. sur le Font des Alpes, à partir des témoignages des combattants. A venir prochainement : la journée du 10 Avril 1945...


  • Commentaires

    1
    N. Scherrer
    Jeudi 5 Février 2015 à 13:37

    Très bonne explication ! Bravo aux rédacteurs - Cette page mal connue nous est maintenant accessible -

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :