• * Etape n° 23 - Offensive sur la trouée de Belfort : Champagney est libéré le 19 novembre 1944

    En novembre, La D.F.L. est attendue sur le front de l'Atlantique par le général de Larminat. Or, l'intention du général de Lattre est de lancer une attaque offensive dans le secteur du Doubs. Il obtient du général Devers que le départ de la D.F.L. soit repoussé au 30 novembre. Le 1er Corps d'Armée ouvre alors les hostilités en s'emparant d'Héricourt le 17 novembre, puis de Montbéliard. Considérant les informations de la 4ème    Brigade du 18 novembre, signalant le repli de l'ennemi, le général BROSSET décide de passer à l'attaque. C'est à Champagney, en direction de Giromagny que s'ouvre la campagne offensive de la 1ère  D.F.L. sur la "trouée de Belfort".

    Etape n° 23 - L'offensive sur la Trouée de Belfort commence à Champagney

    Carte de Guy Crissin   L'épopée de la 1ère   D.F.L.  (A.D.F.L)

    Dans les débuts de cette offensive le Bataillon de Marche n° 5 perd le jeune François SEITE, 17 ans, Cadet de la France Libre, ainsi que François ARZEL, un Ancien du camp d'Ornano, tous deux  évoqués par leur camarade Alexis LE GALL    " Ainsi nos vieux copains de 40 s'en vont, l'un après l'autre. Quel sera le prochain ?".

     

    ...Tandis que les Champagnerots attendent depuis des mois l'heure de leur  délivrance, dans les conditions extrêmement pénibles que nous relate Alain JACQUOT-BOILEAU (membre du comité cantonal du Souvenir Français de Champagney), à travers des extraits de son étude historique sur Champagney.

    Etape n° 23 - L'offensive sur la Trouée de Belfort commence à Champagney

    "Entre le 1er et le 11 novembre, les Allemands chassent sans ménagement  les habitants des villages alentours. C'est sous la pluie et baïonnette au canon qu'ils mènent les tristes cortèges de civils vers le Centre en empruntant la route de la Passée".

    "Le canon tonne tous les jours. Michel Morand note à la date du 7 novembre ces quelques mots qui résument l'ambiance de cette période où chaque jour apporte son cortège de morts et de blessés : « Canonnade, tempête, pluie et vent, pièces inondées ». Les canons de 105 et de 155 de la 1ère   D.F.L vont se déchaîner au cours des dix dernières journées. La nuit, la flamme qui lèche leur gueule à chaque départ de coup est visible depuis Champagney".

     

    Le 17 novembre, les Allemands évacuent  le village mais conservent leurs positions en forêt, notamment aux Bois-fouillies, auxquelles vont se heurter les Bataillons de Marche de la D.F.L.

    Le 19 novembre, le Regimental Combat Team 3 du colonel RAYNAL, formé de la 4ème  Brigade du colonel Raynal  et du groupement blindé "de Gastines" ont pour mission de progresser sur l'axe Champagney, Plancher‑Bas, Auxelles‑Bas, Giromagny. Le groupement blindé comprend des éléments du 1er R.F.M. avec le soutien porté du 11ème Cuirassiers, et des tanks destroyers du 8ème Régiment de Chasseurs d'Afrique.

     

    Elie ROSSETTI (11ème Cuirassiers)  raconte : "Dans l'aube  froide et brumeuse nous prîmes la direction de Champagney. Il faisait un temps pourri et les chars avaient à se battre avec le terrain où ils s'enfonçaient jusqu'au ventre.

    Des mines anti-personnel sautaient, faisant morts et blessés chez les biffins que nous plaignions de voir patauger ainsi, chargés de leur armement et de leurs munitions et surtout par leurs habits gonflés d'eau".

    Ce sont les fantassins du Bataillon de Marche 21 qui arrivent en premier à Champagney, suivis du 11ème Cuirassiers.

    Etape n° 23 - L'offensive sur la Trouée de Belfort commence à Champagney

    " Michel Morand note, fébrile : « À 10h10, arrivée de nos sauveteurs, les F.F.L. !!! Joie délirante, pleurs de joie et vivats aux sauveurs. Inoubliable. Indescriptible ! .... On s'attroupe autour des chars, les femmes embrassent les hommes de cette armée dont on ne soupçonnait même pas l'existence".

    Etape n° 23 - L'offensive sur la Trouée de Belfort commence à Champagney

    Gérard GALLAND (11ème Cuirassiers) raconte : "Notre light « 132 » s'est arrêté contre la façade de la Mairie à l'angle Nord du bâtiment. Sur le mur du côté gauche de celle-ci, face à la place contiguë, est placée en hauteur une plaque signalétique indiquant : « Place Maréchal Pétain ». Devant la foule enthousiaste, un Cuirassier soutient un Fusilier-Marin qui, à l'aide du pied de biche du blindé, fait sauter cette plaque, à la grande joie des civils. Droit sur la plate-forme du char, le cavalier SEVE  ainsi que le canonnier  regardent attentivement l'opération...".

    Etape n° 23 - L'offensive sur la Trouée de Belfort commence à Champagney

    Les Biffins du Bataillon de Marche n°21 ne s'attardent pas dans Champagney libéré sans combats. Ils continuent  leur progression mais sont  subitement arrêtés en débouchant de la gare,  sur la route de Giromagny, par des tirs venant du bois de PASSAVANT. Deux sections de la 3ème Compagnie vont alors dans l'après-midi, chercher à déborder la résistance par "les hauts". Hélas, les jeunes recrues, inexpérimentées, vont commettre une erreur qui sera fatale au Lieutenant  ROBERTSON,  selon le récit de Yves GRAS.

    Etape n° 23 - L'offensive sur la Trouée de Belfort commence à Champagney

    Le général BROSSET est toujours au coeur de l'action, le premier à célébrer les victoires et à encourager l'avancée, rapportent  les habitants de Champagney, Roger BARBEROT (R.F.M.) ou encore Elie ROSSETTI (11ème Cuirassiers).

    Nul ne peut imaginer l'impensable : que ce 19 novembre 1944 est  la dernière journée de la vie du général, et  que cette photo est sa "dernière image"...

    Etape n° 23 - L'offensive sur la Trouée de Belfort commence à Champagney le 19 novembre

    Crédit photo : G. Peroz

    Télécharger « 19 novembre 1944- Libération de Champagney »

    Nos remerciements à Alain JACQUOT-BOILEAU pour son évocation de "Champagney à l'heure de sa libération", illustrée de très nombreux clichés, mais également à Serge ROBERT pour les illustrations anciennes de Champagney et les photographies des commémorations, en 2013, de la Libération du village.

     °°°°°°°°°°°°°°°°°°

    Notre prochain article relatera la libération de nombreux villages lors de la poussée  de la D.F.L. en direction de Giromagny, les 21 et 22 Novembre 1944. Nous consacrerons ensuite un article à la disparition du général BROSSET le 21 novembre, juste avant la prise de Giromagny, objectif  qu'il avait inscrit à son dernier Ordre du Jour.


  • Commentaires

    1
    N. Scherrer
    Jeudi 26 Juin 2014 à 18:27

     "Trouée de Belfort", la Porte de l'Alsace ! De tous temps ce fut un lieu stratégique - Le Lion de Bartholdi les y attendait pour associer leur courage à celui des Combattants de 1870 qui stoppèrent les prussiens -

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :