• Etape n° 13 - 3 Septembre 1944 - Le général BROSSET et la Libération de Lyon

    Le général de Lattre, en refusant à la D.F.L. de prendre toute sa part à la libération de la Ville de Toulon, lui avait cependant promis de « prendre sa revanche » à Lyon. Début septembre 1944,  le général Diego BROSSET, commandant la 1ère Division Française Libre, originaire de Rillieux-la-Pape, est donc envoyé d’urgence avec la 1ère Division Blindée du général du VIGIER pour libérer  la capitale des Gaules, et ce en dépit des orientations américaines initiales du général PATCH.

    La situation sur le terrain, critique et confuse semble en effet exiger une intervention de l’Armée française en raison des multiples exactions allemandes contre la population civile ainsi que des règlements de comptes sous prétexte d’épuration qu'exercent des bandes organisées à l’Ouest de Lyon...

    C’est en coopération avec les F.F.I et les maquisards que les unités de la D.F.L. vont entrer dans Lyon le 3 septembre. Le Commandement allemand pris entre une résistance active à l'Est et la menace de l'arrivée de la 1ère D.F.L. à l'Ouest décide d'évacuer la ville dans la nuit du 2 au 3 septembre.

     « La coordination des hommes de la 1ère D.F.L. et des Forces Françaises de l’Intérieur fut déterminante. Les uns et les autres avaient conscience que la Libération de Lyon était d’autant plus urgente que s’étaient accrues ces derniers mois les représailles d’un occupant en déroute. Un occupant qui fit alors preuve d’une cruauté inouïe » rappelait le Maire de Lyon dans son discours, lors des cérémonies de commémoration de  2013.

    Alors que la 1ère D.B. et le Bataillon de Choc assurent dans le Nord la protection de l'opération, l'Enseigne de Vaisseau Stanislas MANGIN, et ses Fusiliers Marins traversent la Saône le 2 septembre à la nuit, en empruntant le pont de SERIN demeuré à peu près intact.

    Le général Brosset entre dans Lyon le 3 septembre, avec le R.F.M. bientôt suivi de la Légion et du 22e B.M.N.A. Roger BARBEROT (R.F.M.) témoigne d’une arrivée « prudente » – on ne sait si la ville est toujours occupée -, vite rectifiée par le bouillant général Brosset ;  puis de la confusion créée à leur arrivée place Bellecour,  par l’accueil délirant des lyonnais mêlé aux coups de feu intempestifs de certains tireurs isolés.

    C’est aux commandes de sa Jeep que le général BROSSET  gravit les marches de l’escalier de l’Hôtel de Ville où il établit son Quartier général. Il  fait immédiatement rétablir l’ordre et interdit toute exaction contre les hommes et femmes suspectés de compromission avec l’occupant.

    Le 5 septembre, promu général de Division, il reçoit le général de Lattre pour une prise d’armes « de la libération » avec les unités de la D.F.L. et les F.F.I. concernés. Les Lyonnais crient leur enthousiasme et leur joie aux libérateurs.

    Peinture de Marc MONKOWICKI, ancien du B.M. XI

    La D.F.L. va ensuite se rassembler à Collonge et emmener avec elle, pour vivre de nouvelles aventures, parmi les plus valeureux des combattants de la Résistance intérieure de la région, le Maquis de Chambarand du Commandant MARIOTTE et le 11e Cuirassiers du Maquis du Vercors du Lieutenant-Colonel GEYER LA THIVOLLET.

    Une place au nom du Général BROSSET a été inaugurée à Lyon en Mai 2013.

    Télécharger « 3 septembre 1944 - Le général Brosset et la Libération de Lyon »

    4 Mai 2014 - Découvrez de nouveaux documents philatéliques sur la Libération de Lyon et le général Brosset dans l'Album "Philatélie" (source : Jean PFLIEGER)

    Etape n° 13 - 3 Septembre 1944 - Le général BROSSET et la Libération de Lyon

     


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :