• *Constant ENGELS, Compagnon de la Libération, Ancien du 1er R.A. fait Officier de la Légion d'Honneur en décembre 2014

     Son parcours exceptionnel  est évoqué ici par le général Olivier Salaun.

    Constant ENGELS, un des derniers Compagnons de la Libération encore en vie promu officier dans l’ordre de la Légion d’Honneur

    Samedi 20 décembre 2014, à la maison de retraite de Beauzelle (31), le général Olivier SALAÜN, commandant la 11e Brigade parachutiste, commandant la base de défense de Toulouse Castres, commandant d’armes de la garnison interarmées de Toulouse et délégué militaire départemental de la Haute-Garonne a remis à monsieur Constant ENGELS les insignes d’officier dans l’ordre de la Légion d’Honneur. Cette cérémonie solennelle s’est déroulée en présence du maire de la commune, des représentants locaux des trois ordres nationaux, d’une délégation de porte-drapeaux des associations d’anciens combattants, de représentants des armées et de la gendarmerie ainsi que de la proche famille de monsieur ENGELS.
    Cette cérémonie revêtait un caractère tout particulier dans la mesure où Monsieur Constant ENGELS est un des 18 derniers compagnons de l’ordre de la Libération encore vivants à ce jour. Dans quelques jours, l’année 2015 sera placée sous le signe des commémorations mémorielles associées à la célébration du 70ème anniversaire de l’armistice de la seconde guerre mondiale. Constant ENGELS fut un témoin privilégié de ces conflits auxquels il prit part personnellement durant de longs mois sous la bannière de la France Libre.

    Défense-Armée LIEN

    "Acteur majeur des combats de la France libre, la promotion comme officier dans l'ordre de la légion d'honneur de Constant Engels, revêt donc un caractère particulièrement symbolique. Fin juin 1940, alors que le maréchal PETAIN a annoncé l'armistice, Constant Engels, décide de poursuivre le combat, il s'engage alors dans les Forces Françaises Libres (FFL). Il est alors incorporé dans l'artillerie des FFL, comme second canonnier, et participe aux opérations de Dakar et du Gabon de septembre à novembre 1940.

    Le 7 juin 1942, durant la campagne de Libye, observateur et opérateur radio au sein du 1er régiment d'artillerie, Constant Engels supporte pendant deux heures, sans recevoir de soins, une grave fracture du tibia droit. Pour son action et la haute valeur de son engagement dans l'œuvre de la libération de la France et de son Empire, il reçoit en 1942, la croix de la Libération et le titre de compagnon de la Libération".

    La Dépêche du Midi

    • Biographie sur le site de l'Ordre de la Libération LIEN

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :