• * Biographie de Roger VANNUCCI, Ancien du B.M. XI

    Roger Vannucci, un des derniers à Yssingelais à avoir combattu en 39-45

    Revue de presse de Daniel DELMAS
    Article du journal Le Progrès.fr du 8 mai 2015


     Source et photo : DR/ Le Progrès.fr

              À 93 ans, l’ancien inspecteur central des postes a encore en               mémoire sa campagne avec les troupes de libération.



    Né à Rambouillet (Yvelines) le 17 février 1922, Roger Vannucci appartient à cette lignée d’expatriés rapidement adoptés par la cité des cinq coqs.

    STO et clandestinité

    Figure familière des Yssingelais depuis les années cinquante, le nonagénaire, retraité depuis 1982, vit aujourd’hui dans une petite maison du quartier de Chatimbarbe, bénéficiant d’une certaine autonomie grâce à la proximité de ses trois enfants : Claude, Hélène et Michel. Certes il a quelques difficultés à se déplacer, mais la mémoire est là : il n’a pas oublié la Seconde Guerre mondiale qu’il a vécue modestement, mais avec un engagement dont témoigne sa Croix de guerre, faisant de lui un des derniers anciens combattants de 39-45 du Pays des Sucs.

    À 20 ans, il était veilleur de nuit aux transmissions téléphoniques et lorsque la guerre s’est déclarée, il participait, à Choisy-le-Roi (Val-de-Marne), à la veille permanente des centraux téléphoniques chargés non seulement des communications, mais aussi des sirènes d’alarmes. Le Service du travail obligatoire l’avait envoyé à Berlin. Quelques semaines plus tard, mettant à profit une permission, il n’était pas reparti et avait choisi la clandestinité.

    Grâce à de faux papiers sous le nom de « Hervé » (d’après ses initiales R.V.), il avait trouvé du travail dans une entreprise de charpente de la région parisienne qui apportait son aide aux réfugiés et jeunes réfractaires comme lui. Ironie du sort : il était dans une équipe envoyée sur un chantier un peu particulier, en Bourgogne, puisqu’elle était chargée d’aménager les structures d’un terrain d’aviation pour les troupes d’occupation. C’est là qu’il a participé, avec ses collègues, à des actions de sabotage. Il mettait, par exemple, du sucre ou du sel dans les réservoirs d’essence des appareils nazis, afin de retarder leur décollage.

    Il rejoint les bataillons de la libération

    Le débarquement, puis la remontée de l’armée de Leclerc (sic) * dans la vallée du Rhône, l’ont décidé à rejoindre les bataillons de la Libération : le volontaire fut incorporé en octobre 1944 à Dijon dans la 1re division de la France libre.

    Redevenu Roger Vannucci, il participa à la délivrance de Belfort et l’avancée dans les Vosges. Appelée en renfort sur Royan, sa colonne revint en Alsace pour stopper une contre-offensive allemande, avant de rejoindre les Alpes afin de participer à la campagne d’Italie**

    De retour à Paris, il avait repris sa place aux PTT, parmi ceux qui étaient chargés de la reconstruction et la poursuite des aménagements téléphoniques.

    Promu contrôleur sur concours, il avait rejoint Yssingeaux pour mener à bien l’installation du central téléphonique. Son arrivée, en 1953, lui avait donné l’occasion de rencontrer sa future épouse, Odette Grousset, dont les parents tenaient le petit hôtel-restaurant où il logeait… Il avait ensuite œuvré sur plusieurs sites et chantiers à Paris, Cassis, Dunkerque et Montmorillon.

    Nommé inspecteur central des télécommunications, il s’est vu confier, en 1964, un poste à Yssingeaux qu’il n’a plus quitté.

     

    NDLR :

    * Il ne s’agit pas de « l’armée Leclerc », mais de la Division Française Libre du général BROSSET !

    ** Il ne s’agit pas de la campagne d’Italie (1944) mais de celle qui se déroula dans les Alpes Maritimes et à l’Authion pour se terminer sur le versant italien des Alpes.

    Remarque : Le nom de Roger Vannucci est orthographié VANUCCI dans l'Annuaire des anciens de la DFL


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :