•  Mars 2017 

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre

    Télécharger « bon-de-commande-Odyssee- AAFL-fev2017.pdf 

        La perspective de la célébration en 2017 des 500 ans du Havre a inspiré l'Association des Anciens et Amis de la France Libre du Havre (AAAFL), membre de la délégation 76 de la Fondation de la France Libre.

    En effet, l'histoire des Français Libres Havrais demeurait totalement méconnue, à l'exception de celle de Jean MARIDOR, jeune pilote héroîque des Forces Aériennes Françaises Libres, qui se sacrifia pour sauver un hôpital britannique lors de l'attaque d'un V1 le 3 août  1944.

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre

    Jean MARIDOR, une oeuvre de Daniel Haté

        L'AAAFL a eu pour objectif  de mettre à la disposition des établissements scolaires et des enseignants d'Histoire-géographie du Havre une publication racontant l'Odyssée des 534 FFL qu' elle a pu recenser au terme d'une  enquête commencée à l'été 2015.

    En dehors d'une dizaine de FFL dont nous ignorons l'unité d'affectation, la répartition des Havrais au sein des différentes Armes des Forces Françaises Libres s'établit comme suit : 

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre

       * S'agissant de la 1ère Division Française Libre, l'effectif des "37" est en "réalité" complété par les  17 Fusiliers Marins du 1er RFM !

    Une soixantaine de descendants de FFL ont contribué à cette mémoire collective retrouvée, aux côtés des conseils d'experts des Forces Françaises Libres, et des  recherches bibliographiques et archivistiques menées par l'AAAFL. 

    Ce projet a été inspiré au départ par la publication du Délégué de la Fondation France Libre Marcel Hupin, sur les Français Libres du département de la Mayenne. (2013)

    Alors qu'il ne reste plus aujourd'hui que quatre témoins de cette Odyssée (Paul LETERRIER, Pierre LOQUET, Claude ROSA et le Compagnon de la Libération Claude RAOUL-DUVAL), la territorialisation de la mémoire est en marche. Elle s'inscrit au plus près des jeunes générations que nous souhaitons sensibiliser, et permet  à tous les Havrais de découvrir une part ignorée de leur patrimoine historique....

    La sensibilisation se poursuivra au Havre entre le 18 et le 25 juin 2017 : par la commémoration de l'Appel du 18 Juin 1940, suivie d'une exposition d'une semaine avec de nombreux autres participants sur la période 1940-1945, telle que la vécurent la population du Havre, ses Résistants et ses Français Libres.

    Michel Pérot, Président de l'AAAFL et Florence Roumeguère, auteur de l'ouvrage

    **********************************************************

    UN APERCU DE LA PUBLICATION

         Le premier chapitre  est consacré à l'ENGAGEMENT et aux circonstances des évasions et  des "désertions" de Havrais en 1940-1941 (métropole, empire colonial - international), qui sont au cœur de l'identité et des valeurs de la France Libre que nous souhaitons transmettre. Une place importante est également faite à la FORMATION au sein des différentes Armes afin que les lecteurs puissent mesurer toute la difficulté à laquelle furent  confrontés les états-majors de la France Libre pour compenser leurs faibles moyens matériels et le manque d'expérience des volontaires, en particulier dans la Marine et l'Aviation des Forces Françaises Libres. Nombreux sont les aviateurs comme Jean BERRE,  Marcel LE BIVIC, Raymond LE BLANC, René le BIAN, Gorges FIFRE, qui furent tués à l'entraînement en Angleterre ou au Moyen-Orient.

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre

    Jean SALIOU, (3e de gauche à droite) élève officier au Royal College de Dartmouth  Claudie Saliou-Le Goff 

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre 

    Ecole Navale FNFL- Gustave LIARD (de face) , commandant du groupe de goélettes Etoile et Belle Poule avec l'Amiral Lemonnier - Cédric Thomas

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre

    Raymond LE BLANC, FAFL, l'un des 40 Havrais Morts pour la France -  Geoffroy Platel

      Les quatre chapitres suivants abordent chronologiquement les grands théâtres d'opérations 1940-1945, à travers des éléments  biographiques, des témoignages ou des extraits de Mémoires de nos FFL : ainsi, parmi tant d'autres évocations : Auguste CATHERINE et le détournement du cargo Capo Olmo - Bernard SAVARY ralliant avec le capitaine Folliot  en Palestine - Philippe FRATACCI débarquant en pirogue avec Leclerc à Douala (1940) ;  Yann MALLET rejoignant l'Erythrée - Henri AMIEL et la campagne de Syrie (1941) ; Jean BOUILLY à bord de la corvette Roselys  dans les convois de Mourmansk - Maurice BUYS à Koufra - Jean-Claude LAURENT-CHAMPROSAY, Paul LETERRIER et une quinzaine de Havrais à Bir Hakeim (1942) ; Pierre LOQUET et le Patron en Tunisie - Claude RAOUL-DUVAL et Philippe BERAUD lors d'une attaque du groupe de chasse Alsace sur les côtes normandes, Jean SALIOU blessé au Garigliano, Xavier LAPORTE opérant avec les vedettes rapides - MTB (1943) ; le parachutiste Philippe REINHART dans les combats du maquis de Saint-Marcel  ; les 16 Havrais du Commando Kieffer débarquant à Ouistreham, des résistants FFL dans la Libération du Havre (1944) ; et  Pierre CAILLIAU terminant la guerre avec le BM 21 à l'Authion, après son évasion d'Obenheim (1945).

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre

    Philippe FRATACCI derrière le "I" du panneau en Août 1941 - Archives Roger Nordmann

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre

     La corvette Roselys par gros temps - Fondation de la France Libre

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre

    Marcel MASSON fut  membre de l'équipage du Savorgna de Brazza de 1940 à 1945 - Bernard Desnoyers

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre

    De profil, le Commando Marcel RAULIN (Normandie, 1944). Coll. Guy Vourc'h - Musée de  l'ordre de la Libération 

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre

    A droite le SAS parachutiste Pierre RUFENACHT près de Bignan (1944) - David Portier

    * MARS 2017 -  Mémoire de 500 Français Libres pour le 500e anniversaire de la création du Havre

    Printemps 1945 - Pierre CAILLIAU, neveu du général de Gaulle, à la tête de sa section du BM 21 dans les Alpes Maritimes - Amicale 1ère DFL


    votre commentaire
  • Alors qu'il avait 21 ans seulement, en 1942, il avait rejoint les rangs des forces françaises libres en Afrique du Nord. Henry Marc, originaire de Saint-Germain-Village, est décédé lundi 30 janvier 2017.

     

    *Henri Marc, ancien militaire des Forces françaises libres, est décédé à l’âge de 95 ans

                                     Henry Marc

    Ancien combattant originaire de Saint-Germain-Village, est décédé lundi 30 janvier, à l’âge de 95 ans. Il habitait depuis plusieurs années dans le quartier du Doult-Vitran à Pont-Audemer. Héros de la résistance, il avait fait partie de 1942 à 1946 des forces aériennes française libres et plus précisément du "groupe Bretagne", (* DOSSIERS THÉMATIQUES) dont les bombardements ont facilité la remontée des Alliés en Italie en 1943.

    En Libye avec De Gaulle


    « J’avais 21 ans en 1942. J’habitais Saint-Germain-Village et je travaillais en tant que menuisier. J’ai été réquisitionné pour aller travailler en Allemagne mais je ne voulais pas y aller. Je suis donc parti vers la zone libre dans le Sud de la France et le Midi. Mon objectif était de rejoindre le général de Gaulle. Comme beaucoup de gens étaient morts en tentant d’aller en Angleterre, j’ai décidé de passer par le Sud »
    nous expliquait Henry Marc lorsque nous l’avions rencontré en 2012.

    Après quelques semaines d’entraînement au sein de l’armée de Vichy dans le Midi, Henry prend le bateau à Marseille dans le but de rejoindre les forces françaises libres en Afrique du Nord. Il passe par Oujda au Maroc puis par Alger, avant de finalement parvenir à rejoindre le général de Gaulle en Libye, par un trajet en camion.

    « C’est là que j’ai appris à piloter des avions de guerre. On m’avait mis dans les forces aériennes parce que j’avais passé mon brevet de pilote à Bernay. En Libye, j’ai eu la chance de voir à plusieurs reprises le général de Gaulle, il a même mangé une fois à notre table », se souvenait-il.

    Le général de Gaulle n’a pourtant pas que des bonnes nouvelles à annoncer aux membres du groupe Bretagne : « Un jour il nous a annoncé que nous devions aller à Moscou pour combattre aux côtés des Russes contre les Allemands. Cela ne nous disait pas du tout d’aller là-bas ! »

    Au mois d’août 1943, la formation d’Henry est dirigée sur la Syrie. Basé à Rayack, le « Bretagne » attend l’ordre de départ pour Moscou. Le débarquement des Alliés en Afrique du Nord change la donne, et l’équipe est finalement redirigée vers Telergma en Afrique du Nord, au grand soulagement d’Henry et de ses camarades, bien contents de ne pas partir pour la Russie.

    Là, ils doivent se familiariser avec les avions américains dont ils disposent : « Il a fallu que l’on apprenne un peu d’anglais car toutes les commandes sur le tableau de bord étaient écrites dans cette langue ».

    Ils apprennent là-bas à maîtriser les bombardiers Marauder fournis par les Américains et participent à la libération des pays occupés aux côtés des groupes d’Afrique du Nord. Henry fait office de navigant à bord des bombardiers.

    En 1944, le groupe « Bretagne » rejoint la Sardaigne à Villacidro. Les objectifs sont alors toute l’Italie du Nord, de Rome au Lac Majeur, de Vintimille à Rimini. Henry se souvient particulièrement du bombardement du port de La Spezia : « Pendant le bombardement, nous avons fait exploser un dépôt de munitions. L’explosion a été tellement énorme que la fumée est remontée jusqu’à nos avions à plus de 2000 mètres ! »

    Des bombes dans la mer

    Henry et le groupe Bretagne participent aussi au débarquement dans le Midi de la France : « Je me souviens que nous avions ordre de bombarder un port français mais nous avons refusé de le détruire : nous avons finalement largué nos bombes dans la mer au retour de la mission ! »

    Henry est décoré de la légion d’honneur et de la médaille militaire à la fin de la guerre par le général De Gaulle. Il participe également au défilé de la libération à Paris en survolant la ville à bord de son bombardier.

    Il participe ensuite à l’occupation française en Allemagne de la fin septembre 1945 au mois d’août 1946. Il est ensuite enfin temps pour lui de retrouver sa famille, restée sans nouvelle depuis son départ quatre ans auparavant : « Je ne pouvais pas rentrer en contact avec eux sans les mettre en danger. Ils auraient été inquiétés par les Allemands », explique Henry Marc.

    L’émotion est donc grande lorsqu’il revient enfin à Saint-Germain-Village en septembre 1946 : « Je suis d’abord passé voir mon père à la menuiserie où il travaillait. Puis je suis allé voir ma mère. Elle a pleuré de joie en me voyant, elle pensait sans doute que j’étais mort puisqu’elle n’avait pas de nouvelles de moi depuis quatre ans ».

    Henry retrouve ensuite son métier de menuisier et se marie le 13 décembre 1947. Il était depuis de longues années actif au sein d’associations d’anciens combattants, et coulait jusqu’à ces dernières années une retraite bien méritée dans le quartier du Doult-Vitran à Pont-Audemer.

    La plupart de ses médailles lui avaient été dérobées lors d’un cambriolage il y a plus de dix ans mais les souvenirs, eux, restaient bien présents.

      La cérémonie civile et l’incinération ont eu lieu
          le jeudi 9 février dernier à Pont-Audemer.


    Edouard Kerfriden

    Lien vers l'article du journal "L'Eveil de Pont-Audemer"

    *Henri Marc, ancien militaire des Forces françaises libres, est décédé à l’âge de 95 ans


    La Fondation B.M.24 Obenheim présente ses sincères condoléances à sa famille


     (Fondation B.M.24 Obenheim)


    votre commentaire
  • Le dernier pilote du  « NORMANDIE – NIEMEN »
    nous a quittés  le 10 février 2017, dans sa 98ème année

    * Décès de Gaël Taburet le dernier pilote du "Normandie-Niemen"

    (Photo Ouest France)

     «Gaël Taburet est né le 12 novembre 1919 à Messac (Ille-et-Vilaine). 
    Il s’engage dans l’armée de l’Air le 21 janvier 1938. Cette même année, il présente le concours d’entrée pour l’école d’Istres. Reçu, il est dirigé sur l’école d’Ambérieu où il est breveté pilote le 13 avril 1939. Après un stage de transformation à Istres en août 1939, il est affecté au G.T. I/15.
    En octobre 1941, il est affecté au G.T. III/15 et reçoit la mission de convoyer en Afrique du Nord quelques vieux Amiot 143.

    En avril 1942, il s’installe avec son unité sur la base d’Oujda, au Maroc. Le débarquement allié lui permet d’être reclassé dans la chasse, début 1943, à Kasba-Tadla. Le 21 janvier 1944, il se porte volontaire pour le « Normandie ». Nommé aspirant, il rejoint le groupe en Russie le 3 avril 1944, et est affecté à la 3ème escadrille. 

    Le 26 juin 1944, au cours de sa première mission de guerre, il obtient sa première victoire aérienne en abattant un Fw 190 dans le secteur d’Orcha.
    Au cours du mois d’octobre 1944, il abat trois autres appareils ennemis.
    Le sous-lieutenant Taburet termine la guerre crédité de 5 victoires homologuées plus 1 probable. De retour en France en juin 1945, il devient tour à tour :
    - commandant d’escadrille au « Normandie-Niemen », à Rabat-Salé (Maroc) en 1949,
    - chef des opérations à Saïgon en 1950.

    Le capitaine Taburet reste fidèle au « Normandie-Niemen » jusqu’en 1951.

    Le 12 juin 1951, il est nommé commandant de l’escadrille des moniteurs et de réentraînement de la base école de Meknès, au Maroc.

    En mars 1954, il est affecté à la Défense aérienne du territoire (DAT) à Versailles, poste qu’il occupe jusqu’au 31 mai 1956.

    Le 1er juin 1956, il est nommé commandant-adjoint de la base aérienne 110 de Creil, puis commandant en chef en mars 1957.

    En 1958, il est affecté au 4ème Bureau du 4ème CATac à Lahr, en Allemagne.
    En octobre 1960, il part en opérations en Algérie et commande le PCA de Grande Kabylie, à Tizi-Ouzou.

    A son retour d’Algérie, en février 1962, il est affecté au commandement en second de la base d’Orange.

                             Gaël Taburet "Ciel de Gloire"

     

    * Décès de Gaël Taburet le dernier pilote du "Normandie-Niemen"

     Portrait du pilote Gaël Taburet du Normandie Niemen.
    © Mémorial Normandie-Niemen


    Le 28 février 1963, le colonel Taburet fait valoir ses droits à la retraite. 
    Rendu à la vie civile en mars 1963, Gaël Taburet devient directeur de l’action régionale à l’Institut de contrôle de gestion. Sa carrière professionnelle achevée, il se retire dans les Alpes-Maritimes.

    * Décès de Gaël Taburet le dernier pilote du "Normandie-Niemen"

    (Photo Ouest France )

    Commandeur de la Légion d’honneur, le colonel Taburet est également titulaire de la Croix de guerre 39-45, la Croix de guerre TOE, la Croix de la Valeur militaire, l’Ordre du Drapeau Rouge, l’Ordre de la Guerre pour le salut de la Patrie, l’Ordre de l’Etoile Rouge, la Médaille de la Victoire et la Médaille pour la prise de Königsberg. 

    Le 6 octobre 2015, Gaël Taburet a été décoré de la médaille commémorative des 70 ans de la victoire dans la Grande Guerre patriotique. Cette décoration lui a été remise par Son Excellence monsieur Alexandre Orlov, ambassadeur de la Fédération de Russie en France. A cette occasion était présente une délégation du Régiment de chasse 2/30 « Normandie-Niemen », basé à Mont-de-Marsan (Landes).

    * Décès de Gaël Taburet le dernier pilote du "Normandie-Niemen"

    En 2012, le régiment d’aviation « Normandie-Niemen » a eu 70 ans. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, l’escadron français qui a combattu aux côtés des pilotes soviétiques est devenu le symbole de l’amitié franco-russe.

    «Normandie-Niemen» : un passé oublié

     

    * Décès de Gaël Taburet le dernier pilote du "Normandie-Niemen"

     

    * Décès de Gaël Taburet le dernier pilote du "Normandie-Niemen"

    Gaël Taburet à son domicile en compagnie de Alexandre Orlov, ambassadeur de Russie en France, et d'une délégation de l'Escadron de chasse 2/30 Normandie-Niemen (2015) © Mémorial Normandie-Niemen


    Gaël Taburet qui a été le dernier pilote survivant de « Normandie-Niemen » est décédé le 10 février 2017, dans sa 98ème année.»

    Texte Yves Donjon


               Les obsèques de Gaël Taburet auront lieu  le mercredi 22                    février au crématorium de Cannes (Alpes-Maritimes)

    * Décès de Gaël Taburet le dernier pilote du "Normandie-Niemen"

     

     

    La Fondation – B.M. 24 – Obenheim présente à sa famille et à ses amis ses condoléances attristées.

     

    (Fondation B.M. 24 – Obenheim )

     


    votre commentaire
  • L'Ordre de la Libération, nous fait part du décès 

    d'ANDRÉ SALVAT
     le 9 février 2017 à l'âge de 96 ans

    Les funérailles ont eu lieu le mardi 14 février à 11 h en la cathédrale de Perpignan 1, rue de l'horloge (66000).

    * Décès d'André Salvat du 1er Bataillon d'Infanterie de Marine

    Retrouvez l'intégralité de l'allocution prononcée au nom du général de division (2s) Christian Baptiste, délégué national de l'Ordre de la Libération, lors des obsèques du Compagnon André Salvat

    Mon colonel André Salvat,
    Avec votre disparition, l’Ordre de la Libération perd un de ses derniers Compagnons. C’est le dernier carré des 1038 héros de la France libre et combattante qui s’amenuise. C’est, selon les mots du général de Gaulle cette « Chevalerie exceptionnelle créée au moment le plus grave de l'histoire de France » qui perd un de ses braves.
    Vous êtes Compagnon de la Libération, Grand officier de la Légion d’Honneur et croix de guerre 1939-45, cela pourrait amplement suffire pour caractériser un parcours d’exception au service de la France.
    Mais il convient pour votre famille, vos proches, vos amis et pour tous ceux présents en cette journée de deuil, de mettre en exergue quelques moments d’un magnifique parcours afin que chacun puisse méditer ou s’inspirer de votre exemple.
    Animé dès votre plus jeune âge par une puissante vocation militaire, vous n’avez jamais cessé de servir la France.
    Issu d’un milieu de commerçants, vous êtes enfant de troupe dans une École militaire préparatoire. Puis, naturellement, vous vous engagez dans l’armée.
    A votre sortie d’école, vous avez vingt ans et vous servez comme sergent au 24e Régiment d’infanterie Coloniale (24e RIC) à Tripoli au Liban.
    Alors qu’il vous devient évident que la Syrie va appliquer l’armistice, refusant la soumission, vous faites parti des rares, à tout de suite dire non à ce qui paraît alors au plus grand nombre comme inéluctable, c'est-à-dire la nuit de la défaite, de l’occupation et de l’instauration pour des décennies d’une domination du régime nazi sur une partie du monde.
    Vous choisissez donc dès le 27 juin 1940 de passer en Palestine à l’aide de faux ordres de mission. Votre objectif est clair : poursuivre immédiatement le combat aux côtés de l’allié britannique. Vous n’avez pas entendu l’appel du 18 juin du général de Gaulle mais votre décision va dans le sens de la volonté du chef de la France Libre et selon son expression célèbre de : « ramasser le tronçon du glaive ».
    Dès septembre 1940, vous combattez brillamment en Libye. Ce qui vous vaut d’être nommé Compagnon de la Libération parmi les tous premiers. Promu officier, vous êtes trois fois cité et trois fois blessé à Bir-Hakeim, en Italie puis en Provence.
    Colonel Salvat, en ayant participé pleinement à l’épopée de la 1ère Division française libre, avec ses 90 000 kilomètres parcourus de 1940 à 1945, en Afrique et en Europe, vous illustrez parfaitement la devise de l’Ordre de la Libération « Patriam servando, victoriam tulit » (En servant la Patrie, il a apporté la victoire).
    Vous poursuivez ensuite une carrière militaire particulièrement méritante qui vous a vu porter les armes de la France au Maroc, au Sénégal et au Congo Brazzaville avant de participer aux opérations en Indochine puis en Algérie, où vous serez de nouveau blessé et où votre ardeur au combat vous vaudront d’être de nouveau trois fois cités.
    En avril 1973, au terme d’une prestigieuse carrière au service de notre pays, vous faites valoir vos droits à la retraite et vous vous retirez à Perpignan, dans vos chers Pyrénées-Orientales qui vous ont vu naître.
    Toute votre vie aura donc été marquée par le fait d’avoir été distingué par le général de Gaulle qui, en vous reconnaissant comme un de ses touts premiers Compagnons, vous a incité tout au long de votre carrière à rester digne du jeune Salvat héros de la France libre. Mon colonel, vous étiez à Bir Hakeim et vous connaissez le message adressé au général Koenig, par le général de Gaulle à la suite de cette bataille : « Général Koenig, sachez et dites à vos troupes que toute la France vous regarde et que vous êtes son orgueil. »
    Vous étiez une parcelle de cet orgueil et c’est pourquoi l’Ordre de la Libération s’incline avec émotion et respect devant vous un des siens.
    Mon colonel, reposez tranquille, l’Ordre de la Libération, va s’attacher, dans les années à venir, à donner en exemple votre parcours ainsi que ceux de vos Compagnons pour montrer à nos jeunes compatriotes, qu’il est possible de choisir son destin plutôt que de le subir.

    Général de division (2S) Christian Baptiste
    Délégué national de l’Ordre de la Libération

     

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------


    Les honneurs au colonel Salvat. 
    Compagnon de la Libération

    PAYS CATALAN – L’INDEPENDANT – Mercredi 15 Février 2017

     

    Obsèques. Un hommage officiel a été rendu hier à ce militaire de carrière, enfant du pays catalan, décédé à l’âge de 96 ans au terme d’un parcours exemplaire de dévouement à la Nation

    * Décès du colonel André SALVAT , Compagnon de la Libération,  Ancien de Bir Hakeim (BIM)

    (Photo par HARRY RAY JORDAN)


    Un héros. André Salvat le disait. Si l’histoire venait le chercher, il obéirait par devoir. Et elle l’a rappelé une dernière fois à 96 ans pour lui rendre les honneurs militaires. Son cercueil, accompagné par ses proches, dont sa veuve, et Monseigneur Turini, a franchi hier le seuil de la cathédrales Saint-Jean à Perpignan, drapé des couleurs de la Nation, à l’épaule des parachutistes. Salué par une foule  d’autorités, une section du 3e RPIMa au garde-à-vous, des dizaines de porte-drapeaux, la sonnerie aux morts vibrant dans les clairons de la 11e brigade parachutistes de Toulouse et par la Marseillaise. Un hommage digne de ce Catalan à la carrière bardée de distinctions (Grand Officier de la Légion d’Honneur, crois de guerre 39-45, croix de guerre des théâtres d’opérations extérieurs, croix de la Valeur militaire …) Un résistant, parmi ces derniers compagnons de la Libération (ils sont désormais 13 en vie sur les 1.038 distingués), choisis par le général de Gaulle comme « héros » pour sa France. « Son parcours suscite à la fois notre admiration et notre respect, tant il fit preuve de courage, de bravoure, d’engagement, a rappelé Ségolène Neuville, secrétaire d’Etat. Il était de ces hommes dont l’honneur  et les actes glorieux ont permis à la France de demeurer fière et digne dans les heures les plus tragiques de son Histoire. Une référence pour tous les jeunes de ce pays, tout entier dévoué à la défense des intérêts de la Nation. Un exemple dont se rappellera l’Histoire tandis que le caveau n° 9, dans la crypte du Mémorial de la France combattante au Mont-Valérien, attend le derniers de ses Compagnons.

    Laure Moysset


    * Décès du colonel André SALVAT , Compagnon de la Libération,  Ancien de Bir Hakeim (BIM)

                                    

     (Photo par HARRY RAY JORDAN)


    1er Bataillon d'Infanterie de Marine

    Bataillon d'Infanterie de Marine et du Pacifique
    Bataillon du Pacifique

    * Décès d'André Salvat du 1er Bataillon d'Infanterie de Marine


    André Salvat était l'un des premiers Compagnons de la Libération (décret du 7 Mars 1941)
     

     

    * Décès d'André Salvat du 1er Bataillon d'Infanterie de Marine

    Photo : Musée de l'ordre de la Libération

    La Croix : Né le 16 mai 1920 à Prades, dans les Pyrénées-Orientales, le Compagnon de la Libération André Salvat est mort vendredi 10 février à Perpignan, à l’âge de 96 ans. Fils d’un grand mutilé de la Première Guerre mondiale et d’une mère épicière à Perpignan, il intègre une école militaire préparatoire et s’engage dans l’armée en mai 1938, à sa sortie de l’école.

    De la Palestine à El Alamein

    En juillet 1939, le sergent Salvat est affecté au 24e Régiment d’Infanterie coloniale basé dans la ville de Tripoli au Liban. Lorsqu’en juin 1940, le général Mittelhauser dépose les armes en Syrie, il refuse l’armistice et passe en Palestine, alors sous mandat britannique.

    Salvat participe ensuite à la première campagne de Libye contre les Italiens au cours de laquelle sa section fera plusieurs centaines de prisonniers.

    En 1942, il prend part, comme chef de section, à la seconde campagne de Libye et à la bataille de Bir-Hakeim où les troupes des Forces françaises libres du général Koenig affrontent les armées motorisées italiennes et allemandes du général Rommel.

    Il combat à El Alamein en octobre 1942, toujours contre les troupes de Rommel.

    La campagne d’Italie et la libération

    Promu lieutenant en décembre 1943, Salvat participe à la campagne d’Italie et se distingue en menant ses hommes à l’assaut.

    Le 17 août 1944, il débarque en Provence et se fait de nouveau remarquer par sa bravoure, notamment en résistant avec sa section à six contre-attaques ennemies.

    À la toute fin du conflit, il prend part à la Bataille d’Alsace et termine la guerre dans le massif de l’Authion, dans le sud des Alpes, en avril 1945.

    André Salvat poursuit après guerre sa carrière dans l’armée et participe notamment à la guerre d’Indochine puis à celle d’Algérie. En avril 1973, le colonel André Salvat fait valoir ses droits à la retraite et se retire à Perpignan.

    Il avait été l’un des premiers à être décoré de la Croix de la Libération. Après sa disparition, il ne reste plus que 13 compagnons sur les 1038 distingués. Parmi ces derniers survivants figure Daniel Cordier, secrétaire de Jean Moulin, en 1942-1943.

    Le parcours d'André Salvat Ordre de la Libération


    Communiqué de Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’Etat chargé des Anciens combattants et de la Mémoire

    Nous présentons nos plus sincères condoléances à sa famille

    *******************************************************

     

    "C'est une mémoire qui s'efface, une armée de courageux qui disparaît, qui prend congé sur la pointe des piedsFrance Inter

    * Décès d'André Salvat du 1er Bataillon d'Infanterie de Marine

    4 Compagnons de la Libération à Bir Hakeim

    Photo ainsi légendée par André Salvat :  "Au centre le capitaine Perraud , derrière moi le sous-lieutenant Favreau , regardant la carte le sous-lieutenant Bellec et moi, le bras tendu... Coll. André Salvat

    Il y a 70 ans, André Salvat déjouait les assauts ennemis à Bir Hakeim. Publié par l'Indépendant, en Juin 2012

    C’était il y a soixante-dix ans exactement.

    La peau tannée par le soleil libyen, la bouche asséchée par la poussière, un jeune homme de 22 ans dirige une section de soldats tahitiens, dans le fracas incessant des bombardements ennemis. Il ne le sait pas encore, ce jeune homme, mais il est en train de changer le cours de la guerre. Ce n’est pas sa première bataille, pourtant. Ce sera loin d’être sa dernière.

    Mais Bir Hakeim restera dans les livres comme la première victoire des forces françaises libres…

    Soixante-dix ans plus tard, les yeux d’André Salvat pétillent malicieusement lorsqu’on l’interroge sur son parcours de héros. " C’est plutôt casse-pieds ", s’amuse-t-il. Même si cette victoire, il en est fier, ce n’est pas la gloire qu’il était allé chercher en Libye.

    Né à Prades, fils de modestes commerçants, André Salvat s’est engagé très tôt avec les enfants de troupe. "Quand je suis parti, ma mère m’a dit : Tu n’es pas bien avec nous ?’J’étais très bien à Prades ! Mais j’avais cela en moi" .

    André Salvat poursuit son engagement à Perpignan, avant d’être affecté au Liban. "Lorsqu’on nous a annoncé l’armistice, en 1940, j’étais au 24eRégiment d’infanterie coloniale, à Tripoli. Et au moment de l’armistice, je me suis dit : ’ Un enfant de troupe doit se battre ! ’. L’appel du général De Gaulle ? Je n’en avais jamais entendu parler ! ".

    Avec de faux ordres de mission, André Salvat et une centaine d’hommes dirigés par le capitaine Folliot s’engagent donc dans la première campagne de Libye.

    Nous étions une bonne petite équipe, avec le lieutenant BARBEROT, ce marin qui avait refusé de rester sous les ordres de Pétain. Il avait la réputation d’un fou mais je vais vous dire : j’étais aussi fou que lui ! ".

    C’est à l’issue de cette première campagne qu’André Salvat, alors sous-officier sera parmi les premiers à être fait Compagnon de la Libération…

    Puis, en tant qu’aspirant sous-lieutenant, il est déployé à Bir Hakeim. Avec mes hommes, ces Tahitiens dont on n’a pas assez vanté le courage, on était enterrés dans des trous individuels, selon les conseils du général De Larminat. Quand on sortait pour faire des ’Jock column’ - incursions rapides de petites colonnes de véhicules dans les lignes ennemies, destinées à le destabiliser,- on n’oubliait pas de saluer Miss Travers, qui était le chauffeur du général Koenig, lequel nous demandait de ramener des prisonniers..."

    Derrière ce récit de camp scout se cache pourtant une toute autre réalité. André Salvat et sa section sont chargés de ’tenir’ l’une des trois entrées de Bir-Hakeim, dessinées au milieu d’un champ de 130 000 mines, sous les bombardements des troupes germano-italiennes de Rommel. Il y a parfois jusqu’à cent avions dans le ciel, lâchant leurs bombes de 500 kg sur les troupes françaises. Et il fait soif, grand soif dans le désert libyen. Tellement qu’à la fin, on buvait l’eau des réservoirs des véhicules ! Toute la brigade est passée par là ! Quand le siège a commencé, les Anglais nous ont dit : ’Tenez au moins 4 jours’. On a tenu 10 jours ..."

    Quand, finalement, le général Koenig décidé l’évacuation, c’est toute la 1e Brigade française libre qui passe par la chicane d’André Salvat. Quand j’ai vu que tous mes Tahitiens avaient pu partir, alors seulement, je suis parti à mon tour" 

    * Décès du colonel André SALVAT , Compagnon de la Libération,  Ancien de Bir Hakeim (BIM)

    Ill. Jean-Marie Saqcuet  - Tamari'i volontaires les Tahitiens dans la seconde guerre mondiale Jean-Christophe Shigetomi

    Son camarade John Martin, Tahitien du Bataillon du Pacifique témoignait : "Au petit matin nous étions arrivés chez les Anglais en compagnie de Tchadiens et de Légionnaires. Nous nous sommes retrouvés à 14 sur 47. André Salvat, notre chef de section a été blessé par éclats de balles". 

    ********************************************************************

    Durant la Campagne d'Italie, André Salvat  se distingue dans les combats autour de Girofano, les 11 et 12 mai 1944, en menant ses hommes à l'assaut. Il est blessé une seconde fois par balle, le 16 mai à San Giorgio mais refuse de se faire évacuer avant d'avoir totalement rempli sa mission. Il est cité à l'ordre de l'Armée.

     

    * Décès d'André Salvat du 1er Bataillon d'Infanterie de Marine

     

    Collection Madame Geneviève Favreau

    Après le Débarquement de Provence,lLe 21 août 1944, le Lieutenant André SALVAT, à la tête d'un groupe de 9 hommes du BIMP participait à l'époustouflant assaut  du Golf Hôtel de Hyères (dont la prise conditionnait la prise de Hyères et la poursuite vers la Libération de Toulon) :  ils firent  irruption au rez-de-chaussée de l'hôtel,  par la salle à manger vitrée (une verrière bleue...). 

    Retrouvez le récit  de "Villes et villages libres avec la 1ère DFL" 

    * Décès d'André Salvat du 1er Bataillon d'Infanterie de Marine

    Deux Compagnons en grande conversation à l'Ordre de la Libération (2004) : le colonel André Salvat et Jacques Roumeguère. Collection Florence Roumeguère

     


    7 commentaires

  • Le vendredi 3 février 2017 à 16 h  une grande page s'est tournée  avec tristesse dans 
    le  livre de la Fondation B.M.24 Obenheim

    * Décès de Jacob Ben Hamou - Ancien du B.M.24 et d'Obenheim

    Notre secrétaire général et membre cofondateur de la fondation s'est éteint suite à une grippe après une courte hospitalisation à l'hôpital Albert Chenevier de Créteil


    Les obsèques de Jacob Benhamou ont eu lieu le jeudi 9 février 2017 à 14h au cimetière Valmy
    102 avenue de la Porte de Charenton.  Charenton le Pont

    Il repose allée de l'Est, 7ème division, 9ème ligne,
    tombe n°10

    Benhamou (comme nous l’appelions tous à la Fondation) nous a quitté vendredi le 3 février 2017 dans sa 95ème année.

    Benhamou était cofondateur de la Fondation B.M.24 – Obenheim et son Secrétaire Général.  Il en a été un des principaux moteurs avec Salinas, Garson, Chavanon, Granier, Madame Pialet et bien d’autres.

     

    * Décès de Jacob Ben Hamou - Ancien du B.M.24 et d'Obenheim

    De gauche à droite,
    Jacques (Jacob) Benhamou, Sabin Salinas et Clairin

    Depuis 1982, il était présent à toutes les réunions et assemblées générales. C’est sous la houlette de Benhamou, Chavanon et surtout du Colonel  Granier que la Fondation a changé de route et a été remise à la mairie d’Obenheim en 1992, afin de perpétuer le souvenir des combats et l’Honneur aux Armes pour les compagnons morts pour la France et l’ultime défense de Strasbourg. Ceux - ci ont obéi à l’ordre de résistance sans esprit de recul en y laissant leur jeune vie et derrière eux une France LIBRE.

    Ces dernières années, les déplacements de Benhamou devenaient de plus en plus difficiles, et ce n’était que grâce  au fidèle soutien journalier de  Guido Guzmann qu’il pouvait encore venir à Obenheim, et assister à de nombreuses manifestations parisiennes.

    * Décès de Jacob Ben Hamou - Ancien du B.M.24 et d'Obenheim

    Benhamou à Obenheim en présence du fanion du B.M.24
    devant la Stèle du B.M. 24

    En dehors de son entourage familial, Guido a également été son soutien journalier, qu’il trouve ici nos plus sincères remerciements et notre grande gratitude. MERCI GUIDO.

    * Décès de Jacob Ben Hamou - Ancien du B.M.24 et d'Obenheim

    Lors de la remise de la légion d'honneur

    Jacques BENHAMOU fait Officier de la Légion d'Honneur

    * Décès de Jacob Ben Hamou - Ancien du B.M.24 et d'Obenheim

    la revue navale

     Visite du porte-avions "Charles de Gaulle"

    * Décès de Jacob Ben Hamou - Ancien du B.M.24 et d'Obenheim

    22 et 23 mai 2016 à Obenheim

    Deux journées pour le souvenir.

    Vécu de Jacob Benhamou extrait du livre
    "La bataille d'Obenheim" 



    * Décès de Jacob Ben Hamou - Ancien du B.M.24 et d'Obenheim

     

    la fondation B.M.24 adresse ses plus sincères condoléances à sa famille et adresse tous ses remerciements à Guido qui a été le plus précieux des compagnons de Jacob ces dernières années.

     

     (Fondation BM 24 Obenheim) 
    (Crédit photos Florence et Laura Roumeguère, 
    Blandine Bongrand Saint Hillier )


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique