• Nous apprenons le décès survenu le 20 avril 2017 à Boulogne (Hauts-de-Seine) d’Alain Gayet, l’un des derniers compagnons de la Libération, ancien de la 2è DB et grand-père de l'actrice Julie Gayet, à l'âge de 
     94 ans. 

     

    * Décès d'Alain Gayet - Compagnon de la Libération

    Alain Gayet 
    (Photo Ordre de la Libération)


    Né le 29 novembre 1922 à Paris de parents médecins physiologistes et chercheurs, il rejoint l’Angleterre dès juin 1940 à bord d’un chalutier. Il s’engage dans les Forces françaises libres le 1er juillet 1940, à l’âge de 17 ans, et il est affecté à la 1ère compagnie du Train. Il participe à l’expédition de Dakar fin septembre 1940 avant de suivre les cours d’élève officier à Brazzaville. En septembre 1941, il rejoint à Damas, comme chef de peloton d’automitrailleuses chez les spahis marocains. Il se distingue le 24 octobre 1942 au combat d’El Himeimat (El Alamein) en Egypte puis poursuit le combat en Libye et en Tunisie. Promu sous-lieutenant en juin 1943 à l’issue de la campagne d’Afrique, il est rattrapé par son âge et envoyé passer... le baccalauréat au Caire avant de retrouver les rangs du 1er régiment de marche de spahis marocains (1er RMSM) et la Division Leclerc au Maroc.

    Il débarque à Grandcamp en Normandie le 1er août 1944. Alain Gayet est engagé le 11 août en tête sur l’axe du groupement tactique Langlade (GTL) et participe aux combats en Normandie. Après la libération de Paris, il poursuit le combat dans les Vosges. « Le 21 novembre 1944, chargé avec son peloton d’auto mitrailleuses de reconnaître la route du carrefour Rethal au village d’Arzviller en Moselle, il tombe sur un groupe d’automoteurs ennemis embusqués dans le village de Guntzwiller. Malgré son infériorité d’armement, il engage le combat et détruit un des engins adverses. Puis, se trouvant dans une situation critique en raison de la supériorité de l’ennemi, il parvient avec sang-froid et habileté à regagner ses lignes en ramenant ses blessés et en réduisant ses pertes au minimum », raconte sa biographie officielle. En avril 1945, il est engagé sur le Front de l’Atlantique, dans la région de Royan et termine la guerre en Allemagne avec le grade de lieutenant, chevalier de la légion d’Honneur et titulaire de cinq citations. Démobilisé, il entreprend des études de médecine et devient chirurgien. Il a présidé l’amicale des Spahis de 1998 à 2009.

    * Décès d'Alain Gayet - Ancien de la 2e DB -  Compagnon de la Libération

    (Photo : Journal le Point)


    Lien vers l'article sur le site de "Zone Militaire
    "

     

    La Fondation B.M 24  Obenheim
    présente ses sincères condoléances à sa famille.

     

    * Décès d'Alain Gayet - Ancien de la 2e DB -  Compagnon de la Libération


    votre commentaire

  • Le testament du général De Gaulle 


    Document fourni par Mr Alain Camelin
    (Secrétaire de l'Association des Collectionneurs de Timbres
    de la Libération et de la Seconde guerre Mondiale (ACTL).


    * Trésor d'archives...le testament du général De Gaulle

     

    * Trésor d'archives...le testament du général De Gaulle

     


                    Le brouillon de "l'Appel du 18 juin"

    Document fourni par Mr Alain Camelin
    (Secrétaire de l'Association des Collectionneurs de Timbres
    de la Libération et de la Seconde guerre Mondiale (ACTL).

     

    * Trésor d'archives...le testament du général De Gaulle

     

    * Trésor d'archives...le testament du général De Gaulle

     

     

    (Fondation B.M.24 Obenheim)       

    * Trésor d'archives...le testament du général De Gaulle


    votre commentaire
  •  

    * Cérémonie aux invalides - "A l'occasion du 100e anniversaire de l'engagement de Marie-Pierre Koenig au 36e R.I"

    Marie-Pierre Koenig
    (1898-1970)
    Lien vers le site "Chemins de Mémoire"


    Le vendredi 7 avril 2017, "A l'occasion du 100e anniversaire de l'engagement de Marie-Pierre Koenig au 36e R.I." et des 75 ans de la bataille de Bir-Hakeim,  La fondation de la France Libre et le Gouverneur des Invalides ont dévoilé une plaque en mémoire du Maréchal Koenig en la cathédrale Saint-Louis des Invalides.

    * Cérémonie aux invalides - "A l'occasion du 100e anniversaire de l'engagement de Marie-Pierre Koenig au 36e R.I"

    Cette cérémonie a eu lieu en présence du représentant du Ministre J-Y Le Drian, du Président de la Fondation de la France Libre, du Gouverneur Militaire de Paris, du Gouverneur des Invalides, de Compagnons de la Libération, de représentant de la 1ère DFL, de légionnaires de la 13 DBLE et de nombreux porte drapeaux" 

     

    * Cérémonie aux invalides - "A l'occasion du 100e anniversaire de l'engagement de Marie-Pierre Koenig au 36e R.I"

    * Cérémonie aux invalides - "A l'occasion du 100e anniversaire de l'engagement de Marie-Pierre Koenig au 36e R.I"

    * Cérémonie aux invalides - "A l'occasion du 100e anniversaire de l'engagement de Marie-Pierre Koenig au 36e R.I"

    * Cérémonie aux invalides - "A l'occasion du 100e anniversaire de l'engagement de Marie-Pierre Koenig au 36e R.I"

    * Cérémonie aux invalides - "A l'occasion du 100e anniversaire de l'engagement de Marie-Pierre Koenig au 36e R.I"

    * Cérémonie aux invalides - "A l'occasion du 100e anniversaire de l'engagement de Marie-Pierre Koenig au 36e R.I"

     

    (Texte et reportage photos Michel KEMPF)


    votre commentaire
  • Olga Divo, 
    expulsée d’Alsace en 1940

    ancienne des Forces Françaises Libres
    membre du corps expéditionnaire d’Italie
    croix de guerre 39-45

    * Décès de Mme Olga Divo née Czeczorzinski - ancienne des forces francaises libres

    (Photo et texte DNA)

    Née le 2 mars 1923 à Dorlisheim, son père étant décédé avant sa naissance, elle a passé sa jeunesse à Sainte-Marie-aux-Mines auprès de son grand-père, pour revenir à Dorlisheim à l’âge de 13 ans.

    Elle a connu son futur époux, le capitaine François Divo, à l’État-major de Metz. Elle s’est mariée le 7 juin 1948 à Metz. Cette union a vu la naissance de deux filles, Élisabeth et Francine. Elle est l’heureuse grand-mère d’un petit-fils, Nicolas. En 1986, elle a eu la douleur de perdre son époux, qui a fini sa carrière avec le grade de colonel.

    Lors de ses 90 ans en 2013

    La municipalité n’avait pas manqué de l’honorer et de la féliciter en lui remettant un panier garni. Il en fut de même pour une délégation du comité de Molsheim du Souvenir français qui s’était rendue chez cette adhérente de longue date pour lui souhaiter un bon anniversaire. Olga Divo était bien connue pour son engagement dans le milieu militaire, à défendre les valeurs de la République : expulsée en 1940 à 17 ans en tant que francophile vers le Midi, elle a rejoint en 1943 en Afrique du Nord le corps féminin des Transmissions fondé par le général Merlin, d’où le surnom de ses engagées: les « merlinettes ». Elle a participé, avec le corps expéditionnaire français, à la campagne d’Italie, a débarqué en Provence et fut de l’épopée de la Première armée française jusqu’en Allemagne.

    Les funérailles de Mme Olga Divo auront lieu le jeudi 30 mars a 15h en l'église protestante de Dorlisheim (67120)

     

    La Fondation B.M. 24 Obenheim présente ses sincères condoléances à sa famille.

    * Décès de Mme Olga Divo née Czeczorzinski - ancienne des forces francaises libres

     


    votre commentaire
  • Par René COUZIGOU

    * Henri SAINT JALM (Cie de Sapeurs Mineurs), disparu dans le torpillage du Nino Bixio (17 Juillet 1942)

    Henri Saint Jalm - Crédit : René Couzigou

     

    "Henri SAINT JALM est né le 2 septembre 1922 à Belle-Isle-en Terre dans les Côtes d’Armor. Ses parents étaient artisans boulangers à Belle-Isle-en-Terre. Henri est Lycéen au collège municipal de Lannion, jusqu’à son départ avant ses 18 ans - année de son baccalauréat. Selon les informations familiales, il s’agissait d’un garçon sérieux et bon élève.

    A la fin du mois de juin 1940, les troupes allemandes envahissent la France et se dirigent vers Brest. Or, Belle-Isle-en-Terre se trouve sur l’axe routier Rennes Brest... Selon des informations recueillies, se trouvant sur le passage des troupes françaises qui refluaient vers Brest, et sur les conseils de certains militaires, Henri Saint Jalm se joint à eux. Les conditions de la traversée de la Manche ont été périlleuses et se terminèrent par le remorquage de leur bateau par un navire anglais.

    Le jour de son engagement dans les FFL à Londres en juillet 1940, Henri Saint-Jalm n’avait pas atteint ses 18 ans. Il est affecté en tant que 2ème classe à la 1ère Compagnie de Sapeurs-mineurs du Génie : modeste mais courageux. 

     

    La 1ère Compagnie de Sapeurs-mineurs du Génie entre 1940 et 1942

    * Henri SAINT JALM (Cie de Sapeurs Mineurs), disparu dans le torpillage du Nino Bixio (17 Juillet 1942)

     Henri Saint Jalm à droite - Crédit : René Couzigou

    * Henri SAINT JALM (Cie de Sapeurs Mineurs), disparu dans le torpillage du Nino Bixio (17 Juillet 1942)« Unique et belle photo connue de mon cousin Henri (à droite). L’expression naturelle - et je dirais heureuse de ces jeunes gens – se révèle angoissante quand on connait la suite »

     

    * Henri SAINT JALM (Cie de Sapeurs Mineurs), disparu dans le torpillage du Nino Bixio (17 Juillet 1942)

    * Henri SAINT JALM (Cie de Sapeurs Mineurs), disparu dans le torpillage du Nino Bixio (17 Juillet 1942)

    * Henri SAINT JALM (Cie de Sapeurs Mineurs), disparu dans le torpillage du Nino Bixio (17 Juillet 1942)

    Henri Saint Jalm participe avec la CSM à la Bataille de Bir Hakeim ; il  est fait prisonnier lors de la sortie de la position le 11 juin 1942.

    Le 17 Août 1942, les prisonniers de la Brigade Française Libre, environ 500, embarquent à bord du Nino Bixio en direction de l’Italie où ils sont conduits pour y être détenus. Mais suite au torpillage du Nino Bixio - par erreur, à 4h 33 de l'après-midi, par le sous-marin britannique HMS Turbulent dans les eaux au sud-ouest de la Grèce, à 12 miles au sud-ouest de Pylos, Henri Saint Jalm fait partie des 140 FFL Morts pour la France noyés dans cette tragédie. 

     

    * Henri SAINT JALM (Cie de Sapeurs Mineurs), disparu dans le torpillage du Nino Bixio (17 août 1942)Crédit yardyyardyyardy.blogspot.fr

    * Henri SAINT JALM (Cie de Sapeurs Mineurs), disparu dans le torpillage du Nino Bixio (17 août 1942)

    * Henri SAINT JALM (Cie de Sapeurs Mineurs), disparu dans le torpillage du Nino Bixio (17 août 1942)

    Certains des blessés furent envoyés sur des navires hôpitaux vers l'Italie. Les survivants furent envoyés vers un grand château à Pylos puis transportés au nord et enfin vers des camps italiens de prisonniers de guerre. 

    Je me suis rendu en septembre 2016 à Pylos où j’ai cherché des informations auprès de la Mairie qui m’a appris qu’une centaine de corps avait pu être ramenés à terre et inhumés dans le village.  Plus tard, les corps des disparus ont été réinhumés au cimetière  allié de Phaleron, à Athènes". 

     

    RENE COUZIGOU, cousin germain d’Henri Saint Jalm

    Lannion, novembre 2016

     

     * Henri SAINT JALM (Cie de Sapeurs Mineurs), disparu dans le torpillage du Nino Bixio (17 août 1942)

     Plaque commémorative apposée au cimetière de Tobrouk

    lors du 70e anniversaire de Bir Hakeim 

     

    En savoir plus : Récit du naufrage du Nino Bixio  par le compagnon de la Libération André VERRIER (1er RA)

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique