• * A paraître 2018 : Les Tahitiens dans les Guerres d'Indochine et de Corée

     

    * A paraître

    Préface

    Commandant Ivan Cadeau[1]


    [1] Officier et docteur en histoire, spécialiste des guerres d’Indochine et de Corée, auteur de Dien Bien Phu, la Guerre de Corée, la Guerre d’Indochine, de l’Indochine française aux adieux à Saigon 1940- 1956.

     

    Après deux premiers volumes consacrés à l’engagement des Tahitiens au cours des conflits mondiaux qu’a connus le XXe siècle, Jean-Christophe Shigetomi rend ici hommage aux Tamari’i qui se sont illustrés au sein du corps expéditionnaire français d’Extrême-Orient entre 1945 et 1954 et à ceux, moins nombreux, qui ont servi au sein du Bataillon français de l’ONU en Corée de 1950 à 1953. Avec rigueur et clarté, mêlant les ouvrages de référence aux archives de l’époque et enrichissant son texte de témoignages de vétérans, Jean-Christophe Shigetomi raconte le combat singulier de cette centaine d’hommes issus de ce que l’on nommait autrefois les Établissements français de l’Océanie. Les motivations de ces volontaires sont diverses : attrait pour l’aventure, attachement à la France, mais également goût du métier des armes et de la camaraderie militaire que certains ont découvert au cours de la Seconde Guerre mondiale. Au fil des pages, le lecteur découvre le parcours personnel de ces enfants de Tahiti, qu’ils soient parachutistes, fantassins, ou encore marins affectés aux unités fluviales qui patrouillent sur les fleuves et canaux du Vietnam. Les Tahitiens dans les guerres d’Indochine et de Corée est également l’occasion d’aborder certains aspects méconnus de ces conflits. Ainsi, à travers l’histoire de quelques fortes têtes, Jean-Christophe Shigetomi lève le voile sur les Sections spéciales, des formations disciplinaires qui œuvrent dans la partie sud du Vietnam - l’ancienne Cochinchine - à partir de 1947 et qui n’ont jusque-là jamais été développées.

    Les deux premiers opus de Jean-Christophe Shigetomi avaient pour objet de rappeler la participation et le rôle des Tahitiens lors des deux guerres mondiales. Le présent ouvrage, l’auteur le rappelle, se propose de retracer l’histoire méconnue des Tahitiens qui se sont illustrés sur les théâtres d’opérations de l’Indochine et de la Corée. Le nécessaire travail d’histoire, conduit avec succès par Jean-Christophe Shigetomi, il convient de le souligner, doit désormais servir de base à un devoir de mémoire, afin que les générations futures n’oublient pas. C’est pour elles autant que pour la vingtaine de soldats tahitiens qui sont tombés, là-bas, en Extrême-Orient, que Jean-Christophe Shigetomi a rédigé ce livre. Qu’il en soit remercié. 



    [1] Officier et docteur en histoire, spécialiste des guerres d’Indochine et de Corée, auteur de Dien Bien Phu, la Guerre de Corée, la Guerre d’Indochine, de l’Indochine française aux adieux à Saigon 1940- 1956.

     

     

    * A paraître

     Quatre générations du feu de Tamari’i Tahiti sont rassemblées. A droite, le drapeau est porté par Teremai a  Putoa, Poilu tahitien de l’Armée d’Orient et Volontaire du Bataillon du Pacifique, Abel Teore et Paul Moe anciens Tamari’i Volontaires sont derrière Charles Aromaiterai, Salmon en treillis, parachutiste grièvement blessé en Algérie et à sa droite Jules Tatarata, ancien soldat du Corps expéditionnaire français d’Extrême Orient.

     

    Lorsque les Tamari’i Volontaires retrouvent leur terre tahitienne, ils sont accueillis par les soldats de la compagnie autonome d’infanterie coloniale de Tahiti (C.A.I.C.T) du second corps expéditionnaire tahitien qui n’est pas parti et qui leur rendent les honneurs.

    Beaucoup de ces soldats du second contingent sont donc amers d’avoir été privés des titres de gloire que porte le fanion du glorieux Bataillon du Pacifique : des campagnes de Libye, de Tripolitaine, de Tunisie à l’Italie, la Provence et Belfort. La seconde guerre mondiale s’estompe que d’autres conflits en Afrique et en Asie du sud-est se profilent déjà. La crise indochinoise va donc offrir à certains de ces anciens Français libres, l’opportunité de se porter volontaires à nouveau pour le métier des armes. Ils feront partie du corps expéditionnaire français en Extrême Orient, volontaires ou désignés pour servir en Indo-Chine et en Corée où ils retrouveront quelques soldats du Bataillon du Pacifique qui ont directement rempilés de France.

    Or, aujourd’hui, les engagements de ces Tamari’i Tahiti restent totalement absents de la mémoire collective polynésienne. Pire, ils sont occultés ou délibérément oubliés au motif que la sale Guerre d’Indochine a été une guerre coloniale avec le constat amer d’une guerre pour rien, un soubresaut d’Empire engagé dans une guerre inéluctablement perdue d’avance. Cette guerre d’Indochine fut effectivement une sale guerre particulièrement cruelle quelques soient les camps. Avec Poilus tahitiens et Tamari’i Volontaires, les épopées des soldats tahitiens de la Guerre d’Indochine toutes autant faites de courage, de sacrifices et de souffrances méritaient aussi d’être racontées. Si, ce livre n’a pas l’ambition de raconter la guerre d’Indochine et de Corée, qui débute avec le coup de force japonais du 9 mars 1945 pour se conclure avec la guerre américaine du Vietnam, il en dresse une chronologie particulièrement fidèle et ouvre certains pans inédits.

     

    Charles Aromaiterai, Ariivaihoa Salmon, fils de Mairai, Tearii, charles, James (usuel) dit Rico né à Tikehau le 10 février 1899, décédé le 10 mai 1941 à Makatea et d’Ohimata née Reid. Charles Salmon est né à Papeete le 26 septembre 1933. Parachutiste il est grièvement blessé par balle à la tête dans une opération en haute Kabylie après avoir mis hors de combat onze rebelles. Il est décédé le 5 août 1961.

     

     

    Contact :

    jctevshige@yahoo.fr

    https://www.facebook.com/lestahitiensdanslaguerredindochine/

     


  • Commentaires

    1
    durand
    Mardi 10 Avril à 09:06

    Honneur et respect,Merci pour le temoignage!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :