• * 29 juin 2016 - la "13", de retour chez elle au Larzac"

    13ème DBLE, l'ordre du jour du général Bosser,
    chef d'état-major de l'armée de terre (extraits)

     

    Officiers, sous-officiers,  caporaux-chefs, caporaux, clairons et légionnaires  de la 13ème demi-brigade de Légion étrangère,  

    ...Le 29 juin 2016 restera à jamais dans vos mémoires comme la date de votre installation sur un plateau que vos anciens ont bien connu, pour y avoir séjourné temporairement en 1940, alors qu’ils s’apprêtaient à partir combattre l’Allemagne nazie à Narvik et à remporter la bataille qui rentrera dans l’histoire comme « la seule victoire française de 1939-1940 ». 76 ans plus tard, ce retour sur le sol national symbolise à nouveau l’esprit de résistance contre les menaces qui pèsent aujourd’hui sur notre pays comme sur sa population.
    Nomade par excellence, créée en Afrique du Nord pour combattre en Finlande, la 13 est plus habituée « à la brousse du Tonkin qu’à la caserne du biffin ». Tournant la page du stationnement à l’étranger, elle renforce cependant aujourd’hui sa vocation originelle, celle d’une unité combattante.
    (...) Vous intégrez ainsi la brigade des coups durs et du caractère trempé, celle qui conjugue dans un syncrétisme vertueux la force tranquille légionnaire, la vitalité coloniale et le panache spahis. Vous avez toute votre place au-milieu de ces fortes têtes. Votre soif d’en découdre et la fougue de votre jeunesse vous permettront, je le sais, de vous imposer rapidement. A la manière de vos anciens qui débarquèrent jadis à Narvik, à Port-Soudan, à Cavalaire et à Saïgon, vous devenez également, par cette nouvelle paternité, le septième régiment amphibie de la façade méditerranéenne. 
    « More Majorum » … Quelle charge pour vous tous et notamment pour le lieutenant-colonel Percie du Sert dont le nom s’inscrira dans quelques instants à la suite de la prestigieuse cohorte des caïds de la 13, dont pas moins de seize représentants sont parmi nous aujourd’hui. Mon colonel, le drapeau qui va vous être confié a vu trois chefs de corps tomber au champ d’honneur : les lieutenants-colonels Amilakvari, Brunet de Sairigné et Gaucher … Je sais que vous aurez leur souvenir en tête lorsque, à l’avenir, vous saluerez ce drapeau. Je sais également que vous saurez vous montrer digne d’eux.
    Si la « phalange magnifique » fut pendant de longues années le point de convergence de tous les régiments Légion qui venaient s’aguerrir « sous le soleil brûlant d’Afrique », elle remonte aujourd’hui en puissance à la confluence des efforts et des sacrifices de ces mêmes unités qui ont œuvré dans le sens de l’intérêt général et pour le succès de la grenade à sept flammes. Ce qu’a fait la Légion Etrangère, ici, au cœur des Grands Causses, en une année, peu de troupes au monde auraient pu le faire. Créer un régiment sur un si bref préavis : quel défi pour une armée de Terre qui était devenue coutumière de la dissolution de ses unités...


    Larzac, 29 juin 2016

     

    *  29 juin 2016 - la "13", de retour chez elle au Larzac"

    Le drapeau de la 13e Demi-brigade de Légion étrangère

    (Lien vers le site de la 13e demi-brigade de Légion étrangère)


    La 13 chez elle !

    Entouré par sa garde en provenance des Emirats arabes unis (EAU), la drapeau de la 13ème Demi-brigade de la Légion étrangère a été transmis, cet après-midi, par le général Bosser, chef d'état-major de l'armée de terre à sa nouvelle garde au camp du Larzac (Aveyron).

    (Crédit photos : S.RAFFIN(c)armee de Terre)

    *  29 juin 2016 - la "13", de retour chez elle au Larzac"


    La nouvelle 13e DBLE est maintenant commandée par le lieutenant-colonel Percie du Sert (voir post du 26 juin). Composée, pour l'heure, d’une demi-compagnie de commandement et de logistique et de deux compagnies de combat, elle atteindra 1200 légionnaires en 2018. La13 sera opérationnelle dès le mois d’aout prochain pour apporter son soutien à la force opérationnelle terrestre (FOT).

     

    *  29 juin 2016 - la "13", de retour chez elle au Larzac"

     


    Comme le précise la Légion," l’histoire de la 13e DBLE est celle d’une unité atypique et itinérante : création de circonstance en 1940, première formation de la France libre, engagée dans tous les conflits de 1940 à 1962, elle a attendu vingt ans avant de disposer d’une garnison… et perdu trois chefs de corps au combat dans le même temps ! Elle s’installe en 1962 sur ce qui deviendra la République de Djibouti. 49 ans plus tard, elle rejoint les EAU. Le 29 juin 2016 elle prend ses quartiers sur le camp du Larzac". Camp où la 13e DBLE avait passé quelques semaines d’entrainement en 1940, avant de partir en Norvège.

     

    *  29 juin 2016 - la "13", de retour chez elle au Larzac"

     

    dimanche 26 juin 2016

     

    Guillaume Percie du Sert,
    le chef de corps rugbyman de la 13

     

    "J'attends le coup de sifflet libérateur du début de match". Guillaume Percie du Sert utilise la métaphore sportive pour évoquer cette journée du 29 juin 2016. Au cours de laquelle, il recevra, sur le Larzac, le drapeau d'une 13ème Demi-brigade de la Légion étrangère en plein renouveau. Une journée peu ordinaire attend, en effet, cet ancien des 3ème et 2ème REI et du 4ème RE. Le chef d'état-major de l'armée de terre, le commandant de la 6ème brigade légère blindée, le général commandant la Légion étrangère, beaucoup de chefs de corps ayant dirigé la 13 et d'invités, seront présents dans le sud-Aveyron, mercredi. "J'espère être à la hauteur et au niveau" répond le lieutenant-colonel. "Aucune inquiétude à avoir, il sera un efficace patron" précise un officier qui l'a côtoyé en Guyane.

    *  29 juin 2016 - la "13", de retour chez elle au Larzac"

    Paris,18 juin 2016,
    Ordre de la Libération 
    (HW)

     

    Depuis novembre dernier, date à laquelle il a été informé que le CEMAT avait fait son choix, Guillaume Percie du Sert, sait ce que l'on attend de lui. Faire de la 13 une unité opérationnelle projetable immédiatement. Il rajoute "dans l'obéissance, la discipline mais aussi l'adaptation et l'esprit d'initiative assumé des hommes". Le travail ne manquera pas, chacun sait que la destinée du régiment est d'être engagé partout où cela est nécessaire. "Selon un chant de la Légion, on nous donne des vieux bâtiments, on les retape et on fout le camp..."
    Dans cette famille de lieutenants-colonels (deux de ses frères le sont dans la gendarmerie), il est le rugbyman. "Un sport militaire par excellence qui permet la confrontation des idées". Commandant la DBLE, ce quadragénaire aura certainement à coeur de communiquer le fighting spirit de l'Ovalie à ses hommes.

     

    Publié par Ainsi va le monde !

    par Henri Weill


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :