• De la part de Jean-Yves LEBOT  LIEN

     

    * Interventions de Alexis LE GALL (BM 5, DFL) à Paris


    votre commentaire
  • La Délégation du souvenir des Marins de la France Libre s'est rendue au cimetière de Brookwood (non  loin de Londres)  le 13 septembre dernier pour rendre hommage aux membres des FNFL qui y reposent.

     

    * Cheminements...du carré français du cimetière de Brookwood (GB) à la Hollande

    277 Français Libres sont inhumés dans ce carré français, dont de nombreux aviateurs FAFL et soldats Français Libres aux côtés des marins.

    Le cheminement parmi les tombes de ces FFL oubliés a inspiré ce beau texte à Jacques OMNES...

    * Cheminements...du carré français du cimetière de Brookwood (GB) à la Hollande

     

    * Cheminements...du carré français du cimetière de Brookwood (GB) à la Hollande

    Nos ombres portées devant la tombe du pilote Marcel Le Bivic, tué à l'âge de 22 ans.

    * Cheminements...du carré français du cimetière de Brookwood (GB) à Verkoven (Pays-Bas)

    Marcel Le Bivic

     

    Aux Pays-Bas, ce sont des néerlandais qui font vivre la mémoire d'un très jeune pilote de la RAF, oublié de tous : Régis DELEUZE.

     

    * Cheminements...du carré français du cimetière de Brookwood (GB) à la Hollande

    Voici son histoire : 

    "(Né au Caire en Egypte) alors qu'il est étudiant, Régis DELEUZE  se rend à Saint-Jean-de-Luz et réussit à embarquer pour la Grande-Bretagne le 23 juin 1940. Arrivé à Londres, il est jugé «bien trop jeune» par le recrutement des FAFL mais parvient à s'engager dans la RAF (RAF Volunteer Reserve n° 135504) le 6 novembre 1940. Il commence sa formation de pilote au Canada, est breveté pilote en décembre 1942 puis nommé Pilot Officer, grade égal à celui de sous-lieutenant.

    Après avoir achevé son entraînement en Operational Training Unit, il est promu Flight Lieutenant et rejoint le Squadron 501 County of Gloucester Squadron, le 4 juin 1943. Il y vole sur Spif're V, en compagnie de pilotes Forces aériennes françaises libres (FAFL) : Delange, Fuchs et Vaissier. En août 1944, le Squadron 501 est transformé sur Hawker Tempest Mk V et, demeurant en Angleterre, est affecté à la chasse aux bombes volantes V1 au sein de l'Air Defence of Great Britain. Régis DELEUZE  se distingue alors en abattant huit Vl (dont sept de nuit), entre le 7 août et le 18 décembre 1944.

    Le 22 février 1945, il est affecté au Squadron 274 (122 Wing), volant sur Tempest depuis la Hollande. Trois jours après être arrivé au Squadron, qui opère depuis Volkel aux Pays-Bas, le Flight Lieutenant DELEUZE  (Tempest Mk V EJ775 / JJ - A) est abattu par la Flak à Werkhoven près de Bunnik, aux Pays-Bas."

    Il avait 24 ans.

    Son camarade FAFL Jean VAISSIER interviendra activement en 1946,pour faire admettre Régis DELEUZE dans l'armée française et le faire décorer, également ,à titre posthume. Dans une longue lettre adressée au général Corniglion-Molinier, président de la Commission FAFL, il évoquait ainsi son jeune frère d'armes: « Il fut toujours un exemple pour nos camarades Anglais. Je n'ai jamais vu son magnifique esprit combatif se ralentir, bien qu'il ait subi de sérieux 'coups durs'. Volontaire pour les missions dangereuses, il était en plus toujours à la recherche d'une occasion, d'un camarade à remplacer, d'une mission à 'resquiller".

    * Cheminements...du carré français du cimetière de Brookwood (GB) à la Hollande

    Il est remarquable que ce soient les néerlandais qui honorent aujourd'hui sa mémoire :

    Site internet Lien

    Page Facebook Lien

    (Un petit message de remerciements de votre part serait le bienvenu)

    J'ai pu prendre connaissance de ces informations sur Regis Deleuze sur le Groupe Facebook RAF Free French Lien

    FR


    1 commentaire
  • Actualisé le 26 septembre 2017

    La cérémonie et l'allocution du Président de la République aux Invalides ont rendu un hommage magnifique à Fred Moore, portant  l'écho d'un message d'Espoir adressé à  nos jeunes générations, en un temps présent si troublé.

    "L'Ordre de la Libération est une boussole de citoyenneté " a exprimé le général BAPTISTE en rendant hommage dans le journal Le Point, au colonel Fred Moore.

    Nous regrettons de n'avoir pu trouver le moyen de partager ici la vidéo de l'Elysée réalisée lors des obsèques du Colonel Fred MOORE, Compagnon de la Libération.

    Nous vous proposons de visionner l'Allocution du Président de la République sur le site de l'Elysée LIEN

    La retransmission intégrale de la cérémonie est quant à elle disponible sur le Groupe Facebook Odyssée France Libre du Havre LIEN

    L'ordre de la Libération a diffusé le 26 Septembre 2017 une édition spéciale de sa Lettre d'information que vous pouvez consulter ICI

     

    *****************************************************

    Quelques photos de la cérémonie, partagées sur la page Facebook de l'Ordre de la Libération : 

    * 22 septembre - Cérémonie des obsèques du Colonel MOORE aux Invalides

    * 22 septembre - Cérémonie des obsèques du Colonel MOORE aux Invalides

    * 22 septembre - Cérémonie des obsèques du Colonel MOORE aux Invalides

    * 22 septembre - Cérémonie des obsèques du Colonel MOORE aux Invalides

     

    Le Président salue Yves DE DARUVAR, Compagnon de la Libération présent

     

    * 22 septembre - Cérémonie des obsèques du Colonel MOORE aux Invalides

    Il salue également Hubert GERMAIN, compagnon de la Libération

     

     

    * 22 septembre - Cérémonie des obsèques du Colonel MOORE aux Invalides

     

     

    * 22 septembre - Cérémonie des obsèques du Colonel MOORE aux Invalides

    * 22 septembre - Cérémonie des obsèques du Colonel MOORE aux Invalides

    Il est regrettable que l'hommage de la Nation à ce Français d'exception, n'ait pas été,  semble-t-il,  proposé par les chaines de télévision à TOUS les Français.

    C'est encore un rendez-vous manqué dans la transmission de l'Histoire de la France , et de cette  foi en l'homme portée par les valeurs de l'Ordre de la Libération et de la France Libre qui furent admirablement incarnées par le colonel Fred Moore.

     

     **************************************************************************

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    * Impressions au retour du voyage mémoire en Grande Bretagne sur les traces des Marins FNFL

     

    15 septembre 2017 - Au Royal Naval College de Dartmouth

    Les quarante participants du voyage mémoire sur les traces des Forces Navales Françaises Libres en Ecosse et en Angleterre ont atterri à Roissy tôt hier matin... A notre départ, nombre d’entre nous ne s’étaient jamais rencontrés ; ni ne connaissaient les lieux que nous allions visiter, sinon à travers les souvenirs de leurs parents et les récits qu’ils avaient pu en lire. Leurs histoires singulières se sont croisées, partagées, au sein de ce groupe animé d’un formidable sentiment d’union fraternelle, écho de celui que les Free French éprouvèrent lorsqu’ils se sont retrouvés en Angleterre. 

    Nous sommes rentrés plein d’admiration et de gratitude envers Michel BOUCHI-LAMONTAGNE qui durant des mois a conçu ce voyage extraordinaire, par la place centrale qu’il a dédié à l’Humain, mais aussi par la somme de contacts qu’il a dû organiser et la préparation des cérémonies de nos 7 journées trépidantes, de l’Ecosse à l’Angleterre….  Sur place, Michel nous a accompagnés tout du long avec gentillesse, élégance et simplicité, aidé par son ami Jérôme de Bigault de Cazanove.  Félicitations Maestro ! 

    Chaque étape de ce voyage initiatique a concentré une somme d’informations, de rencontres, de visions, et surtout d’émotions, qu’il est bien difficile de « raconter ». Les longues heures de déplacement en car donnaient lieu à la distribution de fascicules historiques sur les sous-marins, corvettes, chasseurs, MTB et Fusiliers Marins… ainsi qu’aux interventions de membres du groupe… Les voix de chacun se sont ainsi associées pour faire revivre l’épopée des FNFL…  

    De retour, la délégation du souvenir des Marins de la France Libre aura la lourde autant qu’exaltante mission d’effectuer le compte-rendu complet de ce pèlerinage, mais, vous l’imaginez, pas avant quelque temps !

    Aujourd’hui je voudrais juste vous distiller quelque ressentis parmi les plus forts partagés par nous tous : la Grande-Bretagne est un pays fier de son histoire et de ses traditions, mais il est surtout reconnaissant envers ses ainés, et leurs alliés qui ont défendu le pays aux pires moments de son histoire. La mémoire est ainsi de manière naturelle inscrite et visible dans le paysage, à travers les innombrables poppies, plaques individuelles, et petites croix disposées sur les lieux par les citoyens britanniques. 

    Partout nous avons été accueillis avec attention, chaleur et respect. Que ce soit de manière officielle au Royal Naval College de Dartmouth, ou bien à Kingswear par la Maire de la Ville, ou de manière amicale par nos amis de la France Libre en Angleterre. A certaines de nos cérémonies d’hommage, des britanniques comme des touristes, assistaient à l’écart avec discrétion, et certains étaient émus de nous entendre chanter La Marseillaise... Nous nous sommes ainsi sentis entourés de cette attention bienveillante dont témoignèrent bien des Free French  après la guerre. 

    Nous savons également que nous ne devons pas au « hasard » certains signes qui accompagnaient nos pas : l’éclatant rayon de soleil qui nous accueillait à chacun de nos temps de cérémonies, nos ombres portées dévoilant les noms sur les tombes du cimetière de Brookwood, les arcs en ciel de Spean Bridge et de Cowes… nos rencontres inattendues avec des Britanniques qui avaient quelque chose à nous apprendre, à nous révéler... et, la découverte le dernier soir, juste  en face de notre hôtel à Portsmouth, d’une certaine plaque commémorative liée à l’histoire du Commandant Kieffer …. Purs moments de grâce...

    Pour reprendre une citation de Paul Eluard dite par Marie-France Baffert, « il n’y a pas de hasards, il n’y a que des rendez-vous »…

    Lus par son fils Yann, la lecture de poèmes du FNFL Georges  Lapicque ou de  textes inspirés par notre voyage, ont imprimé à notre pèlerinage une forte communion spirituelle, avec nos parents et entre nous…  

    Ce voyage de la délégation des Marins de la France Libre qui incarne la renaissance de la mémoire des FNFL, s’inscrit dans la poursuite des actions de la Fondation de la France Libre. De nombreux contacts ont été pris au cours du voyage, de nombreuses pistes d’actions ont été recensées… 

    Au moment de nous quitter, nous apprenions avec tristesse la disparition du Colonel  Fred Moore… dernier chancelier de l’Ordre de la Libération, témoin et acteur infatigable de la mémoire de tous les compagnons du Général de Gaulle et de tous les Français Libres. Le connaissant, il aurait apprécié et été heureux de connaitre la réussite de notre grand voyage et l'esprit dans lequel il a été accompli.

    Notre délégation France Libre du Havre  restituera aux membres du Groupe « Odyssée du Havre » un aperçu de chaque étape, le temps de recevoir les photographies des autres participants, et le temps de redescendre doucement de nos émotions,  car notre esprit et notre cœur sont encore et pour un long moment, restés en Angleterre…..

    Le Havre, Florence Roumeguère  et Michel Pérot

    *****************************************************************************

    * Impressions au retour du voyage mémoire en Grande Bretagne sur les traces des Marins FNFL

     


    votre commentaire
  • L'Ordre de la Libération communique sur sa page Facebook 

    "Voici le visage de Jean-Marie Souberbielle !
    Notre campagne de recherches de photos pour les Compagnons dont nous n'avons aucune image commence à porter ses fruits.... Merci à celles et ceux qui ont relayé cette recherche qui a permis au petit-neveu de Jean-Marie Souberbielle de nous faire parvenir le portrait de son grand-oncle, mort au combat à El Alamein. La quête se poursuit. Il reste désormais 19 Compagnons "sans visage"..."

    * Vive émotion : le visage de Jean-Marie Souberbielle

    Crédit photo : Ordre de la Libération

    Jean-Marie SOUBERBIELLE est l'un des 5 Compagnons du Gers qui ont été honorés le 20 août 2017 (cf article)

    Jean-Marie SOUBERBIELLE

    13ème Demi Brigade de Légion Etrangère


    Jean-Marie Souberbielle est né le 15 août 1899 à Nogaro dans le Gers.

    Il suit des études secondaires au lycée de Tarbes avant de s'engager en mars 1917, au 1er Régiment de Cuirassiers.

    Il prend part aux batailles de 1918 et est démobilisé comme maréchal des logis en mars 1920.

    Décidant de ne pas reprendre ses études, il demande au ministre des Colonies son admission dans le cadre des services civils. Nommé commis de 3e classe, il s'embarque en novembre 1920 pour l'AEF.

    Pendant 20 ans, il sert en brousse comme agent spécial, adjoint, puis chef de subdivision, en Oubangui, au Gabon et au Tchad.

    A la veille de la guerre, ses dernières notes civiles lui sont données par le Gouverneur Éboué : "fait preuve d'initiative, d'activité et de dévouement. Réussit parfaitement dans la délicate subdivision du Congo, cote 20/20."

    Jean-Marie Souberbielle rallie sans hésiter la France Libre derrière le Gouverneur Éboué le 26 août 1940.

    Voulant à tout prix combattre, il se rend en Egypte en juillet 1941 avec sa voiture personnelle et s'engage, comme sous-lieutenant, le 13 août suivant. D'abord affecté à Abou-Kamal sur les rives de l'Euphrate, où il est chargé de tâches administratives, il rejoint ensuite le 2e Bataillon de la 13e Demi-brigade de Légion étrangère (13e DBLE) en septembre 1942 dans la compagnie du capitaine Messmer.

    Le sous-lieutenant Jean-Marie Souberbielle est tué par une grenade dans la nuit du 23 au 24 octobre 1942 pendant l'assaut de Nag Rala à l'Himeimat (El Alamein) en Egypte. Il a été inhumé à El Alamein.

    • Chevalier de la Légion d'Honneur
    • Compagnon de la Libération - décret du 11 mai 1943
    • Croix de Guerre 39/45

    • Médaille Coloniale  

    Photo de sa tombe près de celle de Dimitri Amilakvari,  publiée sur le site françaislibres.net :

    * Vive émotion : le visage retrouvé de Jean-Marie SOUBERBIELLE (Compagnon de la Libération)

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique