•  

     

    Le 1er Régiment de Fusiliers Marins vient de perdre le 2 mars l’un de ses grands Anciens, François GUYETAND, âgé de 98 ans, engagé dans la 1ere DFL en Tunisie en 1943 .

    Jusqu’en 2019, il marquait de sa présence fidèle les cérémonies du Débarquement de Provence, avec La Délégation de la France Libre du Var et celle de la 1ère DFL.

    Sous le coup de cette triste nouvelle, nous revoyons  ce Monsieur si charmant et ses camarades, à bord du Charles de Gaulle, lors du magnifique 70e anniversaire 2014 du Débarquement.

    Nous partageons  aussi des photographies plus récentes de notre ami Michel Magnaldi, de la Délégation varoise.

    Toutes nos condoléances et nos pensées vont vers la famille de François Guyetand et la grande famille de la DFL. Merci Monsieur Guyetand.

     

     

    François GUYETAND à droite


    votre commentaire
  •  

    Nous remercions Eric MINOCCHI qui a réalisé cette exposition pour la Délégation de la France Libre de Nouvelle-Calédonie

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • * Bon Anniversaire demain 21 décembre à Paul Leterrier qui fêtera ses cent ans !

    Paul Leterrier et son épouse Marie-Anne, Cherboug le 13 décembre 2021

    (crédit photo : Jean-Paul Barbier)

     

          La Fondation Obenheim - BM 24 et la Délégation de la Fondation de la France Libre du Havre souhaitent un très bon Anniversaire à Paul Leterrier.

    Si vous le souhaitez, vous pouvez déposer un petit message sur son Livre d'Or (Français Libres.net


    votre commentaire
  • Deux panneaux raconteront l’épopée de la 1ère division française libre 

    Le 19 novembre 1944, les soldats de la 1re DFL sont entrés dans Champagney.

    À la mémoire des libérateurs, deux panneaux retraçant le parcours de cette unité seront inaugurés le 14 novembre prochain.

     

    Le 19 novembre 1944, dans la matinée, les fantassins de la 1re DFL entrent à Champagney. Ici entre la pharmacie et la boulangerie.  Photo DR

    Les deux panneaux qui relatent le parcours de la 1ère DFL à Champagney seront inaugurés dimanche 14 novembre, à 11 h 30, au centre de la commune. 

    Un panneau à caractère national retrace toute l’épopée de la division et un second, à caractère local, raconte la libération de Champagney.

    Déjà à Nod-sur-Seine et à La Croix-Valmer

    Deux panneaux de ce type ont déjà été inaugurés en France : l’un en 2018 à Nod-sur-Seine, en Côte-d’Or, lieu de la jonction entre 1re DFL et 2e division blindée en septembre 1944, et l’autre en août 2020 à La Croix-Valmer, lieu du débarquement en Provence de la 1re DFL le 16 août 1944.

    La commune de Champagney sera à son tour à l’honneur en novembre.

    La mort du général Brosset

    Le projet est mené depuis plusieurs mois par Marie-Hélène Chatel, déléguée mémoire de la 1re DFL, et Olivier Cardot, le délégué départemental de la Fondation de la France libre avec le soutien de la municipalité et de Marie-Claire Faivre, maire.

    Champagney est sur le parcours de la DFL qui a libéré la commune le 19 novembre 1944. Lors des combats, son chef, le général Diego Brosset, est mort tragiquement le 20 novembre 1944.

    Monument d’Eboulet

    Sur le territoire champagnerot se trouve également le monument d’Eboulet qui rend hommage au 22e bataillon de marche nord-africain, le seul en France dédié à cette unité de la 1re DFL.

     L'EST REPUBLICAIN Lien

    Remerciements à Laurent Laloup, Facebook Forces Françaises Libres Lien

    -------------

    Retrouver le récit de La Libération de Champagney ICI

     


    votre commentaire
  •  

    Décès de Maurice Paulhies, Français Libre, Grand Ancien du BM 4

     
    Ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants vous font part du décès de
    Monsieur
    Maurice PAULHIES
    Français Libre
    Chevalier de la Légion d'honneur
    survenu le 11 septembre 2021, à l'âge de 98 ans.
    Suivant ses dernières volontés, Maurice a été crématisé dans la plus stricte intimité familiale le jeudi 16 septembre 2021, à Albi.

    La Fondation BM 24 présente toutes ses condoléances à la famille de Maurice Paulhies

     -----------------------------------

    Maurice Paulhies porte le drapeau du BM 4, le 9 Mai 1945 à Cannes

     

              A Carmaux où il habite, le jeune Maurice Paulhies et quelques-uns de ses camarades provoquent les autorités en peignant des slogans gaullistes ou en perturbant des cérémonies officielles. Ces adolescents ne se rendent pas compte du danger, un des leurs sera déporté pour de tels faits et décédera à Buchenwald. Envoyé au lycée de Tunis pour poursuivre sa formation d’élève-maître, il se fait remarquer par son refus d’entrer dans les organisations de jeunesse pétainistes. En novembre 42, on annonce le débarquement des Américains mais ce sont les Allemands qui arrivent à Tunis, Maurice Paulhies  rejoint alors Béjà à l’ouest de Tunis en même temps que les premiers parachutistes anglais et part à la recherche des Gaullistes.. Mais c’est dans l’armée française obéissant au général Giraud qu’il est mobilisé. Il déserte pour s’engager dans l’armée des Français libres qu’il rejoint à 20 ans, fin mai 1943. Entraînement en Tripolitaine, puis la 1ère DFL est engagée à Monte Cassino où elle force le passage au prix de lourdes pertes . Epuisé par une jaunisse, Maurice Paulhies refuse de rester à l’hôpital et participe au débarquement de Provence du 15 août 1944. Il retrouve enfin le sol de France. La progression de l’armée vers le nord est stoppée en Alsace dans la région de Sélestat et ne reprend qu’au prix de combats extrêmement meurtriers. Au printemps 1945, l’unité de Maurice Paulhies  est chargée de prendre les positions retranchées que les Allemands ont conservées dans le Mercantour (Sud des Alpes). Le 8 mai 1945, c’est la victoire, mais il est le seul sous-officier encore en vie parmi ceux partis avec lui de Tripolitaine. "

    Enregistrement du 30 avril 1991, CD Fremaux et Associés  

    ------------------------------------

    L’association nationale des anciens combattants et résistants et amis-es (ANACR) dont il fut le président, annonce le décès de Maurice Paulhies

    Ce décès affecte l’association mais bien au-delà du monde de la résistance.

    En 1942, il fait ses études en Tunisie. Au débarquement des anglo-américains il rejoint à l’âge de 20 ans en traversant les lignes allemandes, les troupes françaises de De Gaulle, il participe aux campagnes d’Italie et débarque en France à St Tropez, engagé volontaire dans les FFL (forces Françaises libres) il continue la guerre jusqu’à la libération.

    De retour à la vie civile, il passe son bac en Tunisie ou il exerça comme instituteur jusqu’en 1956, puis dans le Tarn, à Rosières et St Benoît de Carmaux ou il laisse sa marque d’un enseignement fidèle à la méthode Freinet (1)

    Sportif, il pratique le tennis et le hand-Ball et assure par la suite l’entraînement de ces sports.

    Dès sa retraite, il se rapproche du monde des anciens combattants, membre de l’ARAC, secrétaire et vice-président de l’UDCVR, trésorier du CDARD et organisateur du concours de la Résistance et de la déportation, délégué départemental de la France libre.

    Pour couronner, toutes les médailles qui ont honoré son parcours, c’est la légion d’Honneur qui lui fût attribuée et remise par M. Martin des CRV (combattants volontaires de la Résistance) le 23 juin 2012.

    Maurice  était un ardent défenseur de la Paix pour l’avoir fait, il avait une sainte horreur de la guerre. Il refusait de voir l’armée prendre la place des anciens combattants dans les cérémonies mémorielles. Comme il s’élevait contre l’éducation Nationale de vouloir éliminer les associations d’Anciens Combattants de la Résistance du concours de la Résistance et de la déportation. Jusqu’au bout de ses forces, il a assisté à toutes les commémorations départementales et bien sûr carmausines. Jusqu’à son dernier souffle, il a assisté aux réunions du bureau de l’ANACR et à toutes ses activités.

    Une partie de la mémoire de la Résistance et du Carmausin vient de disparaître.

    Maurice Paulhies, ce qui lui ferait plaisir c’est que ces jeunes comme ceux du Collège Augustin Malroux à qui il a donné des conférences, se souviennent non pas de lui mais de son histoire qui se fond dans celle de la Résistance à l’occupant nazi.

    Il écrivait "certains penseront à la Paix à construire, comme étant une noble tâche. Mais est-elle aussi exaltante que la guerre ? Ma réponse, notre réponse, nous qui l’avons vécu c’est oui ! Mille fois oui !".

    Le verbe résister doit toujours se conjuguer au présent "Lucie Aubrac". 

    ----------------------------

    Espace souvenirs Maurice Paulhies (il est possible de rédiger un message pour la famille de Maurice Paulhies Lien

    Livre d'Or des Français Libres Lien

    Décès de Maurice Paulhies, Français Libre, Grand Ancien du BM 4 

    Ce CD comporte des témoignages de résistants dont Maurice Paulhies. Coédité par Fremaux et Associés et le Mémorial de Caen. Lien

     

    Décès de Maurice Paulhies, Français Libre, Grand Ancien du BM 4

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique